référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2010-03/msg00002.html
     Chronologie       
     Conversation       

Lettre d'information des EDITIONS THEATRALES lettreinfo



si vous ne pouvez pas lire cette lettre d'information, copiez et collez cette adresse dans votre navigateur : http://www.editionstheatrales.fr/newsletter_last.php
04-03-2010

Calcification, embrasement : parabole selon Jean Cagnard

Après l'étonnant
Entonnoir, publié dans la collection Théâtrales Jeunesse, Jean Cagnard continue avec Le Menhir, son voyage poétique dans le monde du travail et de la famille.

Certains rumineraient. D‚autres s‚en moqueraient. Ce fils-là ne se satisfait pas du silence du père ni de sa  défense par la mère. Il abandonne donc femme, enfants,! travail, pour se planter dans le jardin. Et ne souhaite en bouger qu‚après avoir parlé au  paternel. En vain. Alors il prend racine, s‚immobilise pour devenir menhir et prendre feu enfin.

Jean Cagnard poursuit donc son chemin dans le social et l‚intime, le surréalisme et le parabolique. C‚est une tragédie familiale qui se joue avec une violence induite et, en contrepoint, la précarité, les délocalisations et les luttes révélées par un symbolisme onirique puissant mais ancré dans la réalité. Cette calcification puis cet embrasement sont autant d‚images d‚un homme en dehors de son corps, poussé par une double barbarie: le refus d‚un père et l‚inaptitude à un monde déshumanisé.

! Poésie et politique, pour un texte rare.


Dans le labyrinthe du désir

Retour sensuel et politique pour Roland Fichet avec son quatorzième texte publié par les éditions Théâtrales.

Comment toucher
commence dans un village du Congo, Maty-Ougourou. Niang Saho, le chef d‚une bande de rebelles, a été trouvé mort un soir dans un petit bois et transporté dans une cabane de forestier. Mais à l‚aube, son corps a disparu. Est-il vraiment mort? Ariane-Sylvie Sutter, Carina Rosquera, Dino Galice, Michaël Guür Keromnès, Esther Ikol! i, Swana/Lou, Zo/Kris se divisent et se séparent.

En pleine guerre intestine, Niang Saho a fondé une commune libre. Il veut mettre ses pas dans ceux de Che Guevara, présent au Congo en 1963. Mais bouleversé par son rapport aux ancêtres et aux femmes qu‚il ne peut pas toucher, Niang Saho va devenir à Lagos, au Nigeria, un ministre de la parole d‚un tout autre type.

Tous les personnages marchent, voyagent en quête de leur corps amoureux, en quête du corps de l‚autre, en quête d‚un dévoilement. Des Africaines, telles des sentinelles du réel, se dressent à chaque frontière. Les membres de la bande se confrontent au mystère et au paradoxe des deux injonctions articulées tout au long de ce texte métaphysique: ne me touche pas/touche moi.

Comment toucher est la troisième pièce du triptyque Anatomies. Les deux premières ont été jouées à Brazzaville au Congo et jouées en 2008 et 2009 dans dix pays d‚Afrique. Roland Fichet met en scène Comment toucher en France en 2010 au Théâtre national de Bretagne, au Théâtre de l‚Est parisien et au Théâtre du Pays de Morlaix.

A lire donc dès aujourd'hui en librairie et à voir à partir du 5 mars au Théâtre de l'Est parisien jusqu'au 20 mars.


En mars... et ça repart

Mars : voici un mois de giboulées théâtrales, comprenez une alternance de spectacles un peu partout, pas du mauvais temps, esprits chagrins ! (programme non exhaustif, jusqu'à notre prochaine lettre d'informations).

Mais avant de plonger avec délice dans cette liste de réjouissances scéniques (montrant la vivacité du catalogue), deux informations liminaires :

"Nous n'irons pas au salon" (pour parodier l'intitulé d'un festival fameux de Vitry) : oui, mars est traditionnellement le temps du Salon du livre de Paris. L'équipe des éditions Théâtrales défendra la littérature dramatique différemment  en ne rejoignant pas ce qui est malheureusement devenu un supermarché anonyme du livre avec de moins en moins d'âme et de secousses esthétiques. Cela ne nous empêche pas de saluer Carlos Liscano et Enzo Cormann, auteurs invités de cette 30&! egrave;me édition. Rendez-vous en mai au Salon du théâtre et de l'édition théâtrale pour présenter nouveautés et fond.

Le mois dernier, une coquille s'est glissée sur le patronyme d'Henri Bornstein lors de sa belle entrée au catalogue  avec Mersa Alam, milles excuses.

