référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-02/msg00001.html
     Chronologie       
     Conversation       

encore ce realisme...(court) Serge Ouaknine




Vous acceptez la peau noire de Jessy Norman à l'opéra et pas au théâtre
parcequ'elle a du talent !...Ou parce que la convention de l'opera se situe
sur la dimension musicale et non sur le verisme de l'apparence. Cela serait
incongru au théâtre?  Pourquoi ? Une "bonne actrice noire" ( je vous cite)
pourrait faire oublier sa couleur de peau à talent égale. Non? La
convention nne le permet pas ? Donc le théâtre parce que ça ne chante pas
ça doit faire ressembler les interprètes à la couleur de peau des
personnages interprétés.
C'est bien cela que vous dites ? Donc si nous suivons votre logique aucun
théâtre africain ne pourrait monter un  Shakespeare  ou un Ibsen ou même un
Molière...Aucun théâtre arabe ne pourrait jouer Mishima. Aucun blanc ne
devrait jouer Mishima ( Cinq No moderne) ... Ou alors, voulez vous dire que
vous ne parlez que pour un public de blancs et la convention et l'unique
scene qui vous interressent sont celles  du théâtre des blancs, type
caucasien...où il faut que la reine Margot soit rousse, blonde...
Si je reprends l'exemple de Carmen par Peter Brook ( déjà cité lors de ma
dernière missive) on pourrait dire que Carmen, comme Madame Butterfly, fait
partie du répertoire "mondial" et donc la couleur ne joue plus...  Mais
alors comment expliquez vous la présence de Yoshi Oida (un japonais très
japonais ) et d'un acteur malien (très malien)  dans le casting qui entoure
Thimon d'Athènes de Shakespeare, au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris
...Aucun critique parisien n'a trouvé cela non crédible...

Permettez moi une anecdote tres personnelle.
J'ai fait jouer Desdémone par une noire (alors qu'elle est supposée être
blonde et vénitienne - type aryen).  Toute la salle a compris qu'elle était
blanche. Pourquoi? En voila un mystère. L'actrice noire savait qu'elle
était noire et jouait une blanche. Nous en avions parle'. Mais le soir de
la première, dans la panique, elle essaya de clarifier sa peau par du
maquillage. Je vous le jure. Dix minutes avant d'entrer en scene.  En
passant dans les loges pour encourager mes interprètes je m'en suis apercu.
Je lui ai immédiatement demande' de retirer son fond de teint. Et pour la
convaincre, je lui dit (j'étais moi-même ému) : ""Tu es noire, mais tu ne
joues pas une blanche, tu joues l'amour inconditionnel de Desdemone pour
Othello. Les mots font entendre explicitement la couleur de peau de ton
personnage. Si tu joues vraiment cela, son amour, le public te verra
blanche -- sans ton maquillage. Et c'est ce qui se produisit pour la plus
grande délectation du public et mon bonheur intime. Ce soir là, par dela
toute convention, je su, à nouveau, que le sang n'a pas de couleur."""

Bien à vous
Serge
=========

Texte de Jean F Goetinck
  Ce qui a ete dit sur le realisme au theatre est tres juste.
Dans une realisation de Wagner sur PBS il y a quelques annees Jessye Norman
etait
>la soprane au role principal.  La splendeur de sa voix a fait oublier en
>moins d'une seconde qu'elle est noire.
>Cependant, il y a des limites au desir d'eviter des distinctions basees
>surla couleur ou la race.  Je vois difficilement une actrice noire jouer
>Marie Stuart ou la Reine Victoria, tout comme il serait incomprehensible
>qu'une blanche aux cheveux roux joue le role d'une Reine Congolaise.
>Les roles a caractere " univerel " devraient etre accessibles a tout le
>monde; d'autres le sont moins facilement.
>
>JGoetinck
>
>----------------------
>Jean F Goetinck
>jfgoet@U.Arizona.EDU

                   (1 + 1 = 3)
            /\_/\ o
            (@ @)
            (*)

+------oOO-----OOo---------+
Serge Ouaknine
e-mail : r34424@er.uqam.ca
Montreal (Quebec)  Canada