référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2006-08/msg00004.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Le théâtre n'a-t-elle pas de science ? THÉÂTRE 3R



Title:
Bonjour à tous,

Merci à Bernard da Sousa pour avoir répondu très logiquement à ma question.
Évidemment la théâtrologie est la science du théâtre, c’est-à-dire celle qui recouvre tous les discours autour de cet objet qui est le théâtre. Tout « chercheur » qui étudie le théâtre, ses différentes natures, est donc un théâtrologue.
Je précise le sens du mot « dramaturgie » qui n’est pas qu’une pratique comme le précise le Petit Robert, mais « l’art de la composition dramatique ». Et qui dit art réfère à « l’ensemble des moyens, de procédés réglés qui tendent à une certaine fin », toujours selon le Petit Robert. La dramaturgie n’est pas que pratique, elle étudie la pratique de la composition une représentation et tous les éléments qui entrent dans sa composition.
Je précise donc ma question à travers plusieurs :
Y aurait-il une science, parmi la théâtrologie, qui étudie les différents mécanismes en action chez l’être humain dans le cadre d’une « représentation » (telle que définie habilement par Menez Chapleau en juillet dernier) ?
Je me répète, une science qui porte une attention toute spéciale au fonctionnement du système nerveux des êtres humains ? Qui donnerait des pistes aux principes de mise en scène des actions dans le but de produire des émotions que l’on peut calibrer afin de construire une ligne « émotive » du spectateur. Est-il possible de contrôler les émotions produites, de les « prévoir »? Quels sont les qualités de l’acteur capable de tout et comment atteindre ces objectifs? Quels sont les effets réels de l’entraînement sur les muscles des acteurs, leur système nerveux?
Gordon Craig parlait de super marionnette, capable de chanter, danser, dire un texte en sachant produire et décortiquer tous les effets. Quel serait l’acteur parfait d’aujourd’hui ? Ne serait-ce pas l’acteur habile technicien, capable de se fondre à toutes les situations de production et de calibrer ses énergies afin de les utiliser efficacement au maximum de leur potentiel, capable de recevoir et comprendre tous les commentaires afin de les transformer en propositions d’actions dramatiques pertinentes?
Et quoi encore, pourquoi l’ordinateur ne serait pas capable de produire seul des histoires «intéressantes» pour l’être humain? Quels sont tous les vecteurs des actions dramatiques qu’il faut calibrer pour qu’il y ait une représentation? Je tourne toujours autour du même pot. Selon moi, la dramaturgie, qui étudie la pratique de la composition dramatique, ne peut faire abstraction d’une étude plus approfondie du fonctionnement de l’ensemble du système nerveux des êtres humains alors qu’ils produisent une représentation et(ou) qu’ils la perçoivent.

Sur ces questions et réflexions (qui nous changent de la situation internationale), bonne mi-août!

Yannick Legault


Bernard da Sousa a écrit:
Bonjour,
D'accord pour l'objectif, mais pas pour le mot. Il y a déjà "théâtrologie",
dont la désinence signifie, justement, "discours sur", ou "science de",
comme dans "neurologie". "La désinence de "dramaturgie" réfère, il me
semble, à une pratique, comme dans "chirurgie"
Mais l'objectif de la théâtrologie est si vaste qu'il faut nécerssairement
se tailler un créneau d'approche; la sémiologie en est un, et
l'anthropoligie un autre.
Cordialement, Bernard da Sousa.


  
Tous les arts ont leur science, la  musique a la musicologie, l¹architecture a
ses principes, comme la  peinture et la sculpture, enseignés aux beaux-arts, >
la littérature a  aussi plusieurs «sciences» du langage [...]. Et [...] la >
    
science du théâtre, c¹est la dramaturgie !