référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-07/msg00020.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Critique Guy Spielmann



Voilà maintenant une demi-douzaine de fois que j'entends prononcer ce
terme de "critique d'humeur" (dans un sens toujours péjoratif) par les
professionnels français du théâtre ou leurs proches. C'est exactement ce
qu'a répondu Jean-Pierre Vincent [directeur du T. des Amandiers de
Nanterre, anciennement de la Comédie-Française et du TN de Strasbourg]
il y a quelques jours lorsque je lui ai justement demandé son opinion du
rôle actuel de la critique comme partenaire dans la représentation.

Il est clair que les créateurs ressentent comme une blessure --- même
s'ils prennent leurs distances --- les jugements à l'emporte-pièce et à
l'humeur de la plupart des critiques du moment. J-P Vincent a ainsi
évoqué avec envie la situation outre-Rhin, où se pratique encore un
*métier* de critique, qui consiste avant tout à fournir au lecteur des
éléments d'appréciation et de compréhension, de retracer l'historique de
la mise en scène d'une pièce donnée et, peut-être, en fin d'article,
d'avancer une opinion sur celle dont il est question.

Il est évident que ce "métier" demande une formation, ainsi qu'une
solide culture théâtrale que les journalistes ne possèdent peut-être
plus. A qui la faute? Aux écoles de journalisme? Aux rédacteurs en chef,
qui confient la rubrique au premier venu? Peu importe au fond. Il me
semble que ce manque de jugement --- ou plutôt, de la capacité de juger
selon une *méthode* qui tempère l'humeur --- peut se corriger par une
formation appropriée qui enseignerait à chacun à créer sa propre grille
(je ne crois guère à un formulaire applicable par tous....), mais
surtout demande la promotion d'une approche organique du fait théâtral
où il n'y ait plus coupure (ou antagonisme) entre création et critique,
mais synergie et collaboration (ce qui n'exclut pas les controverses).

Il y a quelques mois (années?), une discussion assez véhémente sur ce
même forum avait tourné autour de l'antagonisme entre les
"universitaires dans leur tour d' ivoire" et les "professionnels" sur
leurs planches, pour en venir à la conclusion que cette dichotomie
n'avait pas lieu d'exister, et que la plupart des abonnés de cette liste
la récusaient d'emblée, étant à la fois  "érudits" et "praticiens".

Il me semble donc que les universitaires, fondamentalement mieux
informés et plus réfléchis que pas mal de journalistes de la grande
presse, et de plus en plus enclins à s'intéresser à la création
contemporaine, auraient un rôle important à jouer dans la renaissance
d'une critique productive qui fonctionnerait en complémentarité avec le
travail des auteurs, des metteurs en scène et des acteurs. La balle, il
me semble, est dans notre camp...

--
____________________________________________________
|  Dr. Guy Spielmann            Visitez La P@ge de Guy:
|  Department of French      http://www.georgetown.edu/spielmann
|  Georgetown University      ... et la page des débutants
|  37th and "O' streets         http://cweb.middlebury.edu/debutant
|  Washington, DC 20057
|  U.S.A.
|  Voice (202) 687-5852
|  Fax    (202) 687-7083
|  spielmag@gusun.georgetown.edu