référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2006-02/msg00010.html
     Chronologie       
     Conversation       

Surréalistes & Co (fwd) BOURASSA ANDRE G



Bonjour!
Vous trouverez ci-dessous des réflexions d'une collègue dont  je tiendrai
compte intégralement. Je partage entre autres les mêmes réserves
concernant les expressionnistes. Avauis-je raison d'hésiter sur Toller?
De ne pas avir encore inclus Hasenclever et Kaiser? Il ne suffit pas de
partager quelques idéologies socio-politiques pour être associé après coup
à un mouvement, si vaste soi-il, comme celui des cubo-futuristes,
dadaïstes et surréalistes.
Je cherche toujours le contenu du 4e tome du théâtre de Sade, un écriv ain
uquel les surréalistes se sont souvent référé et dont ils ont édité des textes.

L'idée de Serge Ouaknine d'inclure les actions dramatiques est
passionnante, mais, si elle devait s'étendre sur 22 nations, comme le
répertoire actuel, cela demanderait toute une vie. La mienne est déjà un
peu trop entamée.
Je m[en tiens donc aux textes dramatiques, que j'ai pourtant ouverts
aux arguments de danse et det aux canevas dee performance et aux scénarios
de film. J'ajouterai _L-Anti-procès_ de Lebel (1960) dès que je serai
assuré que la voix d'Artaud qu'on entend tout au long est bien celle de
l'engeristrement de _Pour en finir avec le jugement de Dieu_;
j'ajouterais aussi sa performance _Incidents_ (1963), sur un
poème-argument de jean-Pierre  duprey, dès que jpaurai la référence du
texte. Mais ce serait su nom d'Artaud ou de Duprey, respectivement, il me
semble, et non de Lebel.
J'aimerais bien savoir également si le _Cérémonial pour saluer.. Sade_
d'Aelberts et Auquier reposait sur une partition écrite et où elle se
trouve.
Il n'y a donc pas que la poésie qui devrait se faire par tous, même les
répertoires ne se font pas seuls :-)
Kantor? J'aimerais l'avis des membres des listes Mélusine et Quéâtre. Si
j'ai retenu Wilson, c'est à cause du soirt que lui a fait Aragon; Beck et
Malina à cause du sort qu'ils on fait à Artaud. Dans ces cas, les liens
sont explicites, pour certains textes du moins.
Amitiés et reconnaissance,
André G. Bourassa.

---------- Forwarded message ----------
From: Bernadette Bost <bost.bernadette@wanadoo.fr>

Il est certain que les frontières du dadaïsme et du surréalisme ne sont pas
faciles à établir.
Deux ou trois réflexions à ce sujet :
- En ce qui concerne les expressionnistes, leurs liens avec le surréalisme
sont sans doute plus nets chez Kokoschka que chez Toller. La question se
pose pour un auteur qui pourrait éventuellement être ajouté au répertoire,
August Stramm, poète et auteur dramatique dont l'oeuvre relativement brève
(il est mort en 1915 à moins de 40 ans) est particulièrement
transfrontalière. Une pièce comme Rudimentaire est très proche du
naturalisme, et annonce les dramaturgies contemporaines de la violence ;
Sancta Susanna et La Fiancée des landes sont représentatives d'un
expressionnisme qui prolonge le symbolisme ; d'autres pièces, comme Forces,
Eveil ou Destinées expérimentent un théâtre d'émotions pures où certains
pourraient voir un théâtre de l'inconscient : il y a du présurréalisme dans
ces pièces écrites entre 1912 et 1915. Je les ai découvertes grâce aux
éditions Comp'act (à nter : cette petite maison d'édition est non parisienne
mais de Chambéry), qui a publié en 2000 Théâtre et Correspondance d'August
Stramm dans la collection "L'Acte même" (traduction d'Huguette et René
Radrizzani) ; les titres des pièces sont ceux que je cite, plus Le Mari, de
1909.
- En ce qui concerne Raymond Roussel, "naturalisé" dadaïste et surréaliste
malgré lui, il me semble qu'il appartient plus à ces courants par les
adaptations d'Impressions d'Afrique et Locus Solus portées à la scène que
par ses pièces L'Etoile au front et  La Poussière de soleils (l'une et
l'autre rééditées par Pauvert), qui sont des sortes de concaténations de
récits, avec un caractère de jeu de pistes, en plus, dans la seconde. Si
surréalisme il y a, c'est par le caractère "naïf" peut-être (comme dans le
théâtre d'Henri Rousseau). Dans ce cas, on pourrait peut-être ajouter la
pièce retrouvée en 1989, La Seine (éditée par Pauvert en 1994 dans le volume
III des Oeuvres de Roussel, texte présenté par Patrick Besnier), même si le
premier acte ressortit au mélodrame : les deux autres, accumulations de
conversations qui ne ressemblent à rien de connu, auraient pu intéresser
Apollinaire comme recréation d'un monde.
- En tant qu'habitante de Lyon, j'apprécie les références au théâtre
suridéaliste du docteur Malespine, une personnalité ouverte à toutes les
avant-gardes des années 20, et au reprint de la revue Manomètre par
Jean-Michel Place en 1977 : on y trouve aussi un texte sur le "Théâtre
homotétique", en préface à  La Baraque pathétique, et une "Préface au
théâtre expérimental".

Quelques indications sur des éditions nouvelles de textes d'auteurs cités
dans le répertoire :
Les pièces de Picasso sont également disponibles dans la collection
"L'Imaginaire" de Gallimard ;
et la revue belge Etudes théâtrales a publié la version primitive (1907,
éditée 1910) de Assassin espoir des femmes de Kokoschka, traduite par Henri
Christophe, dans le numéro 7 (1995) consacré à l' "Actualité du théâtre
expressionniste". On y trouve également des extraits du Mendiant de
Reinhardt Sorge, du Fils de Walter Hasenclever et de La Conversion de
Toller, et quatre pièces de Gottfried Benn, Ithaque, A l'arrière, Le Chef
arpenteur et Carandach.

Merci encore pour cet utile travail bibliographique,
Bien cordialement,

Bernadette Bost.



---------------------------------------------------------------queatre-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe QUEATRE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
---------------------------------------------------------------queatre--