référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2002-06/msg00017.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Librairie Bonaparte à Paris thierry lorel



Quelqu'un aurait-il une idée sur le titre et l'auteur de cette scène




Lou : Bonsoir EVY.
Evy : Bonsoir LOU.
Lou : Tu es en pleine forme.
Evy : Merci.
Lou : J'ai téléphoné à l'hôpital et ils m'ont dit que tu sortais aujourd'hui
Sale expérience hein ?
Evy : Non j'ai adoré, on avait cinéma tous les samedis soir. Comment va 
Pierre de Lune ?
Lou : II y a un mois qu'on s'est quitté.
Evy : Quel était son problème ? Elle ne savait pas faire venir la pluie ?
Lou : Elle ne savait rien faire venir du tout. Tu me donnes une cigarette ?
Evy : Non. Mais si tu veux tu peux prendre un bain. Tu ressembles à un 
trottoir après deux semaines de grève des balayeurs. Tu vis toujours dans la 
prairie ?
Lou : Eddy VALENDO est en tournée. J'habite son studio.
Evy : J'espère qu'il t'a laissé quelque chose à manger. Tu as l'air plutôt
maigrichon.
Lou : Les musiciens ne mangent pas Evy tu le sais. Nous vivons d'âmes.
Evy : L'âme de qui ?
Lou : Je ne cracherais pas sur une "bouteille de bière".
Evy : Tu la demandes ou tu la mendies ?
Lou : Si c'est ce que tu veux entendre ? D'accord je la mendie.
Evy : Je savais bien qu'un jour ou l'autre, tu deviendrais quelqu'un.
Lou : Ah çà c'est mon Evy !
Evy : Tu n'es rien d'autre qu'un puant salaud. Et il fallait que tu viennes
ici aujourd'hui, il a fallu que tu choisisses le moment où je n'ai rien pour 
me soutenir que de la salive et du café.
Lou : Qu’est-ce que tu voulais que je fasse. T’appeler au bistrot du coin et 
te dire allô Evy devine qui c'est ?
Evy : La seule chose qui t'en ait empêché c'est le prix du jeton.
Lou : Evy. Je viens de faire six kilomètres à pied avec des chaussures
empruntées. Parle-moi gentiment merde.
Evy : Comme si rien ne s'était passé ? C'est ça ?
Lou : Oui quelque chose s'est passé. On en reparlera, mais c'est difficile
si tu ne me regarde pas. J'ai brusquement 1'impression d'être tout seul ici.
Evy : Je connais très bien cette impression.
Lou : Je ne dirai qu'une chose sur les indiens, en règle générale ils
n'ont pas de rancune.
Evy : Vraiment ? Qu'est-ce qu'elle a fait quand tu l'as plaquée ? Elle a
galopé dans le soleil couchant ? Elle a exécuté la danse de la lune, en
se contorsionnant et en faisant onduler son joli corps ferme de 18 ans ?
Lou :  Pas spécialement…
Evy :  j’ai 35 ans. Les docteurs m'ont ait que je ne devais plus boire et
je devais éviter les guitaristes de 25 ans. Maintenant rentre chez toi.
Trouve-toi quelqu'un de ton âge.
Lou :  Je veux revenir Evy... Aujourd'hui, demain, la semaine prochaine
mais je veux revenir.
Evy : Je vois... Avec les repas ou sans ?
Lou : Peut-être avec un peu d'humilité, j'apporterai tout ce que je pourrai.
Evy : Je ne veux pas que tu voles pour moi.
Lou : Laisse-toi  aller un peu tu veux ? Essaie de t'intéresser à moi! 
Demande moi comment va le travail.
Evy : Comment va le travail Lou ?
Lou : C'est très gentil de me le demander. J’écris. Je ne vends rien mais
j'écris.
Evy : J'en suis fabuleusement ravie pour toi Lou.
Lou : Tu t'en fous royalement oui. Tu t'en es toujours royalement foutue.
Oh ! tu t'occupais de moi je ne dis pas le contraire. Affection, Amour 
Passion, il suffisait que je te regarde avec un peu plus que de 
l’indifférence et tu sautais au lit avec tes souliers.
Evy : Mille excuses, la frigidité n'a jamais été mon fort.
LOU : J'aurais vendu des saucisses dans n'importe quel boui-boui ça n'aurait 
fait aucune différence pour toi.                           '
Evy : Rien ne faisait de différence pour moi excepté toi.
Lou : Tu t'en foutais complètement si ce que j’écrivais était bon ou mauvais 
du moment que c'était fini. "C'est splendide et maintenant au lit".
Evy : Tu écrivais, tu jouais, moi j'écoutais tes trucs. A moins de te 
publier je ne vois pas ce que j'aurais pu faire.
Lou : En réalité, tu n'aimais pas vraiment ce que je faisais. Si tu as 
jamais pensé que j'avais un vrai talent ? Et merde...
Evy : Ça c'est la bonne définition.
Lou : Alors, pourquoi tu ne le disais pas ?
Evy : Tu n'étais déjà pas si affectueux avec moi. Si en plus je t'avais fait 
de mauvaises critiques...
Lou : Alors ça, c'est pas croyable. Tu as toujours détesté tout ce que
j'écrivais et tu ne m'en as jamais dit un mot jusqu'à maintenant.
Evy : Bon d'accord, tu as beaucoup d'avenir... Et maintenant, laisse moi
seule.
Lou : Je vais te dire un truc. Evy, tu es la plus insupportable emmerdeuse 
que j'ai jamais rencontré... Et pourtant je suis toujours là à t’écouter…  
Merde, tu veux que je le dise et bien je le dis : J'ai vachement besoin de 
toi.
Evy : Pour combien de temps ? Jusqu'au moment où tu fileras avec la petite 
chinoise du restaurant polynésien.
Lou : Evy, je te jure...
Evy : Pas de promesses... Je viens de quitter un hôpital rempli de gens
qui n’attendent, que ça, des promesses.
Lou : Tu avais ce problème 10 ans avant de me rencontrer.
Evy : Ce n'est pas une raison. Je ne veux pas l'avoir pour les 10 ans à
Venir.
Lou : Qu'est-ce^ que tu veux me faire croire, que tu es guérie ? On t'a
mise au lait et aux yaourt pendant 5 mois. Maintenant tu vas vivre heureuse 
comme ça ?.... Tu as encore toute une vie devant toi Evy. Je ne suis pas 
venu pour te faire des promesses bidon.'.. Bien sûr dans 6 semaines je peux 
dégoter une autre mignonne paire de fesses et dans 8 semaines on peut te 
retrouver sous le piano avec un casier de Champagne. Peut-être bien que oui, 
peut-être bien que non. A nous deux Evy, nous ne faisons pas quelque chose 
de costaud, je dis simplement qu'ensemble on a une chance de plus...
Bon : Eh bien, j'ai été content de te voir en forme. Soigne-toi bien...  Tu 
as encore 10' secondes pour changer d'avis'... Mon dieu que le temps passe 
vite.
Evy : Lou... .Tu m'appelleras de temps en tempes ?... Juste pour un petit 
bonjour.
Lou : Probablement...non.





_________________________________________________________________
Join the world’s largest e-mail service with MSN Hotmail. 
http://www.hotmail.com

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--