référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2002-06/msg00014.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Librairie Bonaparte à Paris Martine Beaulne




Il s'agit de American Buffalo de David Mamet.

A 09:39 02-06-09 +0000, vous avez écrit :
>
>Bonjour,
>Voici un extrait de la pièce peut-être pourrez-vous m'aider à
>retrouver l'auteur et la publication
>Merci
>Thierry Lorel
>Université de Nice
>
>................
>BOB. Salut.
>Temps. Bob est sorti.
>DON. Putain de gosse...
>PROF. Bon, où est Fletcher ?
>DON. Te bile pas, il va venir.
>PROF. Question ! oui mais quand ? Il a peut-être cassé sa montre.
>DON. Peut-être bien. Prof. Il l’a peut-être cassée pour de vrai.    
>PROF. Et peut-être que moi j'ai pas cassé la mienne ? Tu paries
>? Un petit pari à la con ? Combien tu as dans tes poches ? Je te
>parie tout ce que tu as dans tes poches contre tout ce que j'ai
>dans les miennes, je fonce chez moi et je te ramène ma montre
>cassée.            
>Pause.                   
>DON. Du calme.
>PROF. Je suis calme. Je suis juste énervé.
>DON. Je sais.
>PROF. Où est-ce qu'il est, je suis bien là moi ?
>DON. Tinquiète.
>PROF. Qui d'autre que moi peut s'inquiéter ?
>DON. (Et merde.)
>PROF. Ça prouve quelque chose.
>DON. Ça prouve rien du tout. Il est en retard c'est tout simple.
>PROF. Pas comme pour moi.
>DON. Tu étais en retard toi aussi.
>PROF. Je sais, mais moi je me suis fait engueuler pour ça.
>DON. S'il est en retard, il a une raison.
>PROF. Refusé.
>DON. C'est ton droit.
>PROF. Et Bob, qu'est-ce qu'il foutait là ?
>DON. Il te l'a dit. Il voulait me vendre sa monnaie.
>PROF. Il est venu pour ça ?
>DON. Oui.
>PROF. Te vendre le bison ?
>DON. Oui.                                                  
>PROF. Il l’a eu comment ?
>DON. D'un type.
>PROF. Qui ?                          
>Pause.                                                      
>DON. Je sais pas.                                            
>Pause.            
>PROF. Où est Flelcher ?                                      
>DON. Je sais pas. Il viendra.
>Il prend le téléphone et compose le numéro.
>PROF. Il viendra.
>DON. Oui.
>PROF. Mais il est pas là.
>DON. Non.
>PROF. Et si on partait vérifier, à la maison du type ?
>DON. Chez le type ? Non.                                  
>PROF. Il n'y a que ça à faire... (Il est pas chez lui ? Raccroche.)
>DON (il raccroche). Tu veux y aller en éclaireur ?
>PROF. Oui.                                                
>DON. Pourquoi ? Bob l’a vu se tailler avec sa valise.
>PROF. Juste pour s'assurer, non ?
>DON. Si tu veux.                                            
>PROF. Tu paries. On lui téléphone.                            
>DON. On appelle le type ?
>PROF. Oui.
>Pause.
>DON. Bonne idée.                                          
>(II prend le téléphone. Cherche le numéro du type. Compose.
>Pour
>lui-même.)
>C'est un bon truc.                                          
>PROF. Ça c'est de l'organisation... Ça se prépare. S'il répond
>Don à Prof : " shhhht. "                                      
>PROF. Je vais te dire quoi faire s'il répond.                      
>DON. Quoi ?                                        
>PROF. Raccroche. (Don va raccrocher.) Non. Ne raccroche pas.
>Si raccroche. Maintenant !                                      
>(Don raccroche.)                                            
>Ecoute: s'il répond...                                      
>DON. ... Oui ?
>PROF. N'éveille pas connement ses soupçons,                  
>DON. D'accord.                                              
>PROF. Et il est probable qu'il sera pas là, mais s'il répond dis
>que tu
>as fait un faux numéro. Genre naïf.
>Pause.                  
>Donne-moi le téléphone.                                    
>(Don lui tend le téléphone.)                                
>Passe-moi la carte,
>(Don donne la carte.)                                      
>C'est son numéro ? 221-7834 ?                              
>DON. Oui.                                            
>PROF (après avoir reniflé). Regarde. Je compose et je demande
>quelqu'un appelé " Jane ", et je donne un numéro mais dont j'ai
>changé les chiffres de place.                                  
