référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2000-06/msg00053.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Formation du Regard du spectateur Jean Reinert



Bonjour,
sans vouloir vous faire de procès d'intention, cher Emile Lansman (je
connais  votre engagement efficace pour l'écriture contemporaine), ni
remettre en cause le dispositif dont vous nous informez, cette fois encore,
cette notion de formation du public me gène.
Elle ne peut se limiter aux conceptions généreuses qui prévalent par exemple
dans "l'éducation populaire". Cela pose d'autant plus problème que
l'idéologie dominante, si elle exalte soi-disant l'individu, minore l'être
social (en particulier dans sa dimension citoyenne) et ne perd pas une
occasion d'en faire un assisté, économique, social... et bientôt culturel ?
C'est d'autant plus troublant quand on voit des artistes rémunérés par
l'État  ou des institutions en dépendant, clamer leur mépris du public dans
des déclarations d'intention du genre: "je sais que cela ne va pas plaire
aux gens, que cela va les choquer. Mais je fais cela précisément pour les
choquer, pour les sortir de leurs (sous entendu: minables petites)
représentations personnelles..."
Car il va de soi que "les gens" ont une expérience de la vie et de la
société qui ne vaut rien auprès de celle de l'artiste.
Ce qui est remarquable, c'est que ce mouvement s'accompagne d'une vacuité
effarante de la pensée. Plus on veut choquer, moins on pense, semble-t-il.
Et on peut se demander, à voir certains spectacles, si celle-ci n'est pas
l'ennemi n°1 de ces "novateurs". Il est vrai qu'en général, le public fuit
les spectacles provocateurs ou assommants  (surtout s'il ne sont que cela),
sauf ceux que le discours ambiant a convaincu de faire partie d'une élite
avant-gardiste !
Que signifie "former le public" ? Lui apprendre à dire merde aux spectacles
vacants et emmerdants ? Lui apprendre à apprécier ce qui est beau et emporte
l'adhésion ? Cela paraît bien inutile. Je ne peut m'empêcher de trouver
suspect ce concept, comme si une élite détenait une vérité supérieure sur le
devenir social, bref, quelque chose comme une vision totalitaire de la
société. L'oeuvre d'art ne parle-t-elle pas d'elle-même ? N'est-ce pas elle
qui doit aller vers "son" public ?  Que peut demander un artiste sinon
d'avoir un public disponible à son art, c'est à dire pas absolument aliéné
par le travail ou abêti par une société consumériste ? Serait-ce le cas d'un
(non-)public actuel ? Là encore, l'artiste aurait-il autre chose à faire que
proposer de la beauté et de l'intelligence, du moins ce qu'il prend pour
telles ?   A partir du moment où la société permet une disponibilité du
"public" à l'art, il n'y a de formateur qu'une confrontation des oeuvres
entre elles, c'est à dire une véritable liberté de création. Et il est
essentiel que le public intervienne alors (et c'est sa dimension citoyenne,
non institutionnelle) comme "facteur de valeur": comme il le fut pour les
tragiques grecs, pour Shakespeare, pour Molière, pour Brecht.
Vouloir former, instruire, redresser le public, que ce soit par les leçons
ou la provocation, est un projet totalement étranger à l'art et à l'artiste.
L'art, le théâtre en particulier, suggère une relation beaucoup plus
subtile, intime, entre l'individu et la société, qui ne sert ni l'un, ni
l'autre, mais seulement elle-même: l'être-au-monde.
Bien cordialement,
Jean Reinert
Em : jreinert@wanadoo.fr
"jr dramaturgie" :    http://perso.wanadoo.fr/jean.reinert/

-----Message d'origine-----
De : Emile Lansman <Lansman.Promthea@gate71.be>
À : Liste de discussion en francais sur le theatre <queatre@uqam.ca>
Date : mardi 27 juin 2000 14:28
Objet : Formation du Regard du spectateur


>Aux membres européens pour invitation.
>Aux autres membres pour information.
>======================================
>
>
>--> APPRENDRE A VOIR LE THEATRE SOUS UN AUTRE ANGLE
>
>
>Un peu partout dans le monde, le problème de la formation du public
>théâtral est à l'ordre du jour. Rendre le spectateur plus motivé, plus
>réceptif donc plus critique, constitue un des enjeux du théâtre créatif
>d'aujourd'hui. De même que lui donner accès aux codes et aux signes
>dramaturgiques qui permettent de lire une mise en scène à plusieurs
niveaux.
>

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--