référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2008-12/msg00014.html
     Chronologie         
     Conversation         

Colloque: Voltaire homme de théâtre Laura Naudeix



Title: Colloque: Voltaire homme de théâtre
colloque international

Voltaire homme de théâtre

29-30-31 janvier 2009

Institut et Musée Voltaire (Genève)
Voltaire Aujourd’hui (Ferney-Voltaire)
Château de Voltaire
Théâtre de Carouge-Atelier de Genève
FOR, compagnie Hervé Loichemol
UMR LIRE-CNRS de l’Université Stendhal-Grenoble III

C’est à Ferney-Voltaire, à partir de 1991, que le théâtre de Voltaire, jusqu’alors méconnu, a commencé à être redécouvert. Plusieurs pièces ont alors été présentées au public : Le comte de Boursoufle, Zaïre, Nanine, Le Café ou l’Écossaise, Brutus, La Mort de César. Plusieurs textes non théâtraux de Voltaire ont été mis en scène : Micromégas, l’Homme aux quarante écus, Le Taureau Blanc, Catéchismes, le Sermon du Rabin Akib, l’Entretien d’un Sauvage et d’un bachelier. De nombreux auteurs, vivants ou morts, ont été mis en relation avec l’écriture de Voltaire : Goldoni, Sade, Swift, Rousseau, Diderot, Piron, Lessing, Legrand, Laplace, Gürsel, Stevanovic… De nombreuses discussions, débats, rencontres et colloques ont accompagné ces créations et ont permis de mieux comprendre la place considérable que le théâtre occupait dans l’¦uvre de Voltaire et d’en clarifier les enjeux.
Au moment où ce travail connaît un nouveau départ, et à l’occasion de la création de Candide au Théâtre de Carouge-Atelier de Genève, il était temps d’organiser une grande manifestation sur ce sujet et de rassembler des chercheurs français et étrangers, hommes de lettres, de théâtre, philosophes, historiens, tous spécialistes du XVIIIe siècle et de l’¦uvre de Voltaire.
FOR, compagnie Hervé Loichemol et Voltaire Aujourd’hui ont réunit l’Institut et Musée Voltaire, le Château de Voltaire, le Théâtre de Carouge-Atelier de Genève et l’Université Stendhal-Grenoble III pour organiser ce colloque international intitulé Voltaire, homme de théâtre qui se déroulera aux Délices de Genève et à Ferney-Voltaire, du jeudi 29 au samedi 31 janvier 2009.

Ce grand rassemblement transfrontalier sera aussi une occasion formidable de fêter, à Ferney-Voltaire comme à Genève,  le 250ème anniversaire de l’écriture et de la publication de Candide.

