référence : http://listes.cru.fr/arc/liste-gepi/2010-03/msg00012.html
     Chronologie       
     Conversation       

Appel d'articles sur la clinique RQP.doc GEPI



Title: Appel de soumission d’articles

Appel de soumission d’articles pour un numéro thématique sur les

 Réflexions sur la pratique clinique contemporaine

 

 

La société change continuellement, parfois rapidement. Ces modifications produisent des effets sur tous les citoyens, donc autant chez les personnes (patients, clients) qui utilisent les services cliniques que chez ceux qui les dispensent (cliniciens, organisations). On peut raisonnablement penser que les demandes et les offres de services ont parfois pris d’autres formes. Mais, quels sont les changements qui sont advenus?

 

De manière non exhaustive, mentionnons-en quelques-uns : l’ancrage dans le passé, la transmission des valeurs, le sentiment de continuité entre les générations, la confusion générationnelle et le peu d’anticipation d’un futur sont aujourd’hui souvent remplacés par des vies qui se condensent au présent, où les sujets ont cessé de dialoguer avec le passé et qui ignorent trop souvent les promesses de l’avenir. À cela s’ajoute, la mort des grands récits de compréhension du monde et l’absence de projets collectifs mobilisateurs. Les sujets se replient dans leurs hédonismes, sans balises sociétales où tout devient presque équivalent. Seul le présent semble alors compter. Le désir de comprendre qui requiert l’acte de se souvenir et la nécessité d’y travailler a cédé la place au besoin de consommer. Ce ne sont pas tant les informations et les émotions qui leurs font défaut, c’est plutôt leur statut de phénomène éphémère, discontinu et non intégré dans un système compréhensif balisé par une éthique qui est souvent absente. Le commentaire a remplacé la compréhension; l’opinion tient lieu d’expertise;  le politique se réduit à l’actualité. Le décalage grandissant entre les poussées technologiques et les ajustements éthiques idoines créent le désarroi. La recherche de bonheur s’est transformée en quête de biens. Cette confusion, cette équivalence illusoire dupent les individus devenus agités et éloignés de leur monde intérieur devenu parfois angoissant. Ces nouveaux citoyens, isolés, se sont immobilisés dans un monde de plus en plus virtuel. Ils n’ont plus le temps. Le virtuel est devenu leur nouvelle réalité altérée qu’ils souhaitent apaisante. Invités à acquérir des instruments plutôt que de véritables outils intellectuels, en dépit de la multiplication des informations provenant de toutes parts, mais avec peu de repères éthiques et intellectuels, les citoyens ne parviennent plus à comprendre ce qui les entoure. Ils se construisent une vision binaire du monde où la subtilité et la nuance ont disparu. Les sujets expriment leurs mal-être par la somatisation, par l’agitation, par les sentiments dépressifs souvent non reconnus, par un repli sur soi coupés du monde réel. L’évocation du biologique ou du génétique sert souvent d’alibi pour refuser de s’interroger sur leur part de responsabilité dans ce qui se passe en eux et avec autrui.

 

Ce numéro de la Revue québécoise de psychologie (RQP), à paraître à l’automne 2012, se veut une occasion de s’interroger sur les changements intervenus (ou non) dans la pratique clinique au cours des dernières années, et ce, via trois volets.

 

Le premier volet regroupe des réflexions relevant d’aspects fondamentaux de la pratique clinique comme : que signifie comprendre le patient? Est-il nécessaire de le comprendre pour intervenir? Comprendre quoi du sujet? Son comportement? Ses motivations? Que signifie guérir? Qu’est-ce qu’une thérapie « réussie »?

 

Le deuxième volet de ce numéro met davantage l’accent sur l’articulation des services psychologique dans la société actuelle : comment l’administration publique influence-t-elle la pratique du psychologue clinicien? Entre autres, que penser des programmes et services offrant un nombre limité de rencontres? Quels sont les rôles du clinicien dans l’offre de services publics et privés? Comment les services s’articulent-ils autour des axes dédiés à la prévention, à l’évaluatif et au curatif?

 

Le troisième volet s’intéresse aux impacts présagés des changements sociaux sur la pratique de la psychologie. En quoi les technologies, dont  les groupes de réseautage, influencent notre pratique? Les attentes des clients ont-elles changé quant à la psychothérapie, à la rapidité souhaitée du traitement, à son efficacité? Les clients sont-ils mieux informés qu’auparavant (sur la profession, leurs problèmes et les solutions envisagées) grâce à l’accessibilité grandissante de l’information (Internet, livres de vulgarisation, etc.)? Par ailleurs, le psychologue clinicien doit-il faire preuve de réserve sur les sites de réseaux sociaux afin, par exemple, préserver une certaine neutralité thérapeutique, par exemple?

 

 

Voyez un appel de soumission d’articles plus détaillé sur : www.rqp.qc.ca

Les cliniciens, administrateurs ou toutes personnes réfléchissant à ces questions sont invités à soumettre leurs intentions d’article d’ici le 30 juin 2010, par courriel ou par courrier :

RQP - Numéro sur la pratique clinique

5366, boul. Jean XXIII suite 104, Trois-Rivières (Qc) G8Z 4A7

 

Robert Letendre (letendre.robert@uqam.ca

)

Lynda  Méthot (lynda.methot@uqtr.ca

)


.B. : pour vous désabonner de cette liste, envoyez un message à gepi.psa@internet.uqam.ca

image001.png

GIF image