référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2010-04/msg00013.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: cyberbulletin 53 José Bau Diyabanza



Enseignement technique et formation professionnelle

 

Des élèves mobilisés par le théâtre pour être messagers

 

L’atelier de mise à niveau des élèves à la création
           des spectacles pour la valorisation de
            l’enseignement technique et la formation professionnelle a démarré, mardi 02 mars 2010, à l’ITI-Gombe. Inclus dans le projet d’Appui à l’Enseignement Technique et à la Formation Professionnelle de la Coopération Technique Belge ((AETFP-CTB), ce volet se propose de mobiliser des élèves des écoles techniques et industrielles afin qu’ils deviennent des messagers de  la promotion de l’enseignement technique. Cette sensibilisation par le théâtre vise à les responsabiliser face au défi de la pauvreté. Un atout indispensable pour le développement d’une nation. L’Atelier Théâtr’Actions, ATA en sigle, une asbl d’animation et d’écriture dramatique, a offert ses services pour soutenir la vision des jeunes dans la promotion de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, particulièrement dans les huit filières appuyées par le projet AETFP. Il s’agit, notamment de : mécanique, électricité, construction, coupe-couture, commerciale & administrative, agriculture générale, vétérinaire et électronique. Pour cette phase- pilote, six écoles techniques sont retenues: ITI-Gombe, IPG-Gombe, EPROBA à Lemba, ITIP Ngaliema, INPP à Limeté et Lycée Technique de Limeté. De l’avis de M. José BAU, Commissaire général de l’ATA : « Sur un total de 60 élèves retenus, il y aura un effectif de 10 élèves par école, en plus de leurs encadreurs au nombre de 6. Cet atelier de mise à niveau a consisté à donner les notions générales sur la pratique théâtrale. Ensemble avec les participants, nous avons fixé le calendrier de travail et planifié les heures de répétition. Nous avons demandé un travail de table consistant à récolter toutes les données, les attentes et les visions des participants selon la philosophie du projet
. Viendra par la suite, la conception de l’écriture dramatique, la mise en scène et l’harmonisation des données obtenues du 18 au 27 mars 2010. Les répétitions démarreront du 1 au 30 avril. Enfin, les corrections et les pré- tests sont prévus au mois de mai. Trois encadreurs professionnels et un superviseur de l’ATA assureront la formation et le suivi dans les écoles respectives durant trois mois, soit du 2 mars au 30 mai. » 

 

Réactions des enseignants encadreurs

 

Pour Blaise Makuntulu, directeur de discipline adjoint de l’Institut Technique Professionnel de Ngaliema (ITP/G) : « C’est une première expérience pour la plupart de nos élèves. Au fur et à mesure qu’on avance, nous nous attendons à des résultats positifs grâce à ces saynètes à vison éducative. »

De l’avis de Massamba Ndombasi, Professeur de français à l’Institut Technique Industrielle de la Gombe (ITI/G) : « J’ai beaucoup aimé cette séance qui convie les élèves à la pratique de l’excellence. Les encadreurs de théâtre ont appuyé de manière pratique les leçons maintes fois répétées aux élèves. A savoir, soigner sa diction et porter haut sa voix. Je crois qu’en fournissant ces efforts, ils s’amélioreront à l’école. En plus, ca sonne la renaissance du théâtre classique oublié par la jeunesse au profit du théâtre populaire… »

Pour Cadet Bololembe, professeur de français à l’Institut Professionnel de la Gombe(IPG) : « Cette façon d’encadrer permet une nouvelle orientation qui étalera les nouveaux talents en herbe ! C’est une activité qui ouvre leur horizon et leurs capacités intellectuelles. »  

Enfin, selon M. Jean-Paul Kabongo, professeur de maçonnerie, topographie, connaissances de matériaux… « Nous sommes valorisés effectivement en étant nous-mêmes vecteurs de communication de la plus value de nos métiers.

A l’heure actuelle où la RD Congo est en pleine reconstruction, il nous faut des ouvriers qualifiés pour relever le défi. Cette sensibilisation des jeunes contribuera à la fin des mythes de diplômes pour espérer occuper les places de choix.» A la fin des travaux, M. José Bau a déclaré : « J’ai senti des élèves super motivés pour faire le théâtre. Ils se sentent acteurs dans la construction du pays en contribuant à la valorisation de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.