référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1996-04/msg00126.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Mise en theatre ( bis ) Barry Russell



Roger-Daniel Bensky nous invite a repondre a ses propositions sur la
vocation du metteur-en-scene. Je lui reponds volontiers pour decrire
ce que j'ai trouve moi-meme en suivant ce metier, et sans insister
sur sa validite generale.

Je commence en evoquant une idee de Jose Ortega y Gasset, qui disait
que l'art (en general) ne se concerne pas des "affaires humaines
interessantes". Les personnages, leur psychologie, leurs conflits
sociaux ne sont que de pretextes pour l'oeuvre d'art que
constitue une mise en scene. Sa force vient des considerations
tout-a-fait formelles qui se manifestent dans la manipulation de ce
que Bensky appelle une "Gestalt scenique, c'est-a-dire une dynamique
spatiale d'ensemble" sur un plan temporel lineaire (ajoutons-nous).

Le metteur en scene agit en tant que sculpteur en composant sur le
plan spatiale, et en tant que conducteur sur le plan temporel. La,
il trouve des compositions, ici des rhythmes. Or, sur tous les deux
plans, ce qui signifie, c'est ce qui est mis en relief, c'est a dire
ce qui bouge dans le champs perceptif de l'observateur devant un
fond qui ne bouge pas (ou qui bouge moins). On parle plus ou moins
vite, plus ou moins haut, avec plus ou moins de silence autour de ce
qu'on dit. On passe devant ou derriere, a gauche, a droit ou vers le
centre, selon des besoins formels choisis, non pas par tel comedien
agissant en accord avec une interpretation psychologique de son
propre personnage, mais par le metteur en scene qui, seul, se place
devant cette Gestalt spatio-temporelle a la fois comme createur et
aussi comme observateur, assumant la position perceptive que
l'assistance occupera au cours d'un representation. Le metteur en scene
compose pour lui meme en tant que representatif du public.

Parmi les elements que le metteur en scene manipule ainsi se trouvent
les comediens face a leurs roles. Le metteur en scene travaille avec
ce que les comediens peuvent apporter, ou trouver, ou ne pas cacher,
y inclus leurs forces (ou limites) d'expression plastique, physique
et vocale. Ici, surtout, le metteur en scene a recours a la
psychologie et aux questions humaines et sociales, car c'est un
comedien rare qui se donnera sans l'intermediaire de pretexte
naturaliste aux besoins purement formels, bien que leurs cousins dans
la danse et dans la musique, et meme au cinema, s'y accoutument
depuis longtemps.

=Barry=


------------------------------