Voltaire homme de théâtre

« Nous sortons de l’exécution du troisième acte joué aujourd’hui, il est minuit, nous allons souper… je suis rendue. C’est le diable, oui le diable, que la vie que nous menons ? Après souper, Madame du Châtelet chantera un opéra entier… On ne respire point ici. Nous jouons aujourd’hui L’Enfant Prodigue et une autre pièce, en trois actes, dont il faut faire les répétitions. Nous avons répété Zaïre jusqu’à trois heures du matin. Nous la jouons demain avec La Sérénade. Il faut friser, se changer, s’ajuster, entendre chanter un opéra. Oh ! la galère ». Tels sont les termes choisis par lesquels s’exprime dans sa Correspondance Madame de Graffigny, amie de Voltaire en visite à Cirey, enrôlée dans le théâtre de société de son hôte, pour qualifier la « théâtromanie », selon les termes de l’époque, ou si l’on veut, en termes modernes, le stakhanovisme de Voltaire en matière d’activité théâtrale : dramaturge prolixe (52 pièces auxquelles s’ajoutent 5 fragments), critique vigilent autant qu’érudit, comédien insatiable, formateur et directeur d’acteurs exigeant, voire tyrannique et metteur en scène sans concession, Voltaire a toutes les qualités requises pour être qualifié, contrairement à nombre d’auteurs dramatiques de son temps, d’homme de théâtre au sens plein du terme… Et pourtant, que reste-t-il aujourd’hui de sa production comme de son activité dramatique ? Il semble qu’une bonne partie des spécialistes de Voltaire, en dehors du travail d’édition des Oeuvres complètes à la Voltaire Foundation, se soient aujourd’hui résignés à prendre acte de l’éclipse dont ce théâtre fait l’objet, cependant que les historiens et spécialistes du théâtre rechignent le plus souvent à s’aventurer dans ce qu’ils considèrent comme la terra incognita des études voltairiennes. Il en résulte un large oubli de ce qui reste pourtant une des contributions majeures à la production comme à la vie théâtrale du XVIIIe siècle, que quelques metteurs en scène contemporains audacieux nous ont appris à ne pas considérer comme un théâtre-musée mais une ¦uvre d’une étonnante actualité
.
La désaffection du théâtre de Voltaire aujourd’hui, comparé au succès qu’il a pu connaître en son temps, ne peut donc laisser indifférent, concernant le premier des auteurs dramatiques du siècle du théâtre, et un des auteurs pourtant les plus emblématiques du XVIIIe siècle. En dépit de quelques travaux pionniers et isolés contribuant utilement à relancer l’analyse d’un corpus longtemps déserté, il semble qu’il y ait quelque intérêt aujourd’hui à réunir des chercheurs français et étrangers, mais aussi des praticiens du théâtre aux compétences et aux approches très diverses, avec pour objectif d’offrir pour la première fois une vision globale du rapport entre Voltaire et le théâtre, qui s’articulera autour de trois axes principaux, mais ne s’y limitera aucunement :
-
Voltaire dans le théâtre de son temps
On envisagera l’¦uvre comique, tragique et lyrique de l’auteur sous l’angle de sa dramaturgie, de ses sources et ressources, de ses influences, de sa structure formelle et poétique, afin de faire la part du classicisme tardif et de la modernité de cette écriture ; cependant que beaucoup reste à faire en ce qui concerne le dépouillement des manuscrits, et en particulier des manuscrits de souffleur. Mais Voltaire est également un praticien du théâtre accompli, concevant lui-même les plans architecturaux de ses théâtres de société, prenant notamment position dans la polémique sur la présence des spectateurs sur scène et la position du parterre, intervenant personnellement, même à distance, sur la scénographie, les effets ou, plus généralement, la mise en scène de ses pièces, dont il demande des comptes rendus circonstanciés à des spectateurs complices de confiance, les montant et les interprétant lui-même en société… Il est, enfin, un interlocuteur privilégié des grands artistes interprètes de son temps, de La Clairon, de Lekain, de Mlle Dumesnil ou encore, de Mlle Dangeville., comme pédagogue, directeur d’acteur ou pour le moins, partenaire dans la transformation du jeu dramatique, dont il suit avec passion l’évolution.


-
Voltaire et le théâtre de son temps
Voltaire se présente aussi comme théoricien du théâtre, à l’occasion de ses propres pièces, ou de celles des autres dramaturges (Corneille, Crébillon). Critique dramatique infatigable, ses jugements passionnés en même temps qu’informés sur le théâtre contemporain comme sur l’héritage classique ou encore les influences étrangères (Shakespeare en particulier) sont écoutés et débattus. Lui qui a passé la plus grande partie de sa vie active loin de la capitale des arts, entretient pourtant avec son « petit comité » parisien, dirigé par d’Argental, une correspondance régulière qui lui rend compte de tous les frémissements de la scène parisienne et des spectacles qui s’y donnent, permettant d’établir une série très complète de jugements esthétiques. Plus encore, ce comité parisien collabore activement à la co-écriture des pièces, et participe à leur mise en scène. Bien entendu, on ne saura négliger les enjeux philosophiques, polémiques, « médiatiques » parfois, de ces textes et de ces représentations en prise sur une vision du monde et sur les combats voltairiens, et en relation constante avec ce public qui est aussi une figure de l’opinion. On s’intéressera, de façon symétrique, à la façon dont le théâtre de Voltaire et reçu et perçu par ses contemporains, en prenant en considération aussi bien la critique dramatique que les parodies dont il fait l’objet.

-
Voltaire face au théâtre de notre temps
Un certain nombre d’expériences artistiques récentes tendant, qui à adapter les textes non dramatiques de l’auteur, qui a monter son théâtre, seront enfin l’occasion d’interroger le rapport de l’¦uvre de Voltaire avec la mise en scène contemporaine, et d’en confronter un certain nombre de lectures actualisantes. Une attention toute particulière sera apportée à la mise en scène, par Hervé Loichemol, de Candide, à l’occasion du 250e anniversaire de la publication de l’¦uvre.

Si l’¦uvre dramatique de Voltaire est fréquemment convoquée pour étayer des interprétations globales, on sollicite encore aujourd’hui assez peu sa spécificité théâtrale. Les récents développements du spectacle vivant en France permettent cependant d’apporter objets, méthodes et approches nouvelles susceptibles de nourrir une réflexion sur Voltaire comme homme de théâtre, et non plus simplement comme écrivain de théâtre.

