référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2002-09/msg00043.html
     Chronologie       
     Conversation       

voir et entendre, réponse de l'élève à son maître in illo tempore



Le débat sur la dichotomie du regard et de l’écoute engendre en moi d’autres 
questions : existe-t-il une finalité aux deux paradigmes parallèles ou, 
sont-ils deux constituantes complémentaire d’une même fonction? L’œil 
devance t-il l’oreille? J’ai l’impression qu’en ces deux sens ou en ses deux 
parties, le corps (vu) et l’âme (entendue), nous oublions le cheminement de 
l’être. Ici, le mot cheminement ne fait pas référence au chemin de croix 
(donc, démarche ontologique) mais plutôt à une communion céleste. Le 
théâtre, tout comme lors d’un rite chamanique, est basé sur une communion 
dépassant la condition humaine. Dans ce contexte, la création théâtrale 
-l'art de l'illusoire- prend la forme d’un rêve. Et, comme dans tous les 
mythes, les dimensions de la temporalité et de la spatialité sont abolies 
dans le rêve. De plus, la structure du rêve ou de tout autres processus 
inconscients présente une certaine «aura religieuse». Le rapprochement entre 
le théâtre et le rêve permet d’établir à l’unisson une expérience 
spectaculaire homologue au sacré.

L’oublie de la spatialité et de la temporalité du spectateur au théâtre 
projette son regard en un point de fuite externe à sa condition. 
C’est-à-dire que l’individu n’est plus centré sur lui (ou sa routine), mais 
plutôt, grâce à la convention théâtrale, tous les regards de chaque 
spectateur convergent vers un espace mythique : la scène. Tout ceci est 
possible par l’unique convention théâtrale qui implique le regard du public 
vers le spectacle. On peut donc affirmer que la convention du regard au 
théâtre est une restructuration politisée et plutonique, une compréhension 
formelle de mécanismes sociaux opérants. Cette compréhension de la forme au 
théâtre suppose conséquemment une structure mythique spectaculaire. Par 
exemple, n’importe quel geste dans toute société traditionnelle (l’homme ou 
la femme qui fauche ses champs, qui aime, qui guerroie…)  est un sacrement 
puisqu’il se déroule dans un temps sacré qui n’est pas le sien (comme pour 
l’offrande). L’acteur-créateur sur scène est au même niveau que la structure 
profonde du mythe. Donc tout geste est sacrement, toute parole incantation.
Par la convention du regard, le spectateur réalise «une sortie du temps». 
L’individu n’est plus prisonnier du temps; son propre regard ne le cerne 
plus.

Une fois cette «sortie du temps» opérationnelle, le discours ou l’oreille 
s’active. L’écoute devient un processus  par lequel toute l’organicité du 
spectateur est engagée dans une communion. Le spectateur est subséquemment 
dans une anticipation sensible. Le corps émotion réagit avant la notion; le 
corps comprend le souffle du Verbe et n’a donc pas besoin de voir Dieu dans 
sa grande puissance. Le discours est ce pilier cosmique par lequel, à 
l’exemple du chaman, le spectateur prend son ascension céleste. L’homme ou 
la femme qui prit n’a plus besoin de voir pour saisir la parole derrière la 
prière. Il fermera les yeux avec confiance et se laissera bercer au rythme 
de la parole.

Je crois que le regard (individuel ou pluriel) à pour fonction de rassurer 
et de rassembler le public. Et le berger envoie son chien cueillir ses 
brebis.
L’écoute est la compréhension d’un discours qui dresse verticalement la 
voix. Le Verbe est omniscient et omniprésent. Il est la communion.

L’un devance l’autre, mais l’autre fini toujours par surpasser sa structure 
de départ et s’envoler.

jean marc noël
étudiant de 1er cycle à
l’école supérieur de théâtre de l’UQAM


_________________________________________________________________
Discutez en ligne avec vos amis ! http://messenger.msn.fr

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--