référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-05/msg00059.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: suite (2) "Larvatus prodeo"/Jean Reinert Anne-Caroline d'ARNAUDY



De Descartes "philosophe masqué", nous en arrivons à tenter de définir la
participation de l'acteur dans l'univers théâtral...
Mais, comme Descartes l'a fait lui-même, et comme vous le sous-entendez si
justement, Jean Reinert, Il faut savoir si nous nous plaçons du coté de
l'auteur, de l'acteur ou du spectateur. Je n'oublie pas non plus le metteur
en scène qui se trouve être, à mon avis, un combiné des trois cités plus
haut...
Dans un premier temps, entendez-moi bien : au théâtre ou au cinéma, quand
l'acteur est un situation d'interprétation, il réalise un travail que
l'auteur n'aurait peut-être pas soupçonné et dont le spectateur n'a
sûrement pas conscience...
Comme j'affirme que "le geste précède la parole", (c'est un des nombreux
conseils techniques que je transmets à mes élèves), je veux dire que
l'inspire précède la parole, qu'il n'y a pas d'autres moyens de donner vie
à un texte écrit que de le respirer...
En ce qui concerne le mensonge du théâtre, laissez-moi m'amuser à cette
comparaison : 
Le groupe acteur/auteur/metteur en scène ne serait-il pas autre chose qu'un
magicien qui offrirait au public une illusion tellement proche de la
réalité que le spectateur isolé lui-même n'ait plus envie de savoir s'il
assiste à un mensonge ou à la vérité ?
Et Descartes, ne s'avance-t'il pas masqué sur le théâtre du monde pour
défendre sa vérité ?
Cordialement, 
Anne-Caroline d'ARNAUDY
arnaudy@wanadoo.fr