référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-08/msg00001.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: rôle du critique Bernard Faivre



L'intervention de Gilda Draganescu me semble poser assez justement les limites de ce débat sur la critique théâtrale. Je la chicanerai cependant sur un point: le public est beaucoup plus qu'un "thermomètre" et je crois qu'il contribue de manière déterminante à la "valeur" du spectacle. C'est, pour reprendre la formule de Meyerhold, le "quatrième créateur" (après l'auteur, le metteur en scène et l'acteur). Dans toute représentation, le public est un partenaire actif qui a un rôle non négligeable dans la réussite ou l'échec. Cela rend justement l'éventuelle objectivité parfaite d'un critique d'autant plus improbable qu'il ne rendra compte que d'une représentation, celle à laquelle il a assisté.
En fait, une critique théâtrale n'est qu'un contrat posé entre le critique et son lecteur: "lecteur, depuis le temps que tu me lis, tu sais mes goûts, mes enthousiasmes et mes aversions; donc, quand tu me lis, à toi de décoder et de te faire ton opinion". Dans le meilleur des cas, un critique est comparable à un ami qui vous dit: "J'ai vu ce spectacle: il ne faut pas rater ça" ou bien " Bof, moi je me suis ennuyé". Le reste n'est  que justifications plus ou moins pertinentes de cet avis "brutal" qui est bien ce qu'on demande à un critique ("Est-ce que ça vaut la peine d'y aller?") ...