référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2004-10/msg00007.html
     Chronologie         
     Conversation         

colloque Mises en scène du monde plassard_d



 
Bonjour,
permettez-moi de vous communiquer l’avant-programme du colloque “Mises en scène du monde” organisé à Rennes, du 4 au 6 novembre 2004. Le détail des interventions prévues (quelques modifications
sont encore attendues) se trouve à la fin de ce message.

En vous souhaitant bonne lecture,
cordialement,

Didier Plassard
Université Rennes 2 ­ Haute Bretagne
 
 

Mises en Scène du monde -
 

Colloque international

dans le cadre du festival “Mettre en scène”
 

« Je n’ai jamais pu penser la scène et le monde l’un sans l’autre »
Bernard Dort

Colloque organisé par
le Théâtre National de Bretagne ­ Rennes
les Champs Libres-Rennes Métropole

Du jeudi 4 au samedi 6 Novembre 2004

Théâtre National de Bretagne - Rennes

Entrée libre
 

Le propos

_____________________________________________________________

 Le colloque se propose d’interroger la notion de mise en scène, son articulation entre les scènes artistiques (théâtre, danse) et
d’autres scènes publiques (urbaine, politique), autrement dit entre des scènes où il y a intention d’art et d’autres où la référence à la
mise en scène se fait par métaphore ou analogie.
 
Dans le cadre de cette réflexion, il s’agit de faire le point sur la mise en scène, un terme apparu au 19ème siècle, alors même que son
usage, métaphorique ou conceptuel, s’est étendu à bien d’autres champs.
 
Ces questionnements débouchent sur l’interrogation des scènes comme lieux d’élaboration et de confrontation de discours sur les
représentations du monde, les visions de l’imaginaire, les conceptions de la vérité. S’agit-il également de lieux d’invention de formes,
d’émergence de figures autres du possible ? Comment les metteurs en scène, les chorégraphes, conçoivent-ils leurs rôles et quels
regards portent-ils sur ce qui serait une extension du processus de mise en scène à l’échelle de la société ?
 
Les interventions et discussions permettront de distinguer les différents statuts de la représentation, tant dans l’espace de la mise en
scène théâtrale et chorégraphique que dans l’espace public et l’espace intime.
 
Cette réflexion trouve un écho important dans le domaine du politique par les mécanismes de la représentation qui s’y manifestent.
Certains évoquent la notion de mise en scène sur le mode d’une possible dévaluation, quand d’autres répondent en réaffirmant qu’elle
est indissociable de l’institution d’un ordre politique.
 

Ce colloque international, se déroulant sur trois jours, réunira praticiens de la scène et chercheurs (metteurs en scène, chorégraphes,
plasticiens, directeurs de lieux, philosophes, sociologues, urbanistes, architectes, responsables politiques, professionnels de la
communication, psychanalystes) lors de rencontres ouvertes à un large public.
 
 

La genèse :
une série de rencontres, 1990 - 2004

_________________________________________________________________
 
Lors de « Théâtre en Mai », à Dijon en 1990, François Le Pillouër organisait, pendant deux jours, une réunion de jeunes metteurs en
scène où se retrouvaient, entre autres, François Tanguy, Chantal Morel, Stéphane Braunschweig, Eric Da Silva, Yann-Joël Collin,
Dominique Pitoiset, Jean-Luc Lagarce, Xavier Durringer, Marc François, Hubert Colas, François Rancillac, Bruno Meyssat…
La réflexion ouverte là a été prolongée par une série de conférences et séminaires qui ont abouti à l’organisation d’un colloque
international sur la mise en scène, en mai 1994. Cette confluence de plusieurs générations a été suivie par quelques 80 metteurs en
scène originaires de nombreux pays. Aux côtés des artistes déjà cités, étaient présents : Peter Sellars, Matthias Langhoff, Rezo
Gabriadzé, Omar Porras, Georges Lavaudant, Enrique Vargas, Michel Deutsch, Omar Grasso, Matthias Hartmann, Jean Jourdheuil,
Jean-François Peyret, Didier-Georges Gabily, Giorgio Barberio Corsetti, Jérôme Deschamps, François Verret, Bernard Sobel…
Le festival Mettre en scène est alors créé en 1995 à Rennes et deviendra une rencontre « à parité » de metteurs en scène et de
chorégraphes. Dix ans après Dijon, suite à plusieurs réunions ouvertes au public ou à huis-clos, François Le Pillouër a proposé
d’organiser un colloque sur la mise en scène au sens large. Il s’agira d’éclaircir cette notion et ses analogies et d’instaurer un débat,
ouvert à des personnalités représentant plusieurs domaines de la société, sur la scène et le monde.

