référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2007-02/msg00004.html
     Chronologie       
     Conversation       

lien théorie pratique Bernard Lavoie



André Bourassa m’a demandé de transmettre aux membres de Quéâtre ce court texte qui fait parti d’un échange que nous avons eu récemment.

 

Bernard Lavoie

 

Cher André,

>

> La maîtrise professionnelle (MFA) que j'ai complétée en 1984 à UCLA

> portait sur la pratique de la mise en scène.  C'est une formule qui se

> retrouve dans plusieurs programmes américains d'études avancées en théâtre.  Certaines

> universités canadiennes offrent aussi cette formation.   Souvent, comme

> c'était le cas à UCLA, les programmes de MFA in Directing sont donnés

> en parallèle avec des programmes de MFA en jeu, en conception

> (costumes, décors, lumière, son, etc.) en gestion et en écriture. 

> Dans ces conditions, les étudiants à la maîtrise forment presque une

> compagnie de théâtre professionnel.  Ces programmes sont présentés en

> parallèle avec les formations plus théoriques de M.A. et de Ph.D.  Il

> existe peu de liens entre les étudiants en pratique théâtrale et ceux

> en théorie.  La question du lien entre la théorie et la pratique se

> pose donc rarement.  Les praticiens élaborant leur pratique

> indépendamment des théoriciens.  Pour l'étudiant au MFA, il s'agit de

> développer ses habiletés professionnelles.  Sans ignorer totalement la

> réflexion nécessaire à l'élaboration d'une mise en scène, la qualité

> du travail est jugée sur le résultat scénique beaucoup plus que sur la

> réflexion qui l'accompagne.  Dans certains programmes, il n'y a pas de

> mémoire d'accompagnement.  Pour d'autres, le mémoire est exigé, mais

> il me semble souvent accessoire et souvent uniquement descriptif face

> au cheminement pratique.

>

> Dans la discussion qui a eu lieu sur Quéâtre, la pratique me semblait

> tellement dépendante de la tradition théorique du M.A. qui s'ouvrirait

> aux exigences des contraintes matérielles de la représentation

> théâtrale, qu'il me semblait peu pertinent de participer à la

> discussion.  J'aurais eu l'impression de parler d'oranges alors que

> tout le monde parlait de tomates.

>

>

> C'est pourquoi, je me suis abstenu.

>

>

> Puisque tu crois que cette courte explication de mon expérience

> californienne peut contribuer à faire avancer la discussion, je vais la communiquer à Quéâtre.  C'est avec plaisir que je

> préciserai certains éléments constitutifs de cette formation si des

> membres sentent que c'est pertinent.

>

>

> Amitiés

 

Bernard