référence : http://listes.cru.fr/arc/liste-gepi/2008-04/msg00008.html
     Chronologie       
     Conversation       

Colloque Confiance et langage 16.17 mai Louise Grenier



N.B. : Consulter fichier joint pour le programme


16 - 17 mai 2008 : Confiance et langage

Colloque franco-canadien

Organisateurs

Jean-François Chiantaretto (Université Paris 13)

Simon Harel (Université du Québec à Montréal)

Centre d’Etudes des Lettres, Arts et Traditions (Université du Québec à Montréal)

Unité Transversale de Recherche Psychogenèse et Psychopathologie (Université Paris 13)

Avec le soutien du Centre d’Etudes en Psychopathologie et Psychanalyse (Université Paris 7)

 

Renseignements : vergez@lshs.univ-paris13.fr  (ou jfchant@wanadoo.fr )

Dans les sciences humaines, la seconde moitié du XXème siècle a été dominée par « l’ère du soupçon »et l’approche structuraliste. Les stratégies dominantes étaient la critique des formes spontanées de parole et de communication et ont débouché sur le primat accordé à la déconstruction de l’énonciation. Le concept de confiance, qui avait longtemps été central en philosophie et dans les sciences humaines, a alors perdu sa légitimité.

Mais les profondes mutations en cours, tant au plan économique et politique que culturel, semblent lui redonner aujourd’hui une place, tant dans l’espace social que chez un certain nombre de chercheurs, dans diverses disciplines.

Ce colloque franco-canadien veut mettre en place les bases d’une recherche pluridiscipli - naire, dans le domaine des lettres et sciences humaines, sur la question de la confiance, posée à partir de son articulation au langage. Des spécialistes de différentes disciplines (anthropologie, histoire, droit, économie, philosophie, linguistique, littérature, psychologie et psychanalyse sont ainsi conviés à un double questionnement : la confiance dans le langage comme sol commun intersubjectif et symbolique au coeur de la construction subjective de chaque individu, de toute relation interpersonnelle, du lien social et de la culture la confiance comme phénomène langagier : les modalités d’expression langagière de la confiance, tant dans le registre intime et interindividuel que social et politique.

Il ne s’agira ni de travailler à proposer une (nouvelle) théorie transdisciplinaire de la confiance, ni de travailler à lui donner ou redonner le statut conceptuel d’un postulat nécessaire dans l’approche de l’humain, soit sous l’angle du fonctionnement psychique, soit sous l’angle de l’organisation sociale. Il ne s’agira pas non plus d’aborder la question en se référant à un monde idéal régulé par la réciprocité et la mutualité, mais d’intégrer une approche des conditions de possibilité de la confiance. Un intérêt tout particulier sera porté à cet égard aux formes actuelles du « malaise dans la culture »(au sens freudien). Celles-ci sont caractérisées par une destructivité frappant indissociablement les liaisons intrapsychiques (le travail de pensée) dans leurs bases émotionnelles et affectives, les potentialités relationnelles et les différentes modalités du lien social.

Le mode d’approche sera centré sur le langage, dans différents registres, notamment : la parole au quotidien, la parole au sein des dispositifs cliniques, la culture comme espace symbolique, l’écriture et les arts, les représentations sociales de la confiance dans les discours publics. Dans cet esprit, quatre axes de réflexion seront proposés : les discours de la confiance, la confiance dans le langage, la confiance au négatif, l’institution de la confiance.

Le colloque s’inscrit dans le cadre des travaux menés sur ce thème par un réseau franco-canadien de recherches, associant le Centre d’Etudes des Lettres, Arts et Traditions, rattaché principalement à l’Université du Québec à Montréal et l’Unité Transversale de Recherche Psychogenèse et Psychopathologie, de l’Université Paris 13.

 

colloque Confiance et langageprog-conf-lang.pdf