référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2009-12/msg00008.html
     Chronologie       
     Conversation       

=?windows-1258?Q?RE:_Mes_v=9Cux_les_meilleurs_pour_les_F=EAtes_de_la_lu?==?windows-1258?Q?mi=E8re?= =?windows-1258?B?TG/vYw==?=



Bonsoir à tous les membres,

 

Outre mes meilleurs vœux (chez moi, l’on dit « Paci e saluta », paix et santé) pour ces fêtes et l’année qui arrive, je souhaiterais solliciter vos compétences pour résoudre un problème de vocabulaire.

 

Je tente en effet, avec mes élèves, mes apprentis ai-je envie de dire, de les aider à comprendre les styles de jeu de l’acteur de théâtre.

Utilisez-vous des grilles ou un classement des formes de jeu pour l’acteur ?

Comment qualifier les styles et les nuances de jeu ?

 

J’utilise des termes dont je suis très mécontent, et qui font écho en chacun à des caractéristiques différentes : naturalisme, expressionnisme, hiératisme, quotidienneté, neutralité. Mais l’ensemble est faible et laisse la porte ouverte aux contresens…

Pour les apprentis, cela se résume souvent au couple jouer petit style / jouer grand style, le premier mettant en avant une économie de gestes et d’expression, le second, à la manière de Chaplin, prônant un engagement physique total avec un foisonnement plus important. Dans les deux cas, la maîtrise est de mise, mais ils ne parviennent pas à apporter – dans leurs commentaires - les nuances nécessaires entre ces deux extrêmes…

Et j’avoue peiner beaucoup à leur faire comprendre ce que j’entends par « style de jeu ». Peut-être est-ce d’ailleurs tout à fait obscur pour vous aussi que mes propos embrouillent… Et finalement, pour moi !

 

A l’aide !

 

Mais bonnes fêtes quand même. Et attention aux bûches.

 

Paci e saluta.

 

Loïc Jourdan

 

De : owner-mascarene@uqam.ca [mailto:owner-mascarene@uqam.ca] De la part de Andre G. Bourassa
Envoyé : lundi 21 décembre 2009 16:45
À : Liste de discussion en francais sur le theatre
Cc : Maitre de poste
Objet : Mes vœux les meilleurs pour les Fêtes de la lumière

 

Bon jour,

Mes meilleurs vœux aux quelque 650 membres de Mascarène,

 

Je te joins un petit souvenir d'un peintre gothique, qui pourrait bien être quelque part dans mon arbre généalogique, Lluís Borrassà.  Mais deux-cent cinquante ans séparent les dernières activités connues de la famille de peintres Borrassaà, de Gérone, sur la frontière catalane, et l'arrivée en Amérique de mon ancêtre venu de Montaigu (Saint-Hilaire de Loulay).

Nous ne sommes pas tous chrétiens, mais je rappellerai la réponse de  Malraux à une journaliste qui s'étonnait que lui, incroyant, ait  pu inclure tant d'œuvres religieuses dans son musée imaginaire: "Nous sommes tout de même dans l'ère chrétienne".

 

Avec mes amitiés,

André G. Bourassa, professeur émérite

École supérieure de théâtre

Université du Québec à Montréal

 

P.S.: J'aimerais bien savoir ce que signifie Loulay. Basse-Loire?

 

 

 

 

 

La Nativité et Le Soir des rois, du peintre gothique Lluís Borrassà, de Gérone (1350-142)4).

 

JPEG image

image002.png