référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/2011-12/msg00013.html
     Chronologie       
     Conversation       

Communiqué, Jeu 141 Benoît Gauthier



Aux abonnés de Mascarène :
Prière de faire circuler ce communiqué.
Merci.
_________________________________________________________

Michèle Vincelette
JEU Revue de théâtre
4067, boul. Saint-Laurent, bur. 200
Montréal H2W 1Y7
Tél. 514-875-2549
 info@revuejeu.org
 www.revuejeu.org
_________________________________________________________

Communiqué – Pour diffusion immédiate
 
Jeu 141 – Dossier : Le théâtre m’ennuie
Sous la direction de Marie-Andrée Brault
 
Lancement : mardi 20 décembre à 19h30


Le 14 décembre 2011 – L’équipe de Jeu est heureuse de vous inviter au lancement du numéro 141, le mardi 20 décembre de 19h30 à 20h45, dans la salle de répétition de l’Espace Libre, au 1945, rue Fullum, à Montréal.
 
Joignez-vous à nous, près des fourneaux, avant le cabaret Dinde et farces (à 21h) !

Il est de bon ton de présenter le théâtre comme le lieu de tous les possibles, de tous les ébranlements. Il est plus délicat d’affirmer que le théâtre est aussi parfois – souvent ? – le lieu de l’ennui. D’où vient cet ennui ? Par quoi est-il provoqué ? Comment expliquer la lassitude du spectateur, du critique, du praticien ? De l’évacuation du sens au manque d’audace, en passant par le glissement sournois entre art et divertissement, nos collaborateurs explorent de nombreuses pistes et interrogent sans ménagement un art qui pourtant les passionne.

De Voltaire à Gossip Girl, Benoît Melançon propose d’abord un tour d’horizon de la question de l’ennui. Gilbert Turp évoque divers ennuis : celui du « vieux désenchanté », du « jeune blasé », et même… de l’acteur en représentation. Hélène Jacques, elle, se demande ce qu’il advient du sens et réfléchit aux limites de l’esthétique trash. Jean-François Morissette et Julianne Racine offrent plutôt une perspective sociologique : le théâtre peut-il être considéré comme un lieu de résistance contre la « frénésie médiatique et […] l’ennui qu’elle produit » ? Deux textes lus lors des rencontres organisées par l’Association des compagnies de théâtre en 2011 – dont rend compte Marie-Andrée Brault – sont publiés ici : Christian Lapointe s’attaque à l’absence d’audace formelle, tandis que Jérémie Niel signe un pamphlet virulent, s’en prenant à tout ce qui détourne l’art de son essence. D’autres praticiens livrent également leurs réflexions : Éric Noël décrit le désir malsain d’écrire « une bonne pièce », idée qu’évoquent également Evelyne de la Chenelière et Alice Ronfard dans un échange épistolaire. Pour Sébastien Harrisson, le théâtre doit « renouer avec sa propre adolescence ». Jean-François Chassay et Paul Lefebvre, quant à eux, adoptent la position du spectateur. L’un tente d’expliquer les causes de sa défection et l’autre nous livre un petit guide pour « survivre à un mauvais spectacle ». Enfin, la Carte blanche a été confiée au comédien Guillaume Girard et à son frère, l’auteur de bande dessinée Philippe Girard. Attention : propos corrosifs et irrévérencieux !

Aussi dans ce numéro
Christian Saint-Pierre consacre son éditorial à l’épineux débat sur l’institution. Raymond Bertin dresse un portrait de la compagnie Nuages en pantalon et de son directeur, Jean-Philippe Joubert, alors que Michel Vaïs rend compte de l’ouvrage de Lamberto Tassinari sur le véritable Shakespeare. Aux habituelles critiques s’ajoutent quelques regards sur l’étranger et le bilan des éditions 2011 du FTA, de Montréal Complètement Cirque, du Festival d’Opéra de Québec, du Zoofest et du Festival d’Avignon.
 

Jeu 141, en vente dans les Maisons de la presse et en librairie le 23 décembre
176 pages, 110 photos, 16 $

Pour renseignements : 514 875 2549 www.revuejeu.org <http://www.revuejeu.org>
 
Jeu
remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada,
le Conseil des arts de Montréal et Patrimoine canadien, Fonds du Canada pour les magazines.