 

Un partenariat avec Les Champs Libres

_______________________________________________________________________

Initié par le TNB, ce colloque est co-organisé avec Les Champs Libres.
Après avoir organisé, en septembre 2002, le colloque « Identités et Démocratie » avec l’association Identités et Démocratie ­
Débats Internationaux, Les Champs Libres, dans le cadre de leur préfiguration, ont souhaité s’associer à l’organisation de ce
colloque qui invite le grand public à une réflexion partagée entre artistes, philosophes, historiens, journalistes, politiques.
En cours de construction, à Rennes, Les Champs Libres regroupent la Bibliothèque, le Musée de Bretagne, l’Espace des Sciences.
Les Champs Libres ont pour objet de traiter des questions qui concernent l’évolution de la société contemporaine, de mettre ces
questions en débat avec les divers publics, de présenter l’information la plus large, de faciliter la confrontation des idées entre les
différents acteurs culturels, économiques, scientifiques…
Situé le long de l’esplanade Charles de Gaulle, cet équipement a été conçu par Christian de Portzamparc. Il offre 12 250 m2 d’espace
public : une salle de conférences de 450 places, des salles d’expositions permanentes et temporaires, un planétarium numérique, une
boutique et un bar-restaurant.
 
 
Etablissement construit et géré par Rennes Métropole, Les Champs Libres doivent ouvrir au public en novembre 2005.
 
 

Comité de pilotage

Jean-Louis Biard, directeur des affaires culturelles Rennes Metropole
Jean-Yves Chapuis, enseignant d’urbanisme en école d’architecture et consultant en stratégie urbaine
Catherine Diverrès, Chorégraphe, directrice du CCNRB
Laurent Fleury, maître de conférences en sociologie, Université Paris VII - Denis Diderot
François Le Pillouër, directeur du Théâtre national de Bretagne
Raymond Paulet, conseiller technique  Théâtre national de Bretagne
Didier Plassard, professeur de littérature comparée et études théâtrales, Université Rennes 2
Loïc Touzé, Chorégraphe
Jean-Michel Tréguer, conseiller théâtre et spectacles, DRAC Bretagne
 
 
 

 Comité scientifique
Roland Fichet, metteur en scène
Laurent Fleury, maître de conférences en sociologie, Université Paris VII - Denis Diderot
Denis Guénoun, professeur à l’Université de Paris ­ Sorbonne
François Le Pillouër, directeur du Théâtre national de Bretagne
Raymond Paulet, conseiller technique  Théâtre national de Bretagne
Béatrice Picon-Vallin, directrice de recherche au CNRS, laboratoire de recherche sur les arts du spectacle
Didier Plassard, professeur de  littérature comparée et d’études théâtrales, Université Rennes 2
Loïc Touzé, Chorégraphe
Jean-Michel Tréguer, conseiller théâtre et spectacles, DRAC Bretagne

 

Programme
 

___________________________________________________________________________

Jeudi 4 novembre
 

19h00 Ouverture
19h30 Communications inaugurales
 
I / SCENES ARTISTIQUES

20h30 « La mise en scène : fondations et ruptures »
22h30 « Création: la scène comme utopie »
 

Vendredi 5 novembre
 

9h30  « Création: le processus comme utopie sociale »
15h00  « Ecritures concurrentes ? »
 

II / AUTRES SCENES
 

20h00 « Mise en scène et espace public »
 

Samedi 6 novembre

09h30 « Mise en scène et esthétique de l’existence »
15h00 « Mise en scène et ordre politique »
17h30   Premières conclusions
 
 

PROGRAMME DÉTAILLÉ : (Non exhaustive à ce jour, la liste des intervenants est susceptible de modifications)

