référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1995-04/msg00002.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Le texte dramatique ROBERT LUCIE



Je peux difficilement concevoir qu'il existe des objets sur lesquels la
reflexion serait interdite ou non avenue. Les textes dramatiques sont la
pour rester. Plusieurs sont publies et lus, d'autres restent inedits.
Certains sont joues et mis en scenes, d'autres non.

Il reste que les dramaturges racontent des histoires et je ne vois pas
pourquoi je ne reflechirais pas aux histoires qu'ils et elles me
racontent. La difficulte, et la raison pour laquelle les reseaux de
discussion litteraires ne sont pas entierement satisfaisants a ce sujet,
c'est que ces histoire me sont racontees sous une forme particuliere et
que leur actualisation varie selon le medium mis en oeuvre pour le faire
: le livre ou la scene et, de plus, que chaque mise en scene, me les
raconte encore autrement.

De plus, a travers l'ecriture dramaturgique, la forme du dialogue et des
didascalies, me revelent aussi un certain nombre de choses sur le theatre
lui-meme, sur la facon dont les dramaturges concoivent et prennent en
charge les conditions de la mise en scene, sur la conception du temps, de
l'espace theatral, sur ce qu'etait le theatre a une certaine epoque.
Inversement, les etudes litteraires qui, il n'y a pas si longtemps
encore, concevaient le theatre comme un genre litteraire, ont
parfaitement demontre qu'il est impossible de bien reflechir a l'ecriture
dramaturgique, sans prendre l'ensemble des theories et pratiques du
theatre, en compte.

Toute reflexion sur le texte dramatique doit ainsi etre, a la fois,
litteraire et theatrale. Eliminer un aspect au profit de l'autre nous
conduit a ecrire beaucoup de sottises. Claudel dramaturge est parent avec
Claudel poete, bien sur, mais le theatre de Claudel n'est pas de la
poesie : il repond a d'autres exigences et s'inscrit dans d'autres
debats, dans une histoire du theatre autant que dans une histoire
litteraire, et il faut se donner les moyens d'en rendre compte.

Lucie Robert