>(Pause.)                                                    
>Faut dire : " C'est le 221-7843 ? "                            
>DON. ... Oui ?                                          
>PROF. Et eux, ils disent " non ". (Il faut que je dise " 7843 " au
>lieu ^
>de " 7834 ".) Donc, on demande, naïf : " C'est bien le 221-7843 ?
>", ils disent " non ", mais on sait comme ça que le type est chez
>lui et on brûle pas le coup.                              
>DON (pendant que Prof compose le numéro). Vu.              
>PROF (au téléphone). Allô ? Oui. J'appelle, heu... Je veux parler à
>Jane ?
>(Pause.)                                                  
>C'est bien le 221-7843 ?                                  
>(Pause.)                                                
>Ah, c'est bien ce numéro ?... Oui. C'est quand même une erreur.
>Excusez.
>(Il raccroche.)
>(Bizarre. C'est quoi le numéro ?)
>DON. 221-7834.
>PKOF. Bon. (Il compose le numéro, écoute.) Cette fois il n'y a
>personne. On appelle ça prendre des précautions. On vérifie. On
>revérifie.
>(Il raccroche.)
>Tu veux essayer ?
>DON. Non.
>PROF. Prends toutes les précautions que tu veux. Ça me
>dérange pas. Don. Ça m'embête pas. Ce qui me rend dingue, c
>est quand t'es mou.
>DON. Ce qui veut dire ?                    
>PROF. Tu le sais bien.
>DON. Mais non.
>PROF. Exemple ; j'arrive, le gosse est là.
>DON. Il sait rien.
>PROF. Non ?
>DON. Non.
>PROF. Alors pourquoi il était là ?
>DON. Me vendre son bison.
>PROF. A cette heure-ci ?
>DON. Oui.
>PROF. Une pièce de valeur.
>DON. On n'en sait rien.
>Pause.
>PROF. Où il est Fletch.
>DON. Je sais pas. (Il saisit le téléphone et compose un
>numéro.) Il
>est pas chez lui. Il est pas chez lui, Don. Il est sorti.
>DON (au téléphone). Allô ?
>PROF. Il est là ?
>DON. Ici Donny Dubrow.
>DON. Oui.                                          
>PROF. Le problème est différent. Tu imagines qu'un type a
>balancé bas
>sa camelote dans son coffre sans écrire nulle part la
>combinaison...
>(Pause.)
>Don... ?
>DON. Oui ?
>PROF. Comment est-ce que tu saurais qu'il Fa pas écrite ?
>DON. (C'est de la pure imagination.)
>Pause.
>PROF. Donc tu t'appuies sur aucune réalité. (Pause.) Tu me
>suis ? Moi aussi, je peux m'installer et me mettre à te raconter ci
>ou ça, toutes les conneries que tu veux, mais ça servira à quoi ?
>Ne me dis pas qu'il ne l'a pas écrit. Dis que tu ne vas rien
>trouver. Ça c'est valable, vu que tu sais pas où chercher. Je te
>demande rien, qu'un peu de confiance.
>DON. Je sais pas.
>PROF. Qu'est-ce que tu sais, alors ? Fais chier. (Tous pareils
>depuis ce matin. Grâce et Rosy, putain.) Mais pourquoi je reste à
>discuter ? Pourquoi je me crève dans ton intérêt ?J en reviens
>pas, Don. Si on m'avait dit un jour que je ferais ça pour toi... (ou
>pour n'importe qui) je l'aurais traité de menteur. (Je rampe
>devant toi, une limace, depuis que je suis là.) Je ne suis pas
>Fletch, moi, rien que pour ça tu devrais tomber a genoux et
>remercier le bon Dieu. (" C est un si bon joueur de cartes ", tu en
>as plein la bouche...) Ce bonhomme est un tricheur. Don. Il
>triche aux cartes — Fletcher, ce type que tu attends.
>DON. II triche ?
>PROF. Putain, et comment.
>DON. Où tu as pris ça ?
>(Pause.)
>Tu es vraiment de la merde, Walter. Aller raconter que Fletch
>triche aux cartes.
>(Pause.)
>Tu l’as vu. Tu l'as vu tricher.
>(Pause.)
>C'est ce que tu dis ?
>PROF. (C'est toujours le pigeon le dernier au courant.)
>DON. Allez, Walter, mélange pas le boulot et le reste.
>PROF. Tu vis dans un monde à toi. Don.
