référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2010-02/msg00027.html
     Chronologie       
     Conversation       

Beckett et le plaisir du jeu Cl J Pl



À signaler aux lecteurs, aux amateurs et aux usagers de Beckett ! 


"Ce qui compte, ce sont moins les significations dont le texte est gros que le jeu de ces significations entre elles, que le fonctionnement de sa machine théâtrale"
Propos recueillis par Pierre Chabert  - Texte revu par B. Dort [Revue d'Ésthétique, numéro sur Beckett, éd. Jean-Michel Place, 1990]. 

Le décès de Pierre Chabert, interprète et ami de Samuel Beckett, survenu le jeudi 28 janvier, à l'âge de 72 ans, est passé un peu inaperçu, les médias ayant surtout parlé de Georges Wilson, disparu dans le même temps, et c'est bien normal. Mais pour les lecteurs de Beckett et surtout pour ceux qui étudient son théâtre, nombreux cette année, il n'est pas inutile de rappeler le travail de ce comédien et metteur scène beckettien.
On trouve quelques renseignements sur lui dans la courte notice du Monde datée du vendredi 5 février 2010, au bas de la page 23.
Et surtout il est l'auteur de réflexions précieuses pour nous, publiées dans  Théâtre Aujourd'hui n°3, L'Univers scénique de Samuel Beckett ; il signe notamment le chapitre 3, intitulé "Singularité de Samuel Beckett" et fait partie du comité de rédaction de ce numéro. Il a aussi consacré à Beckett un numéro de la Revue d'Ésthétique, numéro un peu mythique parce qu'introuvable...

Pierre Chabert a connu Beckett vers 1966 ; il a joué sous sa direction  le rôle de Krapp dans La dernière Bande, en 1975, et il a lui-même mis en scène Oh ! les beaux jours, avec Denise Gence, en 1992 au théâtre de la Colline, pièce qu'il était en train de retravailler quand la mort l'a surpris.

Claude Jaëcklé-Plunian

Claude