Jeudi 4 novembre
 

 19h00 Ouverture
 
 19h30 Communications inaugurales
 
Jack Goody, anthropologue, université de Cambridge (Grande Bretagne)

Jorge Semprun, écrivain, ancien ministre de la culture du gouvernement espagnol

Régis Debray, écrivain, directeur des cahiers de médiologie
 

I / SCENES ARTISTIQUES

20h30 « La mise en scène : fondations et ruptures »
 

L’interrogation sur le statut et les formes de la mise en scène contemporaine nécessite un regard sur la définition de celle-ci, ainsi que
sur l’apparition de la fonction de metteur en scène. Des chorégraphes, des metteurs en scène, des  spécialistes de l’art théâtral et de
l’art chorégraphique déroulent cette perspective historique.

Modérateur :
Frédéric Ferney (journaliste, La cinq)
Communications :
Jacques Lassalle, auteur, metteur en scène ; Isabelle Launay, enseignante à l’Université Paris ­ VIII, département danse ; Didier
Plassard, Professeur (littérature comparée et études théâtrales), Université Rennes 2 ; Jean-Loup Rivière, professeur à l'Ecole
normale supérieure - Lettres  et sciences humaines (Etudes théâtrales), professeur de dramaturgie au Conservatoire National
Supérieur d’Art Dramatique et écrivain
Participations :
Stéphane Braunschweig, directeur du Théâtre National de Strasbourg ; Régine Chopinot, directrice du Centre Chorégraphique de la
Rochelle ; Xavier Le Roy, chorégraphe
 

22h30 « Création: la scène comme utopie »
 

La réflexion se concentrera ici sur la dimension esthétique. Quelle est la nature des formes travaillées et présentées par les metteurs
en scène et les chorégraphes, en relation avec les interprètes ? Quelles dispositions éthiques ou politiques s’expriment à travers les
|uvres et les formes produites par les artistes ?
 Modérateur :
Arnaud Laporte, journaliste (France Culture)
Communications  :
Krystian Lupa, metteur en scène (Pologne) ; Franco Quadri, journaliste et éditeur (Italie)
 
 

Vendredi 5 novembre

9h30 Communication :

Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l’IRCAM
 

10h00 « Création: le processus comme utopie sociale »

Les interventions porteront sur les conditions d’élaboration des |uvres. Quels en sont les modes de production ? Quels modes
d’organisation sociale et collective privilégie l’artiste? Quels modes de vie cela induit-il ? En quoi et comment d’autres conceptions
du monde sont-elles ainsi mises en jeu?

Modérateur :
Arnaud Laporte, journaliste (France culture)
Communications :
 Béatrice Picon-Vallin, directrice de recherche au CNRS, laboratoire de recherche sur les arts du spectacle ;Catherine
Diverrès, directrice du Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne ; Eva Doumbia, metteur en scène ; Josette
Féral, professeur à l’Ecole Supérieure de Théâtre, Université du Québec à Montréal

Participations :

Bruno Schnebelin, collectif des arts de la rue Ilotopies ; Loïc Touzé, chorégraphe
 

 

15h00 Grand témoin

Denis Guénoun, professeur à l’Université de Paris - Sorbonne
 

 

15h30  « Ecritures concurrentes ? »
 

Cette table propose de questionner l’écriture du metteur en scène et d’examiner l’articulation des différentes écritures pour la scène.
  Quelle place occupe l’écriture scénique par rapport à l’écriture dramatique ou chorégraphique ? Au théâtre le texte est-il déchu de
son rôle prépondérant ? De nouvelles syntaxes scéniques se sont-elles imposées ?
 
