référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-03/msg00072.html
     Chronologie       
     Conversation       

Appel comm. Congres mondial AITU-Dakar Christiane Gerson



AUX MEMBRES DE QUEATRE,

JEAN-MARC LARRUE ME PRIE DE VOUS TRANSMETTRE CETTE INFORMATION.

>Troisième congrès mondial de l'Association internationale du théâtre à
>l'université
>Dakar (Sénégal) - 16- 21 Novembre 1999
>Université Cheikh Anta Diop
>
>
>	Le Congrès de Dakar est organisé par le Département des lettres
>modernes de
>l'Université Cheikh Anta DIOP avec la collaboration pratique et technique de
>l'Université de Liège  (Liège, Belgique) et du Collège de Valleyfield
>(Valleyfield, Québec). Le Congrès de Dakar  sera, bien sûr,  l'occasion
>d'une prise de contact direct avec la réalité et la richesse du théâtre tel
>qu'il se pratique et s'enseigne en Afrique.
>
>Thème du congrès:
>	La question du rapport et de l'apport de l'université au théâtre
>est aussi
>vieille que la présence du théâtre dans les universités, collèges et autres
>établissements de l'ordre tertiaire, mais la multiplication et la
>diversification des pratiques, tant dans les programmes et départements - de
>théâtre ou autres -  que dans les activités universitaires moins encadrées,
>nécessitent une approche plus ciblée de cette question, nous devrions dire,
>de ces questions. D'autant plus que le théâtre aussi évolue. Des besoins
>nouveaux apparaissent, d'autres sont à prévoir, d'autres ont tout simplement
>disparu.
>
>	Le rapport de l'université au théâtre est donc non seulement pluriel et
>polymorphe, il est aussi en perpétuelle mutation. On constate de plus en
>plus, depuis une dizaine d'années, des mouvements de fond et des
>transformations radicales. Dans certaines régions, on observe des
>rapprochements  entre les écoles de formation professionnelle et les
>universités, les premières tentant parfois d'obtenir un statut
>universitaire, les secondes cherchant souvent des moyens de mieux adapter
>leur cursus au besoin du marché du théâtre.  Ailleurs, on remarque une
>volonté de mise en commun des ressources et des énergies; ailleurs encore,
>on s'efforce de redéfinir des frontières et des aires de responsabilités.
>La question du rapport du théâtre universitaire avec la formation et le
>milieu professionnels est donc d'une grande complexité. L'Association
>internationale du théâtre à l'université en a proposé un premier déblaiement
>lors de son IIe Congrès mondial, en 1997. Elle avait alors abordé la
>question sous trois angles précis: la recherche, la formation, la création.
>L'AITU entend poursuivre la réflexion avec ce IIIe Congrès mais dans une
>perspective plus pointue encore: l'université et la formation professionnelle.
>
>	L'université a contribué et continue de contribuer à la formation de
>praticiens professionnels de la scène. Quelle a été cette contribution dans
>le passé? Quelle forme a-t-elle prise? Qu'en est-il ressorti? Et
>aujourd'hui, de quels moyens dispose l'université pour maintenir cette
>contribution? Quelles pratiques offre-t-elle? En quoi la formation
>universitaire se distingue-t-elle de celle qu'offrent les écoles
>professionnelles? Doit-elle être différente? Complémentaire? L'université
>peut-elle ou doit-elle se substituer à ces écoles? Se fondre en elles? Les
>intégrer?
>
>Quel est, dans la conjoncture actuelle, l'apport souhaitable de l'université
>à la formation professionnelle? Quel devrait-il être dans l'avenir? C'est à
>ces questions que vont s'efforcer de répondre les participants du Congrès de
>Dakar. Rien n'est simple, bien sûr. D'autant que, dans certains pays, il
>existe des écoles professionnelles structurées et reconnues, dans d'autres,
>non. Parfois, le théâtre à l'université relève de simples actions
>spontanées, à d'autres endroits il s'inscrit dans un programme de formation
>rigoureux et encadré.
>
>	Le Congrès de Dakar sera une bonne occasion de brosser un tableau
>détaillé
>de la situation du théâtre universitaire dans sa relation passée et actuelle
>avec la formation professionnelle aujourd'hui. Il permettra à des
>formateurs, des théoriciens, des étudiants, des animateurs et praticiens de
>réfléchir sur la spécificité du rôle de l'université dans la formation
>professionnelle en théâtre, que ce soit pour l'interprétation, la
>production, l'animation, la formation, la recherche ou la conception. Tout
>en étant orienté vers l'avenir, donc le XXIe siècle, le débat devra, dans un
>premier temps,  conduire à un bilan de cet apport spécifique, soulignant ses
>forces et ses faiblesses, et, dans un deuxième temps, suggérer des pistes
>pour le prochain siècle.
>
>	La diversité des pratiques universitaires, la variété des conditions
>d'enseignement et d'animation, le poids de la tradition, devraient donc
>nourrir la réflexion qui s'amorce dès à présent. Le souhait du Comité
>organisateur est évidemment de faire partager et connaître les pratiques les
>plus réussies et le contexte dans lequel elles ont été menées.
>
>	Le Comité organisateur sollicite des propositions d'interventions
>qui, tant
>par leur contenu que par leur forme, permettront de faire avancer la
>connaissance et la compréhension des rapports qui lient le théâtre
>universitaire à la formation professionnelle. Par théâtre universitaire, il
>faut entendre, conformément à la charte de l'AITU, l'ensemble des pratiques
>théâtrales ayant cours dans les établissements d'enseignement supérieur.
>
>	Ces interventions peuvent être de trois ordres: les communications
>scientifiques, les démonstrations, les ateliers.
>
>	Les communications scientifiques ont une durée de vingt minutes et sont
>suivies d'une période d'échanges et de questions de dix à quinze minutes.
>L'utilisation de documents visuels, audiovisuels ou autres est fortement
>encouragée.
>
>	Les démonstrations ont le même contenu scientifique que les
>communications
>ordinaires mais comportent un volet pratique important (appuis visuels,
>sonores, vivants-joués, etc.). Les démonstrations durent en moyenne trente
>minutes et sont suivies d'une période d'échanges et de questions de dix à
>quinze minutes.
>
>	Les ateliers illustrent par la pratique un contenu scientifique lié au
>thème du congrès. Les ateliers se déroulent dans des locaux spécialisés et
>aménagés et appellent une participation du public. Ils ont une durée pouvant
>varier d'une heure à une journée.
>
>	Les interventions au congrès seront publiées sous forme d'actes
>selon des
>modalités à définir.
>
>
>	Les propositions de communications, de démonstrations et d'ateliers ne
>doivent pas excéder 300 mots et elles doivent préciser les besoins pratiques
>et techniques des intervenants. Les propositions peuvent être envoyées, en
>français ou en espagnol à l' adresse suivante jusqu'au 6  juin 1999:
>
>IIIe Congrès mondial AITU de Dakar (Sénégal)
>Collège de Valleyfield
>169 Champlain
>Valleyfield J6T 1X6
>Canada (Qc)
>Télécopieur: 1-450-377-6048
>Courrier électronique: jmlarrue@colval.qc.ca
>
>Pour plus détails, voir le site Web de l'Association à l'adresse:  AITU.COM
>
>
>Larruwe
>

!!!!!!!!!!!
 ^   ^
 @  @
  ..
  0 ~

Christiane Gerson
PhD,études et pratiques des arts (rédaction)
Universite du Quebec a Montreal

cgerson@rocler.qc.ca
20 rue Recollet
Salaberrry-de-Valleyfield
Quebec, Canada, J6S 2H5