référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2005-03/msg00009.html
     Chronologie       
     Conversation       

parution Bernadette Bost



Parution du volume Impossibles Théâtres XIXe-XXe siècles  aux éditions
Comp’act (Textes réunis par Bernadette Bost, Jean-François Louette, et
Bertrand Vibert).
Depuis deux siècles, le théâtre de création, voire d’avant-garde, est
confronté à l’impossibilité même de sa représentation. Il y a là le signe
d’une crise, ou d’une série de crises, qui font désormais partie de
l’histoire du théâtre, et qu’on doit tenter de penser comme un tout. Ainsi,
depuis Les Scènes historiques de Ludovic Vitet et les coups de force de la
dramaturgie romantique jusqu’aux expériences limites du théâtre contemporain
(Samuel Beckett, Fernando Arrabal, Heiner Müller ou Valère Novarina), le
théâtre n’a pu éviter de se lancer des défis. Au risque de se condamner à la
censure parfois, mais plus souvent à l’incompréhension et à la marginalité.
Ce défi est d’abord politique et social, bien sûr, mais aussi esthétique :
il s’agit de déplacer les frontières du possible dramaturgique.
Le possible – ou l’impossible – théâtral : voilà le problème central et la
scène théorique de cet ouvrage, qui fait dialoguer les interventions de plus
d’une vingtaine de chercheurs et spécialistes du théâtre.

Table des matières :

Lever de rideau :
Jean-François LOUETTE (Université Lumière, Lyon II) : " Impossible e(s)t
théâtral ".
1. Des monstres romantiques au règne de la féerie
Jean-Marie THOMASSEAU (Université de Paris VIII) : " Ludovic Vitet, Les
Scènes historiques et l’école de l’impossible théâtre ".
Florence NAUGRETTE (Université de Rouen) : " Publier Cromwell et sa préface
: une provocation fondatrice ".
Roxane MARTIN (Doctorante à l’Université de Paris VIII) : " Pour une
dramaturgie de la surenchère : la féerie romantique et l’expérience de la
limite ".
Simone BERNARD-GRIFFITHS (Université Blaise-Pascal, Clermont II) : " Le "
mystère " d’Ahasvérus d’Edgar Quinet, limite du théâtre ou théâtre de la
limite ? ".
Claudine LACOSTE (Université Paul Valéry, Montpellier III) : " Gautier et le
théâtre en liberté : Une larme du diable ".
Bertrand VIBERT (Université Stendhal, Grenoble III) : " Le Château des cœurs
de Flaubert, ou  ce que " féerie comique " veut dire ".
Philippe ANDRÈS (Lycée Condorcet, Méru) : " Pour une approche du théâtre
banvillien : une marginalité esthétique ? ".
Hélène LAPLACE-CLAVERIE (Université de Paris IV-Sorbonne) : " Le ballet,
expérience théâtrale limite à la fin du XIXe siècle ".
2. Entre fin de siècle et avant-garde :
Mireille LOSCO (Université Stendhal, Grenoble III) : " De la mise en excès
du théâtre à sa mise au tombeau : l’" improbable " Axël de Villiers de
l’Isle-Adam ".
René-Pierre COLIN (Université Lumière, Lyon II) : " Georges Polti, théorie
et pratique du théâtre ".
Patrick BESNIER (Université du Mans) : " Réalisme et féerie dans La Seine de
Raymond Roussel ".
Dominique MASSONNAUD (Université Stendhal, Grenoble III) : " Kandinsky :
pour un théâtre de l’invisible ".
Florence BAILLET (Université de Strasbourg) : " Le théâtre d’une impossible
harmonie ? La cacophonie dans Les Derniers jours de l’humanité de Karl Kraus
".
Jacqueline BERNARD (Université Stendhal, Grenoble III) : " Mouchoir de
nuages de Tristan Tzara : un théâtre des opérations ".
3. Expériences extrêmes :
Nathalie FOURNIER (Université Lumière, Lyon II) : " Monologue, dialogue,
dispositifs d’énonciation dans La Dernière bande de Beckett ".
Bernadette BOST (Université Stendhal, Grenoble III) : " Répétition et
variation, ou l’impossible " même " dans Si l’été revenait d’Arthur Adamov
".
Brigitte COMBE (Université Stendhal, Grenoble III) : " Nathalie Sarraute :
un théâtre à voir, à lire, à écouter ? ".
Anick BRILLANT-ANNEQUIN (Université Stendhal, Grenoble III) : " La
transgression des codes dans Et ils passèrent des menottes aux fleurs de
Fernando Arrabal ".
Françoise ROUFFIAT (Université Stendhal, Grenoble III) : " Hélène Cixous
contre Freud, ou l’impossible Dora ".
Hélène KUNTZ (Université Lumière, Lyon II) : " Heiner Müller ou la " mise en
pièces " du théâtre ".
Louis DIEUZAIDE (Université de Provence, Aix-Marseille) : " L’acteur
novarinien, une poétique du surgissement ".
Rideau :
Jean-Pierre RYNGAERT (Université Sorbonne-Nouvelle, Paris III) : " Illisible
et injouable : places du texte dans la réception ".

Editions Comp’Act
157, Carré Curial - 73000 Chambéry
T 04 79 85 27 85
F 04 79 85 29 34
editionscomp.act@wanadoo.fr
Le site des Editions Comp'Act est :
http://www.editionscompact.com

L'ouvrage coûte 22 €.



---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--