référence : http://listes.cru.fr/arc/icea-pefa/2001-09/msg00001.html
     Chronologie       
     Conversation       

[ICEA-PEFA:6] Sur la reconnaissance des acquis et des compétences Manuel Cisneros



Bonjour aux participants au forum,

Voici quelques commentaires et questions à propos de la reconnaissance
des acquis et des compétences dans le projet de politique de l'éducation
des adultes. C'est un court texte que nous soumettons au débat dans ce
forum.

Sur la reconnaissance des acquis et des compétences

Le rapport de la Commission Jean en 1982 avait déjà soulevé l'importance
du processus de la reconnaissance des acquis et avait fait des
recommandations pour se doter d'instruments adéquats à cette fin. Après,
des initiatives se sont développées et des structures et des services se
sont mis en place. Mais ces actions ont perdu leur force et de nouvelles
tentatives pour la reconnaissance des acquis et des compétences ont
émergé autant dans les milieux de l'emploi que dans le secteur de
l'éducation. Un premier bilan de ce qui existe a été récemment fait par
le Conseil supérieur de l'éducation et le sujet a toujours été mis de
l'avant par les différents réseaux qui travaillent en éducation des
adultes. Le ministre de l'Éducation a lui-même souligné l'importance de
s'occuper de cette problématique. Nous avions donc des attentes
importantes au sujet de ce dossier inclus dans le projet de politique
d'éducation des adultes. Nous avons lu attentivement le projet et voici
quelques commentaires généraux ainsi que quelques questions que nous
voudrions vous soumettre pour analyse et commentaires dans ce forum de
discussion.

Nos impressions 

1. Dans l'analyse de la problématique, des progrès importants ont été
faits.

Le projet de politique reconnaît l'importance de la reconnaissance des
acquis pour les personnes et pour la société. Le projet reconnaît qu'il
faut considérer que, pour certaines personnes, la reconnaissance des
acquis et des compétences n'est pas nécessairement liée directement à un
projet de formation. Le projet reconnaît l'existence des acquis
extrascolaires ainsi que des compétences développées dans le milieu de
l'emploi. Il établit trois principes importants reconnaissant le droit
de l'adulte à la reconnaissance des acquis. Le projet souligne aussi les
problèmes qui entravent, dans les faits, la reconnaissance des acquis et
des compétences. Il fait aussi une synthèse de la reconnaissance des
acquis dans le milieu éducatif, dans le milieu des personnes immigrantes
et dans le milieu de l'emploi. Le projet propose d'harmoniser les deux
mécanismes de reconnaissance des acquis : celui des milieux éducatifs et
celui du marché de l'emploi  au moyen de répertoires de compétences.

2. Dans la proposition des mesures, nous voyons plutôt une orientation
vers un statu quo et de grandes généralités qui ne permettront pas
d'avancer de façon significative dans le dossier.

Le projet propose d'accélérer les opérations de reconnaissance des
acquis  des personnes immigrantes et des groupes de personnes occupant,
en emploi, les mêmes types de fonctions. Il propose de relancer la
reconnaissance des acquis dans le milieu éducatif, de soutenir et
d'évaluer les actions entreprises par les comités sectoriels de
main-d'œuvre en vue de l'établissement de normes professionnelles de
compétence et de leur certification, d'harmoniser les deux dispositifs
de reconnaissance des acquis et des compétences, d'examiner les
différentes voies de financement et, enfin, de procéder à une
réaffectation des ressources consacrées par le MEQ et le MESD afin de
faciliter l'accès à la formation manquante.

En ce qui concerne le milieu de l'éducation, après le rapport du Conseil
supérieur de l'éducation (CSE), on voit bien que le projet de politique
est pour le moins "conservateur" dans ses propositions. Le CSE avait
suggéré plusieurs avenues :
- des modifications dans le régime pédagogique  de la formation des
adultes
- de recueillir les instruments d'évaluation des acquis extrascolaires
élaborés localement par les commissions scolaires 
- de soutenir les expériences au niveau collégial, au niveau
universitaire. 
De plus, le CSE suggérait des actions concrètes :
- aux universités de se doter d'une politique institutionnelle de
reconnaissance des acquis 
- l'adoption d'un plan d'action ministériel en reconnaissance des acquis
pour promouvoir une action concertée de tout le secteur
- la constitution et la mise à jour d'un répertoire national de
compétences pour développer les passerelles entre les deux référentiels
de reconnaissance des acquis et des compétences. 

