référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1999-12/msg00043.html
     Chronologie       
     Conversation       

FW: Les auteurs dramatiques et les critiques : m ême combat ? Claude Champagne



Title: FW: Les auteurs dramatiques et les critiques : même combat ?
   Je vous transmets un message qui s'adresse particulièrement aux auteurs québécois en provenance de l'Association Québécoise des Auteurs Dramatiques (AQAD).
--
Claude Champagne
E-Mail : champagne.c@videotron.ca
Page Personnelle (http://membres.tripod.fr/el_claudio_1/index.html)

----------
From: aqad <info@aqad.qc.ca>
Date: Wed, 22 Dec 1999 13:37:50 -0500
Subject: Les auteurs dramatiques et les critiques : même combat ?

Les auteurs dramatiques et les critiques : même combat ?

Lautomne 1999 a fourmillé de rebondissements pour les auteurs et les critiques. Il sest en effet passé peu de semaines qui naient été marquées ici ou à létranger de philippiques enflammées émanant de membres de lun ou lautre groupe.

Le cinéaste français, Patrice Leconte, disait ainsi accepter la critique, mais refuser les mépris et les assassinats planifiés dune coterie de plumitifs parisiens. Pendant ce temps, lAssociation québécoise des critiques de théâtre lançait une pétition au titre accrocheur " Culture et critique : même combat " pour dénoncer le peu de place fait à la critique dans les médias dici.

À ces passes darmes sur le rôle de la critique, se sont ajoutées des déclarations remettant en question la qualité du travail des auteurs dici. Prise la main dans les goussets profonds de Téléfilm Canada et de la SODEC, la richissime productrice de télévision Micheline Charest, propriétaire de la firme CINAR, rendait les auteurs dici - pas assez qualifiés et en nombre insuffisant selon elle - responsables de ses malheurs. Jamais en retard dune polémique, lineffable Robert Lévesque, de son côté, clouait au pilori les auteurs québécois joués cet automne à Montréal.

Les auteurs québécois ont eu à notre connaissance peu loccasion de donner leur avis sur lensemble de ces questions, si ce nest dans les rubriques " Lettres à léditeur " des journaux ou sur le web. LAQAD leur offre donc la possibilité de faire connaître leur point de vue dans les colonnes de son Bulletin. Pour mémoire, nous vous proposons un florilège de quelques citations, auxquelles vous pouvez vous référer ou non à votre guise.

Le prochain numéro du Bulletin doit paraître à la fin du mois de janvier. Nous vous demandons donc de nous faire parvenir votre point de vue avant le mardi 18 janvier 2000 cela, par la poste, par télécopieur ou par courriel. Si vous ne pouvez respecter ce délai, faites-le-nous savoir. Nous verrons ce que nous pouvons faire. Et nhésitez pas à faire circuler cet appel parmi vos confrères (et consurs) auteurs.

Michel Beauchemin

Tél. : (514) 596-3705 ou (514) 522-5961 entre le 22 décembre 1999 et le 5 janvier 2000

Télécopieur : (514) 596-2953

Courriel : info@aqad.qc.ca

" Le réalisateur de Ridicule se disait " effaré de lattitude de la critique vis-à-vis du cinéma français. Certains papiers, qui ressemblent à autant dassassinats prémédités, me font froid dans le dos. Comme si leurs auteurs sétaient donné le mot pour tuer le cinéma français commercial, populaire, grand public ". In Le Devoir, page 1, propos cités par Christian Rioux.

Pétition " Culture et critique : même combat " - Nous, soussignés, manifestons notre désaccord avec la tendance actuelle à réduire de plus en plus la place que lon accorde à la critique professionnelle, à la fois dans les médias électroniques et dans la presse écrite. Il nous semble aberrant quune radio publique, par exemple, sen remette systématiquement à de simples spectateurs pour juger dune uvre théâtrale, ou pis, que certains réseaux aient complètement abandonné la critique dans certains domaines ; comme il nous semble tout aussi déplorable que certains grands quotidiens naient plus de critiques attitrés à temps plein. Nous pensons que le public mérite un éclairage avisé sur les productions culturelles.

Pétition diffusée par lAssociation québécoise des critiques de théâtre, sous la responsabilité de Michel Vaïs
. (queatre@uqam.ca)

" Détail piquant : dans son discours, Micheline Charest sest félicitée davoir investi " de façon continue dans la formation de scénaristes et dartistes dici ", mais elle a ajouté presque immédiatement que " les pénuries de main-duvre qualifiée ça existe ". Plusieurs ont compris hier que Mme Charest faisait allusion au fait quon pouvait manquer de scénaristes qualifiés ". In Le Devoir, 18 novembre 1999, page 1, article de Paul Cauchon.

" Elles (les pièces N.D.L.R.) me paraissent, on laura remarqué, faiblardes, molles ou écrites de biais. Ainsi de puis la rentrée de septembre nen ai-je vu aucune - je parle des créations - qui mait dune quelconque façon intéressé. Choinière, Champagne, Billette, Bienvenue (on le saura tantôt) et Chaurette (mais cest une autre histoire), rien qui vaille, rien qui naille; ou alors du truc mal désappris à lÉcole nationale ou alors le tout-venant dune jeunesse qui ne sait pas quoi dire ni comment lécrire ". In ICI, Du 11 au 18 novembre 1999, page 35, article de Robert Lévesque.

" À Montréal, moins prestigieuse, la curée anti-critique est constante et le cuir y est mince. Le milieu théâtral mijote dans le ressentiment car pour lui la critique, à moins dêtre favorable ou au moins complaisante, ce quelle est pourtant largement, est vécue comme lattaque répétée dun adversaire commercial; cest quasiment une opération qui serait illégitime, en tout cas une concurrence déloyale auprès du spectateur payeur ". In ICI, Du 9 au 16 décembre 1999, article de Robert Lévesque.