référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2006-01/msg00004.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: 3 titres et Violet Gervais, Jean



Bonjour

 

Voici, regroupées, les réponses reçues à ce jour pour les sujets en titre.

 

 

Cher André,

Je crois que Vincent Warren de la bibliothèque de la danse rue Rivard à Montréal pourrait peut-être t'aider à trouver réponse à ta question sur Cocteau et les arguments de ballet.

 

Re-bonjour André,
Dans le Dictionnaire de la danse (Larousse/Bordas, 1999), Cocteau est identifié comme auteur des livrets du Dieu Bleu (1912) de Fokine , de l’opérette dansée Le train bleu (1924) de Nijinska, de la mise en scène de Le jeune et la mort  (1946) avec le chorégraphe Jean Babilée, plus quelques autres créations, mais pas celles dont tu parles. L’après-midi d’un faune a été composé par Debussy à partir de vers de Mallarmé (1876) et il n’est pas mentionné que Cocteau ait réécrit qq chose. De plus les décors et costumes de cette chorégraphie de Nijinski étaient de Léon Bakst.
Picasso, Satie et Cocteau c’était pour Parade (1917), une chorégraphie de Léonid Massine pour les Ballets Russes.
Amicalement

Michèle Febvre
Professeure associée
Danse
UQAM

 

 

 

Didier PLASSARD [didier.plassard@wanadoo.fr]

 

Cher André Bourassa,


Violet  est comme la plupart des autres “Compositions scéniques” de Kandinsky resté très longtemps inédit, sauf un extrait publié dans un journal du Bauhaus en 1927 et les traductions très peu fiables rassemblées dans les Ecrits complets chez Denoël-Gonthier en 1975. La difficulté venait notamment de ce que ces textes (qui ne sont que les synopsis d’actions scéniques beaucoup plus complexes, incluant musique et chorégraphie)  avaient été réélaborés à plusieurs reprises, en russe et en allemand, par l’auteur. Aujourd’hui, on peut consulter l’ensemble de ces textes (en allemand, en français et en russe), dans leurs versions successives, ainsi que la quasi-totalité des documents concernant l’activité théâtrale de Kandinsky dans le volume publié par la Société Kandinsky : Vassily Kandinsky, Du théâtre / Über das Theater / O Teatpe, Adam Biro, Paris, 1998.

Je me permets en outre de vous renvoyer à mon étude : “Approches de l’art monumental – Kandinsky et la synthèse des arts”, in Denis Bablet (dir.), L’‘uvre d’art totale, CNRS Editions, Paris, 1995, pp. 110-128.

Mercure, “Suite de poses plastiques en trois parties” présentée par les Ballets Russes le 18 juin 1924 dans le cadre des Soirées de Paris, est un ballet composé par Léonide Massine (chorégraphie), Erik Satie (musique) et Pablo Picasso (décors et costumes). L’argument, très mince, a été imaginé par Massine. Le titre n’en a jamais été “Les Aventures de Mercure”, et Cocteau n’y entre pour rien. On peut se reporter par exemple à l’ouvrage de Douglas Cooper, Picasso théâtre, Editions du Cercle d’art, Paris, 1987, qui donne une description assez précise de ce ballet, mais je ne connais pas d’argument écrit.

L’Après-midi d’un faune, “Tableau chorégraphique de Vaslav Nijinsky”, est une création des Ballets Russes présentée le 29 mai 1912 au Théâtre du Châtelet : chorégraphie de Vaslav Nijinsky, décors et costumes de Léon Bakst, musique de Claude Debussy. L’argument est inspiré de l’églogue du même titre de Stéphane Mallarmé (“Ces nymphes, je les veux perpétuer...”) à partir de laquelle Debussy avait déjà composé son Prélude à l’Après-midi d’un faune en 1894.
Les Ballets Russes reprendront ce ballet en 1922 avec une toile de fond peinte par Picasso. C’est Bronislava Nijinska qui dansera alors le rôle du Faune.

Dans aucune de ces créations Cocteau n’a été impliqué. En revanche, il a collaboré aux Ballets Russes pour 3 ballets : Le Dieu bleu (musique de Reynaldo Hahn, chorégraphie de Michel Fokine, décors et costumes de Léon Bakst, création le 13 mai 1912), Parade (musique d’Erik Satie, chorégraphie de Léonide Massine, costumes et décors de Picasso, création le 18 mai 1917), et Le Train bleu (musique de Darius Milhaud, chorégraphie de Bronislava Nijinska, décor d’Henri Laurens, costumes de Gabrielle Chanel, rideau de Picasso, création le 20 juin 1924).

Le catalogue Diaghilev – Les Ballets Russes (Bibliothèque Nationale, Paris, 1979) reproduit les arguments de tous ces ballets ainsi que beaucoup d’autres documents.

En vous souhaitant bonne chance dans vos recherches,

très cordialement,

Didier Plassard

 

 

Serge Ouaknine [serge_ouaknine@yahoo.fr]

 

Bonjour André

 

"Violet" a été monté à l,UQAM par notr e ex collègue Claude Sabourin, professeur ne scénographie,  en collaboration avec les Dept. de danse. Peut-être que de ce côté là tu peux trouver un filon pour tes recherches. amitié Serge

 

 

Bernadette Bost [bost.bernadette@wanadoo.fr]

 

Cher collègue,

 

Le texte de Violet (en français, allemand et russe) se trouve dans l'ouvrage trilingue : Kandinsky, Du théâtre, Über das Theater, O Teatre, Adam Biro / Société Kandinsky, 1998.

Il me semble qu'on le trouve aussi dans l'édition française des Ecrits complets de Kandinsky (je n'ai pas la référence sous la main).

 

Cordialement,

Bernadette Bost.

 

 

Robert Gurik [r.gurik@videotron.ca]

 

MON CHER ANDRÉ

 

Il me semble que "l'Après - midi d'un faune" est à partir d'un poème, (le plus célèbre) de Stéphane Mallarmé -  les décors et les costumes sont de Bapst et non de Picasso.

 

Pour ce qui est de "Mercure" , ce ballet est crée pour les soirées du conte de Beaumont c.a.d.  Les soirées de Paris, au théâtre de la Cigale, en 1924, il n'est donc pas dans les ouvrages sur les Ballets russes; mais... d'après mon ouvrage "ART AND THE STAGE in the 20th century", il  fait partie de ce qui est considéré comme les années de PICASSO-DRAMATURGE. ( De Parade à Mercure, donc de 1917 à 1924).  Il n'est pas fait mention de la participation de Cocteau dans ce ballet basé sur de la recherche picturale.

 

Bien à toi

 

Renée N. Gurik