référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2000-04/msg00015.html
     Chronologie       
     Conversation       

Lettre ouverte à Jack Lang thierry lorel



Lettre ouverte
à
M. Jack Lang
Ministre de l’Éducation Nationale
au sujet
du Festival Espace Libre
(seul festival - étudiants et professionnels de Nice)


Le Festival Espace Libre n’est pas libre. Il n’est pas libre parce que la 
commission de sécurité interdit l’accés aux amphithéâtres prévus pour 
recevoir des spectacles. La Faculté n’a donc pas de lieu pour recevoir le 
public.
Est-il envisageable qu’une Faculté chargée par le Ministre de l’Éducation 
Nationale de former des acteurs, des danseurs et des musiciens, n’ait pas de 
lieu pour que ses propres étudiants aient un contact avec le public ?
Oui, l’Université de Nice est un criant exemple. Depuis des années, 
enseignants et étudiants soulèvent le problème. Depuis des années, ils ne 
sont pas entendus.
Peut-on imaginer un étudiant de médecine qui n’aurait pas accés à l’hôpital 
? Alors comment peut-on accepter qu’une U.F.R. lettres, sciences humaines et 
arts n’ait pas droit au spectacle vivant ?
Le Festival Espace Libre n’est pas libre. La liberté, ce sont les moyens de 
la liberté. Le Département des Arts ne les a pas, ni les artistes de Nice 
qui sont obligés de " squatter " une ancienne caserne pour pouvoir créer. 
Les artistes et les étudiants artistes ont ensemble conçu le Festival Espace 
Libre pour redonner aux arts niçois un élan printanier. Ils ont dépensé sans 
compter et le temps qui leur manque et l’argent qui leur fait défaut. Les 
uns ont apporté leur métier et les autres leur enthousiasme. Le Festival 
était bien lancé! Et bien, le Festival avorte = la liberté de son espace 
sera réduite à quelques extérieurs menacés par la pluie.
Bien sûr qu’il ne faut pas risquer l’accident, mais la sécurité a bon dos. 
Derrière elle se cachent une ville qui ne donne pas de toit à ses artistes 
et une université qui ne donne pas d’outil à ses étudiants.
Les Ministres se sont succédés pour célébrer la nécessité des arts, de la 
citoyenneté et de la convivialité. Au pied des faits, il faut se rendre à 
l’évidence : les mots ne coûtent rien.
Alors que faire ? Rentrer nos guitares et nos masques comme les Anciens 
Combattants remisent leurs drapeaux, ou bien faut-il agir pour que ceux qui 
ont choisi d’être responsables assument leurs responsabilités.
Agissons! Sortons des mouroirs et des boîtes à diplômes où ne sont bien que 
ceux qui font du carriérisme et qui fabriquent des chômeurs. Dansons notre 
espérance de vie jusqu’à ce que la vie retrouve son Espace de Liberté.


Claude Alranq
Directeur du Département des Arts
Université de Nice

---------------------

PS : Le Directeur du Département des Arts sera enchaîné en compagnie 
d'étudiants de l'Université au portail de la Faculté des Lettres, Arts et 
Sciences Humaines de Nice mercredi 12 avril à partir de 16h.
______________________________________________________
Get Your Private, Free Email at http://www.hotmail.com

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--