référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-02/msg00050.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Redondance David Trott



Barry Russell ecrit:

>Nous ne savons plus le genre qu'a du savoir Moliere, parce que les
>comediens italiens de son epoque n'aimaient pas la publication. Le
>recueil de Flaminio Scala, cependant, nous donne l'impression d'
>intrigues bien developpees, de personnages serieux ayant du moins la
>meme importance que les zanni (dont le caractere predominant
>appartient plus au XVIIIe qu'au XVIIe), et d'une espece
>d'improvisation textuelle beaucoup plus riche que nous ne supposons
>habituellement, avec chaque comedien(ne) ayant responsabilite de creer
>son propre role. Ce n'est pas seulement le geste qui est fluide chez
>les italiens, mais les mots et les intrigues aussi. Cette fluidite-la
>ne s'ecrit pas.

Nous devons a Philip Koch un apercu precieux de cette "fluidite... (qui) ne
s'ecrit pas". Dans un article intitule "Machiavelli at the
Comedie-Italienne" ("Eighteenth-Century French Theatre, Aspects and
Contexts: Studies presented to E.J.H Greene", University of Alberta, 1986,
17-31), P. Koch reconstruit minutieusement une des rares pieces des Italiens
du temps de Moliere dont il reste des traces; il s'agit du "Voyage de
Scaramouche et d'Arlequin aux Indes"=20
de M.A. Romagnesi (Cinthio), represente en 1676, trois ans seulement apres
la mort de notre Poquelin. Grace au celebre manuscrit des roles de Domenico
Biancolelli, transcrits et traduits par T.-S. Gueullette au 18e siecle, Koch
a pu superposer sur le scenario de l'acteur un argument de la piece entiere
qui avait ete publie a l'epoque de sa premiere. La confrontation des deux
versions illustre parfaitement la "fluidite" evoquee par Barry Russell. Je
cite l'article de P. Koch:

"...Arlequin and his associates never hesitate to take liberties with the
sequence of events of a given scene (...) The supreme liberty consists in
adding a scene not called for in the outline." (26)

La conclusion de cette etude renforce aussi l'affirmation de B. Russell en
ce qui concerne "l'improvisation textuelle... avec chaque comedien(ne) ayant
responsabilite de creer son propre role." L'argument du "Voyage de
Scaramouche..." s'ouvre en disant que la piece italienne "...est faite a
notre mode, c'est-a-dire, que le plaisant et le risible y regnent partout et
que nous nous sommes plus attaches a faire paraitre Arlequin et Scaramouche
dans leur caractere agreable qu'a conserver une exacte regularite."

La mefiance du textuel au nom de la vitalite scenique qu'on voudrait
defendre rappelle par ailleurs l'attitude de Moliere lui-meme au debut de sa
carriere parisienne. L'impression des "Precieuses Ridicules" s'est faite--si
on peut en croire sa Preface--a contre-coeur.

David Trott

p.s. Felicitations a Barry Russell et a "queatre" pour le succes de
"Theatrales"!

=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=
=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=
=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D=3D
David Trott                             t=E9l bureau 905-828-5497
=C9tudes Fran=E7aises                       t=E9l. r=E9s. 416-484-9172
Coll=E8ge Erindale                        trott@epas.utoronto.ca
Universit=E9 de Toronto


------------------------------