référence : http://listes.cru.fr/arc/liste-gepi/2007-09/msg00001.html
     Chronologie       
     Conversation       

AUTOUR DE SIMONE DE BEAUVOIR Louise Grenier



Title: Conférence–midi


 


AUTOUR DE SIMONE DE BEAUVOIR

AVEC

LOUISE GRENIER ET LISE GÉLINAS

 

Dialogue entre Freud et de Beauvoir

Le deuxième sexe à l'épreuve de la psychanalyse

par

Louise Grenier

Psychologue psychanalyste, chargée de cours en psychologie à l'UQAM

Coordonnatrice du Groupe d'Études psychanalytiques interdisciplinaires (GEPI) de l'UQAM.

 

Simone de Beauvoir a donné un électrochoc aux femmes en leur tendant le miroir de leur aliénation. Freud, bien avant elle, dévoila aux femmes dites hystériques, leur aliénation sexuelle au nom des pères. Je montrerai que tous deux pensent la question des femmes et de la féminité depuis des champs hétérogènes et pourtant non exclusifs. Pour une meilleure compréhension de la situation des femmes, tant au plan individuel que collectif, il m'apparaît nécessaire de jeter un pont entre psychanalyse freudienne et philosophie beauvoirienne ? Comment ?


 

Simone de Beauvoir

L’inconscient au bout de la plume dans Les Mandarins

Par

Lise Gélinas

Professeur de littérature au Baccalauréat international, Collège Jean-de-Bébreuf

 

En 1954, lors de la réception du prix Goncourt pour Les Mandarins, Simone de Beauvoir disait ceci : « J’aurais voulu qu’on prenne ce livre pour ce qu’il est; ni une autobiographie, ni un reportage : une évocation » Certes, une évocation, mais également un roman autobiographique dans lequel l’inconscient de l’auteure surgit fréquemment. On a cherché à reconnaître Simone de Beauvoir dans le personnage de la psychanalyste Anne Dubreuilh. À la lumière des développements de la psychanalyse, il est possible de la reconnaître dans plusieurs personnages des deux sexes. Je tenterai de montrer comment, dans Les Mandarins, Simone de Beauvoir nous permet de faire la connaissance d’une femme intéressante, complexe, pas toujours raisonnable.  Pourtant, comme son compagnon Jean-Paul Sartre, cette dernière niait l’existence de l’inconscient. Pourquoi?

 

 

Vendredi, le 21 septembre de 14 H 30 à 16 H 30

 

UQAM,  Pavillon De Sève, local DS-1950, 1er étage

320, rue Ste-Catherine Est (coin rue Sanguinet) Métro UQAM

 
ENTRÉE LIBRE

 

Pour plus d’informations, contacter Valérie Bouchard

( courriel : bouchard.valerie.4@courrier.uqam.ca))

Adresse du site Web : http://www.unites.uqam.ca/gepi/

image001.png

JPEG image