référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1995-03/msg00044.html
     Chronologie       
     Conversation       

No Subject Neil Bishop



Dans un message precedent, je remarquais que les etudiant-e-s de FRAN
3501 (Introduction au theatre) avaient fort goute tant _Marius_ que _Le
Cid_, mais pour des raisons differentes. On avaient prise le "realisme"
de Pagnol, toute cette ambiance de jeunesse, de bar et de port familiere aux
etudiant-e-s de Terre-Neuve (meme le cote "exotisme" releve - tout en
conservant sa part d'atttirance et de merveilleux - du "normal" pour une
population habituee a voir arriver des navires des quatre coins du monde
(de gre ou de force, l'arraisonnement canadien du bateau de peche
espagnol l'Estai est encore venu le rappeler la semaine derniere). _Le
Cid_ plaisait au contraire par l'idealisme de ses personnages
principaux, notamment leur "noblesse d'ame", le fait de placer au-dessus
de l'ideal amoureux un autre ideal qui ne fait que rehausser encore la
valeur de leur amour. Les 26 etudiantes (sur la trentaine de personnes
dans la classe) estimaient en particulier que dans leur realite, on
avait brise le moule des Rodrigues, et que ce fut bien dommage.

Fort bien, m'a repondu une correspondante de l'Illinois, mais vos
etudiant-e-s n'ont donc parle que des themes? Comment avez-vous fait
pour faire passer la dimension semiotique de votre enseignement (j'avais
consacre une introduction a la semiotique theatrale en debut de
cours)... Et la dimension formelle, vos etudiant-e-s n'en ont donc point
parle?

Reponse: l'aspect de la semiotique theatrale qui a le mieux capte
l'interet de la classe, c'est l'analyse tant actorielle qu'actantielle
des personnages. La classe s'est regalee a identifier la quete ou l'objet
de la quete des uns et des autres, a voir comment leurs quetes
interagissent, a voir comment la fonction actantielle d'un personnage
dans une quete peut evoluer. A voir par exemple que les quetes
respectives de Marius et de Fanny s'opposent, puisque l'objet de la
quete de Marius c'est le depart (la mer, l'exotisme, le reve), alors que
celui de la quete de Fanny, c'est (le mariage avec) Marius. Mes ouailles
ont constate que Fanny, initialement opposant par rapport a la quete de
Marius, se mue en adjuvant a la fin de la piece, facilitant son depart
en le cachant a la vue de Cesar.

Tout cela a abouti a une lecture critique de ce sacrifice par une femme
de l'objet de sa quete au profit de la quete du personnage masculin. La
semiotique theatrale porte autant sur les "themes" que sur les "formes"
bien sur (pour reprendre les termes de ma correspondante), et a permis
aux etudiant-e-s de saisir certaines de leurs interactions. De meme,
l'interaction entre dimension actorielle et dimension actantielle des
personnage les a vivement capte-e-s.

La forme du texte dramatique a encore frappe la classe a propos
des didascalies. Leur abondance dans _Marius_, leur rarete dans _Le Cid_
ont ete goutees. Les partisan-e-s du _Cid_ ont aime que la rarete des
didascalies leur aient laisse toute liberte de visualiser les
personnages a leur gre; les fanas de _Marius_ ont trouve que l'abondance
des didascalies leur permettait de bien visualiser les personnages tels
qu'ils pouvaient avoir leurs homologues dans l'univers du hors-texte.
Bref, comme je l'ai dit dans mon message precedent, l'esthetique de la
representation qui predomine dans _Marius_ se manifeste richement dans
les didascalies qui ont trouve nombre de reactions positives dans la
classe. _Le Cid_ semble avoir revetu pour la classe presque le statut de
texte ludico-onirique : grace en partie a l'absence de didascalies
(notamment de description des personnages), la piece laissait libre jeu a
l'imaginaire, voire au reve...

Neil Bishop
Departement d'etudes francaises et hispaniques