référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1995-07/msg00006.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Pourquoi . . . ? Andre G. Bourassa



Votre question m'interesse, puisque j'ai enseigne la litterature et la
civilisation quebecoise et francaise au cours de cinq etes a l'Ecole
francaise du College de Middlebury et durant cinq autres a celle de
l'Universite du Nouveau-Mexique (j'en arrive, d'ailleurs).
Les etudiants ont des raisons diverses d'apprendre une langue seconde:
des raisons pratiques et des raisons sentimentales. Les pratiques:
pour l'enseigner dans les ecoles, pour faire du commerce international
(representants de multinationales, y compris les banques), pour etre
admissibles comme correspondants dans les medias internationaux ou pour
occuper des fonctions publiques a l'etranger. Les sentimentales: mieux
voyager, se faire des ami(e)s, s'ouvrir a une culture voisine; l'histoire
americaine, par exemple, comporte des moments qui suscitent des prejuges
favorables a la France ("Remember Lafayette!"), les etats du Sud sont
immerges dans la culture romane et ceux du nord-est ont un passe commun
avec la Nouvelle-France (sans oublier les colonisations huguenotes
echelonnees de Charleston a New Rochelle et New Paltz).
Pour la litterature, il ne faut pas trop chercher a la justifier en termes
d'"utilite", bien que les arts et la litterature occupent une place de
plus en plus importante dans notre economie et que les grands comediens
soient souvent plus celebres et mieux payes que les grands politiciens
(en France, ce sont des litteraires et des artistes qu'on trouve le plus
souvent representes sur les billets de banque). Un argument qui frappe
les etudiants, cependant, c'est que la litterature (y compris le texte
dramatique) puisse etre percue comme ce qui donne a une langue sa
profondeur de champ, sa richesse, sa durabilite. Je n'hesite pas a
affirmer a mes etudiants americains que si, au Quebec, nous persistons a
parler francais et a exiger que le francais soit respecte autour de nous,
ce n'est pas pour le privilege de pouvoir acheter du beurre en francais
chez le marchand du coin et avoir le triste sort d'ecouter dans
notre langue des discours electoraux appris par coeur mais sans ame.
Si une langue ne devait etre enseignee que pour fin d'echange minimal
a la maniere des touristes, ca ne vaudrait sans doute pas l'investissement;
il suffirait de s'acheter un dictionnaire de poche. C'est dans la mesure ou
certaines langues sont le vehicule d'une tres vaste culture que les
universites peuvent et doivent s'impliquer, et les etudiants de langue
doivent sentir, meme s'ils ne suivent que quelques cours, que le domaine
est vaste, qu'il vaut le detour et qu'ils pourraient l'explorer longuement.
Voila. Je me suis laisse emporter. Mes excuses a ceux qui n'aiment pas
les longs messages.

En passant: les balzaciens sont bienvenus sur la liste de discussion en
francais sur le theatre international. Il suffit de s'adresser a
<listproc@uqam.ca> avec les message usuel: <sub queatre Prenom Nom>.
Les membres de cette liste peuvent soumettre un texte a la collection
d'hypertextes, "Theatrales", dont l'adresse <http> se trouve ci-dessous.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
**** **** **** Andre Bourassa           Departement de theatre
**** **** ****  Editeur                  Universite du Quebec a Montreal
**** **** ****   L'Annuaire theatral      C.P. 8888, Succ. "A"
**** **** ****    Tel: (514) 987-8438      Montreal, Quebec, CANADA
****     Fax: (514) 987-7881      H3C 3P9
****      INTERNET: bourassa.andre_g@UQAM.CA
http://www.er.uqam.ca/nobel/c2545/theatral.html
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

On Fri, 21 Jul 1995, Charlie La Via wrote:

> Cette question me tracasse depuis quelque temps.  Alors, je vous la pose
> pour m'en debarasser.  Imaginez que vous etes etudiant ou professeur de
> langue ou de litterature (etrangere(s)).  On vous demande de justifier
> votre metier.  C-a-d quel est l'interet d'etudier une langue etrangere ou
> la litterature?  Est-ce vraiment necessaire, ou plutot frivole, voire
> inutile?  Que repondre a cet avocat du diable? a nos "administrateurs"? a
> nos representants? a tous ceux qui ne voient pas en quoi consiste
> l'interet d'apprendre une langue ou une litterature etrangere?
>
> Charlie La Via
>
>

------------------------------

End of QUEATRE Digest 63
************************