référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2002-03/msg00051.html
     Chronologie       
     Conversation       

Conseils à une actrice "à la veille" de son examen serge ouaknine



Une jeune actrice qui fut une des mes étudiantes en Europe  m'écrit  en urgence
pour lui donner quelques ultime sconseils à la veille de son examen d'entrée à
une " grand école " ! Je lui ai rédigé cette nuit ce texte qui certes "à la
veille" d'un examen arrive peut-être trop tard ou peut être juste à temps pour
provoquer quelques  audaces, à la fenêtre de ses rôles ...le voici donc pour
Queatre.
=========================================================
Conseils à une actrice "à la veille" de son examen 
Qu’est-ce que jouer  ?

Serge Ouaknine

La fiction doit  l'emporter sur le didactique. Brûlure de toujours.... Double
visage de l’artiste de dire et de laissez parler... Il faut faire avec ses
démons... et le quotidien l'emporte parfois... un temps fait son travail...

Ce qui est important pour votre concours c'est de savoir "nuancer" votre jeu
par des ruptures claires et parfois abruptes. Quand et où la voix est TRÈS
rageuse et quand se perd -elle dans une fluide nostalgie ( dans la même
phrase). Ne montez pas la voix à la fin de phrases, défaut des débutants. Ne
criez pas les mots « importants ».  La vérité est un énoncé du silence. Dites à
contre sens, à contre courant les mots que vous croyez importants. La vérité
est un paradoxe pas une thèse... Quand elle tombe dans le grave et puis le
silence et quand  elle s'accélère. 

Ce qu'on doit croire c'est vous pas les mots.  Jouer vite, furtif, pour effacer
le sens des mots qui est déjà là dans le texte. Mettez l'accent sur un détail
du corps. Ne vous agitez pas. Faire rire et pleurer en même temps une phrase.
Le théâtre est le lieu où se répare un deuil où se confirme un ressentiment de
dépossédé ou l’urgence d’un désir ...  Soyez « vulgaire » ou détrônée avec
élégance.

Ne cherchez pas l'intelligence, c'est le rôle de l'auteur pas de vous qui doit
demeurer musique et vibration des organes... Seules de bonnes ruptures de jeu
font entendre la continuité du personnage... Le jeu est une ***démesure***, un
excès non télévisuel, une amplitude qui doit émouvoir le ciel. Soyez droite et
souple...  

Regardez loin  et parfois faites sentir que c'est à vous mêmes que vous parlez,
comme une confession intime, et parfois c'est une adresse à la salle entière,
simple métaphore de l'humanité entière...Les mots sont une danse , une rage ou
une prière... et parfois une déclaration d'amour.. Toutes les déclarations
d'amour ne sont pas des prières... mais des appels et des revendications
terribles et parfois des soupir de honte. 

Cherchez le héros chevaleresque et impatient et le vaincu errant et qui accepte
la défaite...
On ne fait pas deux fois le même cadeau . Aussi ne vous enfermez pas dans la
monotonie du grand flux où vous croyez vous fondre en votre personnage. Même
les litanies ont des nuances et des stances qui altèrent le cours du réel.

Ne comptez pas sur votre « réplique » mais sur ce que vous lui offrez. Certes
un bon partenaire participe de la poésie de la rencontre mais dites-vous que
vous êtes le timon du poème à l’écoute du vent. Et parfois le  vent briseur de
cargaison… 

Une chose est certaine, l'art a une fonction "réparatrice" si c'est le langage
qui est honoré. Je dis réparateur et non thérapeutique. Notre époque confond
tout. La réparation concerne le monde. La thérapie  le moi seulement .
Si ces phrases dont vous êtes l’ambassadrice  sont la nécessité du poète il
faut les laisser aller à leur vide naturel  par une vacuité intérieure, votre
absence est aussi féconde, une absence attentive — car elles exprime un état du
monde, l'heure juste d'une vie. 

L’art n'est pas moral. Il faut savoir dire Non par le rôle, dans la situation, 
mais non à votre partenaire ou réplique effective à qui vous adressez en
permanence un Oui inaudible.  Vous n’êtes pas le personnage mais son hôte
salvateur, son avocat partie prenante et lointain en même temps. C’est cette
distance bienfaisante qui permet le flux du vrai.

Dans un rôle,  ce qui est « juste » se limite à un excès de rigueur, au pire de
contrôle, ce qui est « vrai » est un abandon dont vous gardez la maîtrise. La
maîtrise offre,  le contrôle retient.

Enfin la technologie est un pont ce n'est pas une finalité.  Restez à l'écoute
pudique et sensible de la violence du monde ! 

Votre voix c’est votre tête qui descend vivre au  ventre, c’est  votre sexe qui
remonte en un déchirement aigu, c'est dénouer l’amplitude  pour le bonheur d’un
silence collectif. Et puis  "rentrer le menton", chasser la voix de tête en
tirant par la nuque vers le ciel pour laisser descendre ce Dieu qui illumine
votre présence charnelle. Mais résister toujours à la pesanteur, demeurer en
tension même avachi comme un clochard ivre….

Repousser le sol et ne pas se fondre à lui. Marcher comme un fantôme
énergiquement lent. Comme un dragon  qui veut vaincre et que l’amour peut
enivrer. 
Vos encrages intimes doivent subvertir le rôle, casser l’énonciation usuelle,
et parfois le texte vous ordonne  d’être  un souffle lent et soutenu comme une
agonie de l’âme sans cesse recommencée…

Bonne chance!

Serge Ouaknine@2002



=====
Serge Ouaknine - Montréal (Québec) Canada

Email : serge_ouaknine@yahoo.fr 
Sites Internet via :                                   http://www.khryss.com/r34424/kdr02.html

___________________________________________________________
Do You Yahoo!? -- Une adresse @yahoo.fr gratuite et en français !
Yahoo! Mail : http://fr.mail.yahoo.com

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--