3. Dans l'ensemble du projet de politique, nous percevons très nettement
les liens entre formation des adultes et besoins du marché de l'emploi
ou encore entre formation des adultes et besoins des employeurs. 

La politique affirme, au sujet de la reconnaissance des acquis et des
compétences : "C'est ainsi que le gouvernement entend faire de celle-ci
une des pierres angulaires de la politique de la formation continue
avec, comme préoccupation, que les processus soient centrés sur les
personnes." (p. 25). Nous devons déplorer que, malgré cette
affirmation,  il semble qu'on ne se préoccupe pas de toute la complexité
relative à cette problématique vécue par  les personnes. Soulignons, par
exemple, que:

- On ne mentionne pas de quelle façon instrumenter, soutenir et
valoriser la personne qui souhaite faire une démarche de reconnaissance
des acquis.  

- Mis à part les milieux de l'éducation et de l'emploi, on ne mentionne
pas les autres activités ou autres lieux dans lesquels apprennent les
personnes.  Il y a la vie associative, l'exercice de la citoyenneté, les
activités de développement local et régional, pour ne nommer que
ceux-ci. 
Les référentiels du milieu de l'éducation et du milieu du travail ne
sont pas suffisants pour rendre compte de ces réalités. C'est pour cela
que les groupes communautaires ont développé certains outils de
reconnaissance des compétences qu'il faut aussi intégrer dans l'effort
d'enclencher une vaste action visant la reconnaissance des acquis et des
compétences des personnes.

Voici maintenant les quelques questions que soulève, à nos yeux, le
projet actuel de politique, en ce qui a trait au dossier de la
reconnaissance des acquis et des compétences. Nous vous invitons à
esquisser quelques réponses que nous partagerons au cours de notre
rencontre du 13 septembre prochain.

Nos questions

1. La reconnaissance des acquis et des compétences est-elle présentée,
dans le projet de politique, comme un réel  processus centré sur les
personnes?

2. Faut-il mentionner avec précision les changements à faire dans le
milieu de l'éducation? Quels seraient-ils? Ceux mentionnés par le
Conseil supérieur de l'éducation dans son avis sont-ils éclairants ? 

3. Est-il suffisant d'appuyer l'élaboration des normes professionnelles
par les comités sectoriels de la main-d'œuvre? Quels sont les
changements dans le monde de l'emploi qui permettront de faire
progresser la réalité de la reconnaissance des acquis et des
compétences? 

4. Comment pourrait s'harmoniser le dispositif de reconnaissance des
acquis à des fins scolaires et le dispositif de reconnaissance des
acquis à des fins professionnelles? Faut-il créer un système national
intégré dans le sens d'un centre fort de coordination des orientations
et des activités visant la reconnaissance des acquis? Faut-il travailler
à la création d'un répertoire national de compétences ou suffit-il comme
le projet de politique le suggère "Sans présumer de la nécessité d'en
arriver là, les deux systèmes devront tout de même être harmonisés et
bien s'articuler par le moyen des répertoires de compétences." (p.29)?


Nous espérons que le débat dans ce forum pourra nous servir mutuellement
pour avancer dans cet important dossier. Nous vous remercions de votre
collaboration. 

Pour écrire au forum : icea-pefa@uqam.ca

===========================
Manuel Cisneros
chargé de projet 
Nouvelles technologies et éducation des adultes
Reconnaissance des acquis
5225, rue Berri, bureau 300, Montréal (Québec) H2J 2S4
Téléphone (514) 948-2044 poste 27 / télécopieur (514) 948-2046
Courriel : iceapr1@cam.org
Site Internet : http://www.icea.qc.ca/

-------------------------------------------------------------icea-pefa-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe ICEA-PEFA


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
-------------------------------------------------------------icea-pefa--