référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2004-02/msg00007.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Qu'est-ce que la dramaticité? Jean-Luc Picard-Bachelerie



Bonjour,
Non pas que je puisse vous renseigner sur le sens de ce mot : "théâtralité".
Vous n'êtes pas sans savoir que ce mot est absent du dictionnaire et que de
ce fait nous ne pouvons que nous fier aux éléments de formation de ce mot,
soit un préfixe : dramati ; et un suffixe : cité. Autrement dit : action et
caractère. Soit : caractère de l'action.
D'où une définition qui pourrait resembler à celle-ci : trait distinctif
d'une suite de faits.
Mais vous savez bien que lorsqu'un mot est lancé, il l'est dans un contexte
particulier et évolue au grè du temps et des modes pour disparaître et
quelques fois réapparaître sous un autre sens.
Vous-même, parlez de en ces termes : "caractère de ce qui est dramatique;
qualité d'une écriture, d'un espace, ou d'un événement qui sont susceptibles
d'être mis en scène. Quel est ce "caractère"? Comment s'incarne cette
"qualité"?"
Je pense que vous êtes dans le sujet mais si un mot est inventé, c'est pour
une raison précise, surtout lorsqu'on l'encadre d'un "noyau" et d'une
"absolue". Les éléments de composition d'un mot sont indicatifs mais ils ne
suffisent pas à définir un mot. Or, nous sommes ici en présence d'un
"lancement" de mot. Ce "lancement" (non le mot) appartient à celui qui l'a
lancé. Et en ce cas, vous auriez plus vite fait de demander à cet
improvisateur de répondre lui-même à sa définition. A moins qu'il n'attende
de son public qu'il le fasse pour lui, auquel cas vous pouvez définir son
mot avec des mots que vous-mêmes pourriez inventer comme celui de
"scénicité" (caractère de ce qui est scénique), "comédicité" (caractère de
la comédie), "régicité" (caractère de la régie), etc. et qui auraient
l'avantage de diriger la science du théâtre sur de nouvelles pistes
conceptuelles.
Veuillez me pardonner de cet humour grinçant mais je pense sincèrement qu'il
ne vous appartient pas de répondre à un faux problème et qu'il vaudrait
mieux pour vous de travailler sur le concept proposer par ce "lanceur"
(qu'il dévoile sa pensée) plutôt de le faire à sa place. Devos disait qu'il
y a des gens qui ont l'art d'ouvrir des parenthèses et de ne jamais les
refermer et de ce fait de nous planter là comme des imbéciles. Ici, nous ne
sommes pas loin de la chose !
Bien à vous... et bon courage.
Jean-Luc Picard-Bachelerie
PS : je suis inscrit à Queatre, mais lors d'un bug j'ai perdu tous le
éméments de mon abonnement. J'avais tenté de lancer un message je ne sais où
un jour. Je n'ai pas eu de réponse. Pourriez-vous (si vous ne m'en voulez
pas de ma réponse) me faire parvenir une adresse mail par laquelle je
pourrais "raccrocher les wagons". (Ma réponse ne peut d'ailleurs pas être
lue par l'ensemble de Queatre par conséquent !)

----- Original Message -----
From: "Camille Rebetez" <rebetez.camille@courrier.uqam.ca>
To: "Liste de discussion en francais sur le theatre" <queatre@uqam.ca>
Sent: Thursday, February 05, 2004 2:37 PM
Subject: Qu'est-ce que la dramaticité?


> Bonjour,
>
> Dans le cadre d'une réflexion sur la dramaturgie contemporaine, je me
> retrouve en ce moment devant une notion que je n'arrive pas à saisir, et
> ce malgré diverses pistes. Voici cet écueil:
>
> D'après certaines hypothèses, l'écriture dramatique sortirait - serait
> sortie? - de la crise drame, du moins de la phase de dissolution de tous
> ses attributs, en dégageant des "noyaux de dramaticité absolue".
>
> Quelqu'un pourrait-il m'éclairer de sa lanterne magique, et compléter,
> voire vulgariser, la définition suivante:
>
> Dramaticité: caractère de ce qui est dramatique; qualité d'une écriture,
> d'un espace, ou d'un événement qui sont susceptibles d'être mis en scène.
> Quel est ce "caractère"? Comment s'incarne cette "qualité"?
>
> Je pressens bien que cette dramaticité est proche de ce qui fait
> l'essence du drame, à savoir l'action, mais je ne comprends pas comment
> elle s'incarne, ni comment elle diffère de l'usage de l'action dans un
> drame traditionnel.
>
> - La dramaticité est-elle l'action dépouillée de tout parasite, une
> sorte d'action-force, pure et nucléique?
> - La dramaticité s'oppose-t-elle à quelque chose de proprement scénique,
> un sorte de "scénicité"?
> - Quelles dramaturgies seraient représentatives, selon vous, de ce
> renouveau du texte dramatique par la "dramaticité"? Et surtout pourquoi?
>
> Un très grand merci, prélude espéré d'un très grand Ouf!
>
> Camille Rebetez
> Etudiant
>
>
>
>

---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--