référence : http://listes.cru.fr/arc/liste-gepi/2012-01/msg00009.html
     Chronologie       
     Conversation       

Séminaire "Qu'est-ce que sait un psychanalyste ?" Annick Passelande GEPI



 
 

 

QU'EST-CE QUE SAIT UN PSYCHANALYSTE ?

 

 

Le séminaire se tiendra au : 326 St Joseph est #6,

Tous les premiers samedi du mois, soit :

 

- ce samedi,  le 4 février   2012 

 

- 3 mars 

 - 7 avril

- 5 mai

de 10h. à midi.

Le tarif est de 10 $ par matinée.

 

 

L’année dernière nous avons surtout travaillé à différencier réel et réalité, cette dernière, nous l’avons mise en question de façon radicale en travaillant entre autre sur La dénégation. En effet, dans cette recherche sur et à partir du désir de savoir, nous avons plus souvent fait état de la méconnaissance et constaté combien « l’objectivité » est une notion fragile quand nous nous attachons à nous expliquer avec une clinique qui n’évacue pas le sujet , une clinique au un par un.

 

Cette année encore, nous suivrons un trajet suivant un nouage à trois d’avancer sur la question que pose ce titre.

En voici les trois brins :

-          Les ressources de doctrine, le corpus, celui qu’on découvre, qu’on déchiffre, chacun à sa façon. Ce sera, pour ce séminaire encore, en lisant Freud avec Lacan.

-          Le savoir issu de sa propre cure, ce qui permet à l’analysant de s’expliquer avec son rapport au réel, puis de se prêter à l’expérience et de rester, pourquoi pas, analysant, de « rééditer ce qui dans son fonctionnement propre sert à chacun de boussole » (P. Bruno)

-          Le savoir issu de la clinique. C’est à partir de la clinique et pour la rendre intelligible, que Freud a remanié sans cesse sa découverte, sa métapsychologie, voire ses fictions et ses mythes. Elle s’avère être non pas l’application d’un savoir (auquel cas elle se dessèche et rate le sujet) mais sa découverte… La clinique ne se maintient que dans la radicale singularité du cas.

 

Avec, à l’horizon,  ce qui de ces trois brins fait nouage, nous prendrons appui, plus spécifiquement cette année sur le savoir issu de la clinique.

C'est donc la clinique qui nous servira pour poursuivre notre questionnement sur le savoir du psychanayste,  pour l'extraire, l'écrire, le construire ou le déconstruire, le mettre à l'épreuve, le questionner et en débattre.

 

La liste des cas clinique que nous aborderons est ouverte    

 

4 février 2012,

 Après la clinique du névrosé (Dora), comment rendre compte du seuil sauté dans la clinique de la psychose  ?

A quelles inventions est contraint le psychotique quand la boussole se passe du signifiant "père" ?

 (Cf. Caporal Lortie: "Le gouvernement du Québec avait le visage de mon père")

 

 

Annick Passelande,

psychologue – psychanalyste

membre de l’APJL


Pour vous désinscrire de cette liste : gepi-psa@internet.uqam.ca