référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2006-09/msg00011.html
     Chronologie       
     Conversation       

colloque "Le théâtre côté texte", Université de Rouen naugrette&maurice



Title: colloque "Le théâtre côté texte", Université de Rouen
Le théâtre côté texte : le public de la publication

Colloque international organisé par le CÉRÉdI, Université de Rouen

22, 23 et 24 mai 2007


COMITE D¹ORGANISATION : Ariane FERRY et Florence NAUGRETTE
COMITE SCIENTIFIQUE : Jeanne BALIBAR, Georges FORESTIER (Paris-IV Sorbonne), Daniel MORTIER (Rouen), Jean-Marie THOMASSEAU (Paris 8)

Molière et Diderot l¹ont magnifiquement dit, le théâtre est fait pour être joué, et se définit avant tout comme un art du spectacle. Son approche littéraire ne peut plus, depuis longtemps, faire l¹économie de cette dimension spectaculaire fondatrice. Les enseignants le savent, sans le contact direct avec la représentation, la connaissance du théâtre reste limitée, décevante, et peu pertinente. Le texte de théâtre, on le sait bien, est en manque de représentation.
Cependant, depuis qu¹on le publie, il vit aussi son existence propre. Quel type d¹accès au théâtre la lecture du texte autorise-t-elle ? C¹est la question à laquelle ce colloque voudrait répondre, sous ses aspects indissociablement génériques, historiques, sociologiques, et éditoriaux.

À QUI PROFITE LE TEXTE ?
On se demandera d¹abord quelle est la nature du texte de théâtre, qui a trouvé, historiquement, des définitions diverses. Peut-on encore le considérer comme une ¦uvre littéraire à part entière, dont la grandeur pourrait se mesurer à sa capacité à se passer de la représentation, comme l¹ont jugé certains lecteurs du Cid, ou comme le pensait encore le jeune Claudel, qui se méfiait de la scène comme d¹une manifestation extérieure nécessairement réductrice et décevante ? Ou bien est-il une trace de la représentation originale, un relevé des répliques et des indications scéniques nécessaires à se figurer ce qu¹on n¹a pas pu voir, un témoin purement livresque de la représentation ? Que faire, notamment, de la publication des textes issus d¹un événement théâtral précis, depuis les créations collectives jusqu¹au théâtre-performance ? Tournée vers l¹avenir cette fois, et non plus seulement vers l¹origine, l¹image de la partition en attente d¹exécution oriente vers un autre type de lecture : le livre devient un support du " rôle " de l¹acteur, que peut reprendre à son compte le lecteur pour inventer son théâtre intérieur. En somme, que publie-t-on quand on publie du théâtre ?
La question sera envisagée à la fois sous son angle poétique, pour définir l¹essence et l¹existence du texte de théâtre en fonction des habitudes de lecture et des types de lecteurs, et sous son angle historique, en fonction des pratiques et champs éditoriaux d¹une époque.
L¹AVENTURE EDITORIALE
On s¹interrogera sur les formes prises au cours des siècles par la publication du théâtre, en volumes séparés, en ¦uvres complètes, en revues spécialisées à l¹attention des praticiens et amateurs (comme le Magasin théâtral, au XIXe s., ou L¹Avant-scène théâtre aujourd¹hui), en collections de répertoire (TNP, Comédie Française, TNSŠ), en petits classiques à l¹intention des collégiens, des lycéens et des étudiants comme de leurs enseignants, en éditions savantes à l¹usage des chercheurs. Quelle place y accorde-t-on, selon les époques et les stratégies éditoriales, au paratexte qui fournit lui aussi un accès au théâtre (préfaces, dossiers pédagogiques, illustrations, notes de l¹éditeur ou de l¹auteur, qui, tel Hugo, accompagnait la publication de certaines de ses pièces d¹instructions à l¹usage des troupes de province, ou telles les indications de Genet sur la mise en scène des Paravents, intégrées au texte lui-mêmeŠ). Quel rôle spécifique les institutions théâtrales jouent-elles dans cette production, par le biais de leurs librairies et des commandes liées à la programmation ?
On écoutera aussi la parole des praticiens et usagers du texte de théâtre (auteurs, éditeurs, metteurs en scène, directeurs de théâtre, comédiens, professeurs, spectateurs, etc.).

Les propositions de communication (environ 15 lignes) seront examinées par le comité scientifique. Les adresser pour le 31 octobre 2006 à A. Ferry loreniane@wanadoo.fr ou F. Naugrette naugrette.maurice@wanadoo.fr, ou par la poste, à l¹une ou l¹autre, Département de Lettres Modernes, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université de Rouen, 76821 Mont Saint Aignan Cedex.