référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-01/msg00037.html
     Chronologie       
     Conversation       

Pour clarifier cette notion d'esprit (mi long) Serge Ouaknine



Cher amis

Je réponds ici a William Weiss et Bernard Lavoie et d'autres. J'ai trouvé
aussi  trouvé très pertiment et fort bienn dit ( en anglais) les propos de
John Schranz. Oui Stanislawski revisité par les cinéastes américains, cela
donne un fantastique psychologisme ponctuel, une descente immédiate vers un
instant d'abyme intime et "hop! coupez !" et hop! le temps de nourir un
plan et hop!...Marlon Brando estmagnifique (lui qui but le petit lait
d'Élia Kazan)  mais ces stratégies ponctuelles sont incomplètes pour une
durée théâtrale qui est plus longue que la fabrication d'un plan...

A - Premier type de questions:

La question de l'acteur n'est pas "comment plonger en lui même", mais
comment y demeurer; non par "trouver" mais RE-trouver... C'est à sa faculté
de traverser de la durée, de faire donc du fluide, du continu et non
seulement du ponctuel qu'on peut mesurer l'acuité à la justesse d'une
pratique... C'est ce en quoi Jean Louis Trintignat ets charismatique sur un
écran mais ne remue que de la cendre éteinte sur une scène de théâtre.
Alors que Depardieu et Jeanne Moreau ont commencé par les planches c'est au
cinéma qu'ils ont du apprendre à retenir la force de leur impulsions et à
filtrer l'amplification que requiert la scène théâtrale.

B - Deuxième type de questions:

Brigitte Bardot sur scène est nulle, à l'écran sa peau accroche la lumière
et pète le glamour...Par contre Humphrey Bogart passe de manière égale sur
scène que sur un plateau  de ciné. Que joue -t-il qui fonctionne si
mystérieusement? Comme Buster Keaton. Une vitesse magnétique, un feu froid
du dedans qui ne brûle qu'au passage seulement vers le  dehors (ou est-ce
le contraire?) Une icône statique et traversée de vent, tel fut le mirage
de Borgart, de James Dean et de Samuel Beckett. Qu'st-ce que c'est? La
technique orientale des contaires simultanés et logiques. Mei Lan Fang en
fut le maître. Alors voila de sacteurs occidentaux qui ont -PAR EUX-MEMES-
découvert un de secret eds acteurs orientaux. Le jeu des contraires, celui
de la vérité paradoxale...

C-Troisieme type de questions:

Il faut ne pas confondre éblouir et briller (faire des éclats ponctuels et
soutenir et nourrir une durée de jeu). Stanislawski a cherché une manière
de traverser une durée de présence selon un rythme intelligible et crédible
pour que le torrent intérieur viennent traverser l'icône corporelle *sans*
la renverser. Meyerhold (physique) appelle cela "éliminer le flottement" et
Grotowski (spirituel)  appelle cela " éliminer ce qui n'est pas
nécessaire".Donc si onparle d etradition spituele ce n'est pas par rapport
aux metode sde travail mis AUX univers et imaginaires visé spar les m^mes
technique. On confond discours scénique contenus et règle de travail.

   .
D- Quatrième type de questions:

Oui c'est exactement cela. Le  résumé de Wiliam Weiss dan ssa courte lettre
est a parfait. Pour attiser la braise de sa dernière question et pour
répondre simultanément aussi à Bernard Lavoie je dirai brièvement (juré!),
on ne mesure pas assez, en Occident, la place de "cette mentalité
différente", cette croyance farouche qui colore l'univers, le disours qui
transcende la vie par l'esprit. Quand l'acteur stanislawskien ou
grotowskien semble brûler de la  passion d'un possédé, il énonce un flux et
lui résiste en même temps ( cela c'est la convention sociale du monde
sensible), MAIS si cette résistance au flux disparait alors il y trois
routes qui s'ouvrent:

a) La transe extatique canalisée ( stanislawki et grotowski se rejoignent
là)
b) La démesure psychodramatique (la crise hystérique ou libération névrotique).
c) Un cran au-dela et c'est la démence,le délire du psychotique,la paranoïa etc.

L'art -- en tant que véhicule -- c'est cette folie qui consiste à laisser
déborder le torent ( et ses affects) en le canalisant et en étant capable d
erépeter a loisir cette démesure contrôlée. C'est cela le poètique de a
présence. Le reste n'appartient pas à la santé mentale ( n'en déplaise à
Artaud).

Cette façon de déscendre dans le torrent sans être débordé, ni noyé, c'est
un travail de discipline que l'on nome (faute d'un meilleur mot:
spirituel).

amitié
Serge


                   (1 + 1 = 3)
            /\_/\ o
            (@ @)
            (*)

+------oOO-----OOo---------+
Serge Ouaknine
e-mail : r34424@er.uqam.ca
Montreal (Quebec)  Canada