référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2001-05/msg00021.html
     Chronologie       
     Conversation       

recherche sur le silence Philippe Rousseaux



Bonjour à tous,
 
Je mène actuellement une recherche autour du rôle et de l'importance du SILENCE au théâtre, surtout concernant le silence de l'acteur: non seulement son jeu silencieux (non verbal), mais également et surtout les silences qu'il introduit dans son texte dit ou joué (il peut également s'agir d'un conteur) et qui l'aident à tenir la force dramatique de la situation en train de se jouer.
 
J'ai l'intuition que ces silences de la parole de l'acteur (ou de l'orateur en général), par analogie, jouent le même rôle que les silences en musique, qui sont des valeurs musicales et qui font même exister cette musique (sans les silences qui sculptent la musique, qui lui donnent une forme donc, la musique n'existerait même pas). En quoi est-ce effectivement une bonne analogie? Ou en quoi est-ce différent au théâtre?
 
Je suis également intéressé, mais dans une moindre mesure, par les silences du public dans son ensemble ou du spectateur en particulier: pourrait-on définir une typologie sommaire des différents types de silence du spectateur: le silence du suspens haletant, le silence de l'ennui, le silence qui précède l'explosion du rire, le silence des larmes, etc.? peut-on parler d'une qualité de silence? dans quelle mesure? se mesure-t-elle?
 
Je vous remercie de m'indiquer des pistes bibliographiques ou d'écrire vos propres réflexions à ce sujet.