 Modérateur :
 Laurent Goumarre, journaliste (France Culture)
 Communications :
Romeo Castellucci, metteur en scène (Italie), Daniel Dobbels, chorégraphe et écrivain ; Frédéric Maurin, professeur à
l’Ecole Supérieure de Théâtre, Université du Québec à Montréal ; François Verret, metteur en scène ; Lecture d’un texte de
Macha Makeieff et Jérôme Deschamps, metteurs en scène
Participations :
Emmanuel Demarcy-Mota, metteur en scène, directeur de la Comédie de Reims, Emmanuelle Huynh, chorégraphe, directrice
du CNDC d’Angers ; Stanislas Nordey, metteur en scène
 

II / AUTRES SCENES

 
20h00 Grand témoin
 

Communication de Daniel Sibony, philosophe, mathématicien et psychanalyste
 
 

20h30 « Mise en scène et espace public »
 

L’espace public est entendu ici comme lieu d’échanges et de relations sociales, de partage et de négociation du bien commun, voire
comme instance critique. On tentera donc de soumettre l’interrogation proposée à l’épreuve de plusieurs champs, dont ceux de
l’urbanisme et de l’architecture, des scènes festives, de la communication et des arts de la rue.
 
Modérateur :
 Olivier Mongin, philosophe, directeur de la revue Esprit
 Communications :
 Henry Gaudin, architecte et essayiste ; Hou Hanru, commissaire d’exposition (Chine) ; Yannis Tsiomis, architecte et
urbaniste (Grèce) ; Emmanuel Wallon (Maître de conférence en sciences politiques)
 

 

Samedi 6 novembre
 

 9h30 Grand témoin :

Communication de Claude Régy, metteur en scène
 
 
 10h00 « Mise en scène et esthétique de l’existence »

 Depuis longtemps, la philosophie a parlé de construction de soi, de sculpture de soi. Les modes de vie contemporains n’incitent-ils
pas l’homme d’aujourd’hui à mettre en scène son être intime ?
Les rapports entre le metteur en scène, le chorégraphe et l’interprète, de même que la nature profonde de l’interprétation, seraient
donc à ré-envisager.
Et aujourd’hui, peut-on accepter une esthétique sans éthique? Le comportement peut-il être considéré comme forme d’art et la vie
comme |uvre d’art à part entière ?

Modérateur :
Hugues Le Tanneur, journaliste (Aden)
Communications :
Bertrand Ogilvie, philosophe ; Claude Rabant, psychanalyste ; Olivier Razac, Docteur en philosophie (Paris VIII)
Participations :
 Raimund Hoghe, chorégraphe (Allemagne) ; Amir Reza Koohestani, chorégraphe (Iran)
 

 
15h00 « Mise en scène et ordre politique »

 L’objet de cette table ronde est de questionner l’emploi de la notion de mise en scène dans l’ordre du politique. Symboles, rituels,
dramaturgies diverses sont couramment associés au projet politique, porteur de valeurs, d’idées et de sens.
Représenter semble donc une dimension inhérente à l’ordre politique. De sorte qu’il existe peut être des affinités ou des convergences
entre l’artiste et le politique dans le fait de proposer des formes à leurs concitoyens.
 
Communications :
Marc Abélès, directeur de recherche au CNRS, directeur du laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations
sociales ; Rodrigo Garcia, auteur et metteur en scène (Espagne) ; Thierry Saussez, conseiller en communication politique ;
Peter Sellars, metteur en scène (USA)  (sous réserves)
Participations :
 Robert Cantarella, metteur en scène, directeur du Théâtre Dijon Bourgogne ­ Centre dramatique national ; Alain Françon,
metteur en scène, directeur du Théâtre National de la Colline ;
Thomas Ostermeier, metteur en scène (Allemagne) ; Bernard Sobel, directeur du théâtre de Gennevilliers
 

17h30 Premières conclusions
Laurent Fleury, maître de conférences en sociologie, Université Paris VII - Denis Diderot
 

Coordination :   Raymond Paulet
 
THEATRE NATIONAL DE BRETAGNE
1, rue Saint-Hélier - CS 54007
35040 RENNES - 02 99 31 55 33
r.paulet@theatre-national-bretagne.fr
 
(Inscription sur le site : www.t-n-b.fr <http://www.t-n-b.fr/> )
 
 

 
 
 
  ---------------------------------------------------------------queatre-+ _______________________________________________________________________________ >>> Pour être retiré de cette liste d'envois, écrire à: listproc@uqam.ca avec comme seule ligne de message: unsubscribe QUEATRE Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, NON PAS dans le Sujet. ---------------------------------------------------------------queatre--