>DON. Fletch triche aux cartes.
>PROF. Oui.
>DON. Je te crois pas.
>PROF. Ali. Tu supportes pas la vérité.
>DON. Non. Désolé. Je joue moi aussi à ce con de jeu.
>PROF. Mais tu vois rien de ce qui se passe.
>DON. Je laisse le magasin à Fletcher, il est là tout seul... Il
>pourrait tout me piquer, de jour comme de nuit.
>Qu'est-ce que tu me racontes. Prof ? C'est rien que du poison.
>Je veux pas écouter ça.
>Pause.
>PROF. Tas rien d'autre à répondre ?
>DON. Non. Rien que ça.
>Pause.
>PROF. Rappelle-loi, Donny. Hier soir. Sur une seule main, tu as
>perdu deux cents dollars. (Pause.) Tu dis : servi, tu bronches
>pas. je me couche avant la relance.
>DON. Oui.
>PROF. Lui qu'est-ce qu'il avait ?
>DON. Quinte flush.
>PROF. Exact. Il en a demandé combien ?
>Pause.
>DON. Quoi ?
>PROF. Combien il en a demandé ?
>DON. Une ?
>PROF. Non. Deux, Don. Il a pris deux cartes.
>Pause.
>DON. Oui. Il en a pris deux sur cette main.
>PROF. Tu dis parole, il en prend deux, tu relances de trente
>billets ? Il en prend deux, résultat : quinte flush ?
>DON (pause). Oui ?
>PROF. Et il a renversé sa saloperie de bière ?
>DON. Oui ?
>PROF. Ah. Tu te souviens de ça ?
>DON (pause). Oui.
>PROF. Et on se penche pour jeter un œil sur les dégâts.
>DON. Oui.
>PROF. On se relève, et lui il étale une flush au roi. (Pause.) En
>ayant
>tiré deux cartes.
>(Pause.)
>Avec ce que tu avais. Don. Tu savais que tu allais le battre, tu
>aurais dû.
>Pause.
>DON. C'est des choses qui arrivent.
>PROF. Donny...
>DON. Oui ?
>PROF. II a étalé cinq cartes rouges. Une flush au roi de cœur.
>Pause.
>DON. Oui ?
>PROF. Je jure devant Dieu qui nous regarde qu'à la seconde ou
>j'ai jeté mes cartes, quand tu as dit " Passe ", j'avais dans mon
>jeu le roi de cœur.
>Pause.
>DON. Et tu n'as rien dit.
>PROF. Non.
>DON. Comment c'est possible ?
>PROF. (C'est vrai qu'il n'a pas l'adresse du type ?)
>DON. Je t'ai dit que non. (Pause.) Il triche et tu dis rien ?
>PROF. J'aime pas les tueries. Je suis pas chargé de te protéger.
>Je suis pas ton tuteur. Tu veux regarder la vérité en face, c'est le
>moment.
>DON. Je peux pas le croire.
>PROF. (L'amitié putain ce que c'est beau.)
>DON. Et tu n'as rien dit ?
>PROF. Je le dis ici, maintenant.
>DON. 11 trichait et tu n'as rien trouvé à dire.
>PROF. Don. Don, tu t'en remets pas que ce type triche.
>DON. C'est ton opinion.
>Prof. Et je la partage. Oui habituellement ce que je dis, je le
>pense. Tu avais pas remarqué ? 9a me rend pas fou de
>bonheur que tu croies que je pourrais te mentir. Mais je m’en fou
>de ça comme du reste. Réveille-toi. Moi je triche pas. Tu es
>furieux, pas contre moi, ça j’le sais, alors contre qui ? Qui est-ce
>qui t’a baisé sur ce coup Don ? Quelqu’un qui n’est pas là ? Qui
>?
>DON. Rosy le sait, qu'il triche?
>PROF. La garce, à ton avis si elle est de mèche c'est avec qui .
>DON Avec lui ?
>PROF (pause). Tu sais combien d'argent ils se sont fait au jeu ?
>DON. Dis ?
>PROF. Remarque, je peux me tromper.
>DON. Prof, pas de salades.
>PROF. Je fais pas  de salades à mes amis. Don. Jamais avec
>mes associés. Je suis un homme d’affaires. je suis ici en
>affaire et en action.
>(Regarde les choses en face… ? Le gosse se pointe, il a une
>pièce de monnaie bien précise, la même que tu avais toi. Le
>type que tu avais mis dans le coup ne vient pas, personne sait
>ou il est.
