référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1995-03/msg00043.html
     Chronologie       
     Conversation       

Piece interactive (fwd) BOURASSA ANDRE G



Une invitation de Serge Ouaknine a relancer sur des bases differentes le
projet d'une ecriture collective deja lance par Vincent Cros sur le reseau
QUEATRE:

---------- Forwarded message ----------
Date: Thu, 23 Mar 1995 01:08:51 -0400 (EDT)
From: OUAKNINE SERGE <r34424@er.uqam.ca>
To: VCROS@CRI.ENS-LYON.FR

Je me suis demande pourquoi il n'y avait pas eu de reponse a votre
proposition.Je me permets cette reflexion. Non ce n'est pas comme vous
l'avez exprime parce que ce reseau est universitaire mais parce que
votre proposition etait purement formelle, un simple exercice technique.
Le theatre se nourrit du desir des etres, d'une pulsion souterraine ou
quelque sueur ou conflit ou reve ou encore utopie habite les coulisses
interieures d'un etre et vient peupler l'imaginaire d'un autre qui recoit
ce desir. Il n'y avait dans votre proposition aucun indice au-dela
d'une regle de jeu. Il est faux de croire qu'un point de vue puisse se
developper par accident, en cours de route si aucun indice n'est venu
donner des balises a ce desir. Rien ne parle en chemin si quelque appel
substantiel n'est tombe dans l'alambic. Le theatre ( l'ecriture ou la
mise en scene ) est une forme d'alchimie ou l'or philosophal que l'on
trouve est celui que l'on a inscrit au depart. Il faut donc pour stimuler
le desir que l'etre inscrive une trace qui a son tour ouvre un horizon de
l'ame. Le theatre ne se nourrit pas du "vide". Il est habite de ce vide et
y retourne par un travail de reparation des esprits que permet justement
l'ecriture ou la rencontre. Un exercice formel n'est pas une reparation
mais seulement un exercice. Aussi la gageure serait de faire une piece
comme ca "a l'emporte piece" si je peux dire. Elle ne peut pas creer de
desir car il n'y a pas de message auquel vraiment repondre sinon de
verifier la faisabilite de l'interactivite, celle du medium lui-meme.
Cette immediatete, cette ubiquite de l'outil peut etre un objet magnifique
d'exploration mais il faudrait entendre battre le coeur et respirer
l'etre, sa joie et ses blessures... Le theatre se nourrit de cette
temporalite qui part de l'histoire et va rejoindre l'invisible. Il se
nourrit d'une intemporalite portee par l'histoire palpable et vivante des
sujets et non par le desir techniciste de verifier l'outil par lequel se
joue la communication. Je vous conseille de reformuler votre appel en
donnant un theme, un poeme, une image , un parfum , un defi, une
confession, un lieu qui vous mette en danger. La techinque  n'est que le
miroir d'elle meme si on n'y entend pas un etre rever  sa propre fiction.
A bientot peut-etre. En tous cas... j'ai aime Lyon .. En 1971 j'y montais
un opera anarchiste: _L'Opera des Oiseaux_ d'apres Aristophane...
A vous lire,
Serge Ouaknine
tel ( 1-514) 2880418, Fax ( 1-514) 288351 E- mail: r34424@er.uqam.ca