Et voici la liste, tant attendue :

Créations :

Roland Fichet met donc en scène son ! Comment toucher au Théâtre de l'est parisien du 5 au 20 mars ;


Cymbeline de Shakespeare (traduction de Jean-Michel Déprats), mise en scène de Bernard Sobel à la MC 93 de Bobigny du 8 au 30 mars ;

L'Eveil du printemps de Frank Wedekind (traduction de François Regnault), mise en scène de Gui! llaume Vincent au Théâtre de la Colline du 12 mars au 16 avril ;

Epousailles et représailles (d'après des nouvelles) de Hanokh Levin (traduction de Laurence Sendrowicz), mise en scène de Séverine Chavrier à partir du 30 mars au Théâtre des Amandiers de Nanterre ;

El maestro de Azi! z Chouaki, mise en scène de Pierre Marty du 16 a! u 27 &ag rave; Toulouse ;

En tournée:

Invasion ! de Jonas Hassen Khemiri (traduction de Suzanne Burstein, en collaboration avec Aziz Chouaki) mis en scène à Bourges, Nanterre et Le Havre ;

Yaacobi et Leidental de Hanokh Levin (traduction de Laurence Sendrowicz), mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, à Nantes, Chateau Gonthier, à Lyon et à Marseille ;

Les Muses orphelines de Michel Marc Bouchard, mi! se en sc ène de Carole Faizant à Lyon du 4 au 13 ;


Une lune entre deux maisons de Dominique Richard, mise en scène de Patrick Ellouz à Sarlat le 9 et Maransin le 18 ;

Bal-trap de Xavier Durringer, mise en scène de Eve Weiss au Théâtre du Guichet-Montparnasse à Paris à partir du 17 ;

Portrait de famille de Denise Bonal, mise en scène de Christophe Duffay à Fougères le 26 ;

Le Bruit des os qui craquent de Suzanne Lebeau, mise en scène de Gervais Gaudreault à Wasquehal les 11 et 12,  à Bezons le 19, à Décines le 23, à Quillan le 26 et à Uzès le 30 ;

Trompe l'oeil et cache misère (d'après des textes) de Karl Valentin (traduction de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil), mise en scène par Olivier H'Small à Cergy le 18 ;

Les Muses orphelines de Daniel Keene (traduction de Séverine Magois), mise en scène de la Cie des Rescapés à Lyon le 12 ;

Le Chemin des passes dangereuses de Michel Marc Bouchard, mise en scène de Laurent Crovella à Rethel le 23  ;

Le Journal de Grosse Patate de Dominique Richard, mise en scène de Jean-Jacques Mateu à Bessières le 12, à Magnanville les 26 et 27 et à Cahors du 29 au 2 avril ;

Cinq hommes de Daniel Keene, mise en scène de Robert Bouvier à Fribourg du 11 au 14, Tarbes le 18 et à Valenciennes le 30 ;

Yaël Tautavel de Stéphane Jaubertie, mise en scène de Nino d'Introna à Rouans les 5 et 6, à Fumel le 12, à Pornichet du 16 au 18 et à Saint Mars la Jaille les 25 et 26 ;

Asphalt Jungle de Sylvain Levey, mise en scène de Laurent Maindon à Ancenis le 13 ;

Une lune entre deux maisons de Suzanne Lebeau, mise en scène de François Gérard à Wasquehal du 7 au 9 ;

Les Souffrances de Job de Hanokh Levin (traduction de Jacqueline Carnaud et Laurence Sendrowicz), mise en scène de Laurent Brethome à Meylan le 9 et à Décines les 12 et 13 ;

Le Journal de Grosse Patate de Dominique Richard, mise en scène de François Gérard à Merville le 5 ;

Alice pour le moment de Sylvain Levey, mise en scène de Anne Courel à Villeurbanne le 12 ;

La Nuit des Rois de Shakespeare (traduction de Jean-Michel Déprats), mise en scène de Jean-Louis Benoît les 18 et 19 à Amiens ;

Gzion (librement interprété à partir du texte) de Hervé Blutsch, mise en scène de ! Harry Ho ltzman à la Comédie de Picardie du 30 mars au 1er avril ;

L'Ogrelet de Suzanne Lebeau, mise en scène de François Gérard à Hazebrouck le 26 ;

Une laborieuse entreprise de Hanokh Levin (traduction de Laurence Sendrowicz), mise en scène de Myriam Azincot à Rennes le 12 et à Pont l'Abbé le 19 ;

Les rencontres :

Plusieurs conférences du performer, universitaire et metteur en scène américain Richard Schechner, le 16 mars à l'INHA de Paris, le 31 mars à l'université Paris Ouest de Nanterre et le 1er a! vril au Petit Odéon à Paris ;

Dramaturgies contemporaines au conservatoire (organisée par Aneth) : lectures par de jeunes comédiens de plusieurs textes contemporains dont Soldats de Daniel Keene (traduction de Séverine Magois) le 11 à la Maison des pratiques amateurs de Paris et le 27 au Théâtre de l'Aquarium ;

Le théâtre est - [il lisible] ?, dans le cadre des Bruissements de la langue, le Théâtre suivant invite les éditions Théâtrales et plusieurs auteurs dont Ronan Mancec autour de cette épineuse question le 20 mars à 20 heures à la Médiathèque de Saint Quentin en Yvelines ;





Pour toutes informations écrivez-nous à info@editionstheatrales.fr
pour vous désinscrire de la lettre d'information cliquez sur ce lien désinscription