>(pause).
>D’un coté ça foire, de l'autre un type bien précis se fait
>cambrioler.
>(pause).
>Fletcher est porté disparu. Bon. Pourquoi, je dois reconnaître
>que je ne sais pas. Ce qui est sûr c’est que tous les deux on
>ferait mieux de s'y pointer, Don.
>(Pause.)
>Il est quelle heure ?
>DON. Minuit.
>Pause.
>PROF. J'y vais. Donne-moi l'adresse.
>Prof sort un revolver de sa poche et le charge.
>DON. C'est quoi, ça ?
>PROF. Quoi ?
>DON. Ça.
>PROF. Ce flingue ?
>DON. Oui.
>PROF. Ça ressemble à quoi ?
>DON. A un flingue.
>PROF. C'est un flingue.
>DON (se lève et remonte au centre). J'aime pas ça.
>PROF. Le regarde pas.
>DON. Je suis sérieux.
>PROF. Moi aussi.
>DON. On a pas besoin de flingue. Prof.
>PROF. Je prie Dieu qu'il te donne raison.
>DON. On en a pas besoin, pourquoi est-ce qu'on en aurait
>besoin ?
>PROF. Besoin ou pas c'est pas la question... Moi je me sens
>plus à l'aise, vu ? Ça m'aide à me détendre.
>Et à la grâce de Dieu, dans le cas d'un imprévu si on avait à
>choisir
>(j'ai dit " à la Grâce de Dieu ") alors ce sera lui ou nous.
>DON. Lui, qui ?
>PROF. Le type, chez qui on va. Alors je dis : " A la grâce de Dieu,
>faites que ni lui (ni personne) ne rentre à ce moment-là, faites
>qu'ils n'aient ni couteau ni hachoir... "                          
>DON. Ah ?                                        o
>PROF. ... Collé à un de ces tableaux magnétiques sur les murs
>des cuisines.
>DON. Ah ?
>PROF. Parce que Whack, feu, il tomberait flingué à mort. Pas
>moins. L'arme de dissuasion totale.
>(Pause.)
>On a beau préparer un coup comme des chefs tout merde si tu
>tombes sur un fou furieux décidé à défendre sa propriété privée.
>Les mecs deviennent dingues. Don, tu sais ça. Les
>fonctionnaires... les tueurs au hachoir... tu as intérêt à faire gaffe.
>DON. Le flingue, j'aime pas.
>PROF. C'est un objet personnel. Don. Un de mes objets
>personnels. Un objet personnel tout con. J'aime juste l’avoir sur
>moi. Tu peux comprendre ça ?
>DON. Je veux pas de ça.
>PROF. .J’irai pas sans ça.
>DON. Pourquoi tu le veux ?
>PROF. Pour me protéger, moi et mon associé. Protection,
>prévention. (Dès qu'on se balade un peu dans les rues, au
>premier carrefour...)
>DON. Je veux pas que t'emportes ça.
>PROF. Là je céderai pas. Don. J'ai besoin de l’avoir. De la
>manière dont ça se passe.
>DON. Ce qui veut dire ?
>PROF. Vu la tournure que ça prend. (Il regarde par la fenêtre.)
>Bouge pas.
>DON. Fletcber ?
>PROF. Les flics.
>DON. Qu'est-ce qu'ils font ?
>PROF. Ils draguent.
>Pause.
>DON. Ils sont passés ?
>PROF. Attends.
>(Pause.)
>Oui.                                           .
>C'est eux qui ont raison. Armés jusqu aux dents. Matraques,
>grenades, couteaux... Va savoir quoi d'autre ils trimballent. Ils ont
>raison. 11 y a plus de règles dans cette société, bientôt on
>trouvera tout le monde flingue dans le ruisseau. (On frappe à la
>porte.)
>(Couche-toi. Baisse la lumière.)
>DON. (Attends de voir qui c'est...)
>PROF. Ne réponds pas.
>............................
>
>
>_________________________________________________________________
>Get your FREE download of MSN Explorer at http://explorer.msn.com/intl.asp.
>

>
>
Martine Beaulne
Professeure en jeu et mise en scène
Département de théâtre
UQAM 514 987-3000 #7831
---------------------------------------------------------------queatre-+ _______________________________________________________________________________
>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,
écrire à: listproc@uqam.ca
avec comme seule ligne de message:
unsubscribe QUEATRE

Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, NON PAS dans le Sujet. ---------------------------------------------------------------queatre--