JEUDI 29 JANVIER 2009
Institut et Musée Voltaire (Genève)

13 h : Accueil des participants par François Jacob et Hervé Loichemol.

13 h 30 : Introduction générale du colloque par Christophe Cave et Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble 3, UMR LIRE-CNRS)

SESSION I : Théories littéraires, histoire des genres, modèles
Présidence de séance : Pierre Frantz (Université Paris IV-Sorbonne)

14 h : Dominique Lafon (Université d’Ottawa, Canada), « Voltaire, auteur dramatique ou dramaturge »
14 h 20 : John Campbell (University of Glasgow, Écosse), « Le Racine de Voltaire : une idolâtrie périlleuse »
14 h 40 : Jean-Noël Pascal (Université de Toulouse-Le Mirail), « Voltaire et l’hellénisme »
15 h : Discussion et pause
15 h 30 : Jean Goldzink (professeur émérite, Ecole normale supérieure LSH), « Voltaire et les genres nouveaux »
15 h 50 : Sophie Marchand (Fondation Thiers), « Voltaire et la pensée du public : du poète dramatique à l’homme de théâtre »
16 h 10 : Christophe Paillard (Ferney-Voltaire, Lyon), « ‘Le tripot de Voltaire’ : écriture collective et politiques de la représentation »
16 h 30 - 17 h : Discussion et pause.

SESSION II : Voltaire et le théâtre musical
Présidence de séance : Marie-Emmanuelle Plagniol-Diéval (Université Paris-Val de Marne)

17 h : Catherine Cessac (Centre de Musique baroque de Versailles-CNRS), « Voltaire et l’opéra : une expérience paradoxale »
17 h 20 : Béatrice Ferrier (Université d’Artois), « Le Samson de Voltaire : les enjeux d'une écriture scénique singulière »
17 h 40 : Isabelle Degauque (Université de Nantes), « Dans l’atelier de création et de refonte d’une « tragédie-opéra » : étude de lettres choisies de Voltaire sur Sémiramis (1748) et de sa réception parodique »
18 h : Flora Melé (Université Paris IV- Sorbonne), « Voltaire et Favart »
18 h 20 – 18 h 40 : Discussion.
19 h –  20 h : Visite des Délices.

20 h 30 : repas

VENDREDI 30 JANVIER 2009
Institut et Musée Voltaire (Genève)

9 h : Accueil.

SESSION III : Voltaire et le comique
Présidence de séance : Jean Goldzink (Ecole normale supérieure LSH)

9 h 20 : Catherine Ailloud-Nicolas, (Université Lyon I-IUFM, UMR LIRE-CNRS), « Reconnaissance et structure dramaturgique dans les comédies de Voltaire »
9 h 40 : Karine Bénac (Université de Franche-Comté), « Nanine ou le dialogue de Voltaire avec Marivaux »
10 h : Logan James Connors (Université d’Etat de Louisiane, Etats-Unis, et université Paris IV - La Sorbonne), « Texte et représentation dans l’Ecossaise »
10 h 20 – 10 h 50 : Discussion et pause.

SESSION IV : Voltaire et le tragique (1)
Présidence de séance : Jean-Noël Pascal (Université de Toulouse-Le Mirail)

10 h 50 : Nicholas Dion (Université de Laval, Canada), « ‘Ce qui réussissant chez Shakespeare est sifflé chez eux’ : Eriphyle et l’horreur sur la scène tragique française »
11 h 10: Hélène Bilis (Wellesley College, Etats-Unis), « Poétique tragique et pensée politique : Voltaire et la mise en scène de la souveraineté »
11 h 30 : Marc Hersant (Université de Bordeaux 3), Sur Oedipe
11 h 50 : Pierre Frantz (Université Paris IV - Sorbonne), Sur Mahomet
12 h 15 – 12 h 45 : Discussion.
12 h 45 –14 h : repas

SESSION V : Voltaire et le tragique (2) : Les théâtres de l’Ailleurs
Présidence de séance : Christophe Cave (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS)

14 h : Raoul Markovits (Université Paris I - Panthéon Sorbonne), « Les Scythes (1767): Voltaire, le théâtre et les « m¦urs sauvages » des Genevois »
14 h 20 : Nadia Hammoudi (Université Paris 8), « Peindre les m¦urs selon Voltaire : le cas de Tancrède »
14 h 40 : Florence Ciret-Strecker (Simmons College, Etats-Unis), « L’Orphelin de la Chine de Voltaire : la Chine sous les feux des Lumières »
15 h – 15 h 30 : Discussion et pause.

