référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2006-11/msg00011.html
     Chronologie       
     Conversation       

Raison présente : esthétique et philosophie Olivier Neveux



Vient de paraître :


Esthétique et philosophie.


Numéro 156


Revue Raison présente,
14 rue de l’Ecole Polytechnique,
75005 Paris




Le beau, l’art, la contemplation, mais aussi les émotions du monde quotidien à l’heure des hypermarchés, le sensible mis en coupe réglée par la publicité et la télé-réalité, tout autant que l’emphase vite écoeurante de la panesthésie médiatique, contribuent à définir des objets de réflexion essentiels.
Le premier : le statut de la sensibilité dans la société contemporaine. Après tout la notion d’esthétique (construite à partir du Grec
aisthesis, qu’on réfère le plus souvent à la sensibilité) y invite. L’expansion de l’esthétique dans la société de consommation de masse mérite une approche sociologique.
Quant au deuxième, l’esthétique n’y est plus affaire de mode, d’ornementation, de rayons de marché, voire de chirurgie plastique. Elle se présente sous la forme d’une discipline ou d’un domaine philosophique dont la vocation est l’exploration du beau, de la sensibilité et de la création artistique. Mais, comme chacun le sait, les œuvres d’art contemporain entraînent à une reconsidération générale de cette sphère du beau et de ses approches.
Enfin, le troisième objet nous conduit à parler de la philosophie contemporaine, plus directement. Sur ce plan, la question « esthétique et philosophie », c’est aussi la question : « A quel point la philosophie de la fin du XX° siècle est–elle devenue esthétique ? »


Sommaire de cette livraison :



L’empire des signes ou la société esthétisée du tout patrimonial : Daniel Vander Gucht.


Pour une éducation véritablement esthétique : Claire Legrand.


Vers une construction territoriale de la notoriété artistique ? : Sophie Le Coq.

De l’art et du / de la politique : Jean-Marc Lachaud.

Des relations conflictuelles entre l’esthétique, la philosophie et l’art : Christian Ruby.


La politique ou l’art d’être-au-monde : Marc Le Ny.


Esthétique et politique. Lectures de Jacques Rancière : Olivier Neveux.

Esthétique et communauté sensible. L’esthétique du sublime comme principe d’une politique, chez Jean-François Lyotard : Frédéric Darmau.


Eléments de neuroesthétique : musique et peinture : Jean-Pierre Changeux.



Revue Raison présente,
14 rue de l’Ecole Polytechnique,
75005 Paris



Pour toutes commandes (13 euros 50), en dehors des librairies, s’adresser au siège.
Téléphone : 01 46 33 03 50