SESSION VIII : Les réceptions de Voltaire
Présidence de séance : Dominique Quéro (CELLF 17-18e siècles, CNRS Paris IV- Sorbonne)

15 h 40 : Simon Davies (Université de Belfast, Irlande), « Réception de Voltaire en Irlande »
16 h : Anna Clara Santos (Université d’Algarve et université de Lisbonne, Portugal), « La réception du théâtre voltairien au Portugal »
16 h 20 : Laéticia Perret-Truchot (IUFM de Poitiers), « Le théâtre de Voltaire dans les manuels scolaires (1799-2000) »
16 h 40 : Florence Filippi (Université Paris X-Nanterre), « Voltaire à l’épreuve de la dramaturgie napoléonienne : le théâtre comme prétexte politique »
17 h – 17 h 30 : Discussion.
17 h 30 – 18 h : Présentation de Candide par Hervé Loichemol.
18 h  – 19 h : buffet

20 h, Théâtre de Carouge-Atelier de Genève : Candide dans la mise en scène d’Hervé Loichemol.


SAMEDI 31 JANVIER 2009
Mairie de Ferney-Voltaire (Ferney-Voltaire, France)

8 h 45 : Départ de Genève pour Ferney-Voltaire.

SESSION VII : Voltaire et le théâtre de société
Présidence de séance : Russel Goulbourne (University of Leeds, Grande-Bretagne)

9 h 40 : Dominique Quéro (CELLF 17-18e siècles, CNRS Paris IV - Sorbonne), « Voltaire et le théâtre de société : pour un état des lieux »
10 h : Pierre Baron (CELLF 17-18e siècles, CNRS Paris IV - Sorbonne), « La vie théâtrale en société chez Voltaire à travers une correspondance inédite (1759-1762) »
10 h 20 : Marie-Emmanuelle Plagniol-Diéval (Université Paris-Val de Marne), « Échos du théâtre de société dans la Correspondance de Voltaire de 1761 à 1778 »
10 h 40 – 11 h 15 : Discussion et pause.
11 h 15 – 12 h 15 : Retour sur Candide : discussion-débat.
12 h 15 : Déjeuner.
13 h – 14 h 30 : Visite du Château de Voltaire.


SESSION VI : Voltaire et ses interprètes / Conditions de représentation
Présidence de séance : Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS)

15 h : Charlotte Simonin (Université de Nantes), « Les souvenirs de la Muse ou Voltaire dramaturge à travers les Mémoires de la Clairon »
15 h 20 : Russel Goulbourne (University of Leeds, Grande-Bretagne), « Voltaire, Clairon et le jeu de la comédienne »
15 h 40 – 16 h : Discussion et pause.
16 h : Damien Chardonnet-Darmaillacq (Université Paris X - Nanterre), « Voltaire ou la volonté d’un auteur de contrôler la scène »
16 h 20 : Jacqueline Razgonnikoff (Comédie-Française), « Les décors de Brunetti pour le théâtre de Voltaire »
16 h 40 – 17 h : Discussion
17 h : Synthèse conclusive du colloque par Christophe Cave, François Jacob, Hervé Loichemol et Martial Poirson.

17 h 30 : Fin du colloque et retour à Genève.

Contacts

For, compagnie Hervé Loichemol
10 rue de Versoix
01210 Ferney-Voltaire
France

Hervé Loichemol
Metteur en scène
Port.    +33 (0) 674 51 67 31
herve.fortheatre@mac.com

Camille Pitron
Administratrice
Port.    +33 (0) 679 86 88 10
camille.fortheatre@mac.com


Comité scientifique

Christian Biet (Université Paris X-Nanterre, Institut universitaire de France) ;
Christophe Cave (Université Stendhal-Grenoble III et UMR LIRE-CNRS) ;
John Dunkley (University of Aberdeen) ;
Pierre Frantz (Université Paris IV-Sorbonne) ;
Joël Huthwohl (Comédie-Française) ;
François Jacob (Institut et Musée Voltaire de Genève) ;
Hervé Loichemol (metteur en scène) ;
Christophe Paillard (Ferney-Voltaire, Lyon) ;
Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble III et UMR LIRE-CNRS) ;
Russell Goulbourne (University of Leeds).

Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du Spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles
www.spectacles17e18e.org/

Si recevoir des informations par le biais de notre liste de diffusion vous intéresse, vous pouvez soutenir les activités de l'association en adhérant, ou en offrant des adhésions.

Si au contraire, vous voulez voir votre nom retiré de cette liste, répondez au message en précisant l'objet : désinscrire.