référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/1997-05/msg00090.html
     Chronologie         
     Conversation       

Re: Reconstitution suite Christos Nuessli



Bonsoir,

Je suis content de voir qu'il a y des abonnés en stéréo (= aux 2 listes
;-)
> 
> Par contre les logiciels évolués
> comme Softimage ou 3ds MAX le permettent, la vraie limite c'est le sens
> artistique de l'utilisateur.


> 
> On a vu des réalisations assez spectaculaires, (je pense à Cluny, ou Dresde),
> mais les limites très sensibles de ces réalisations viennent du déséquilibre
> entre le technicien et l'historien. Il manque " l'artiste ".

Oui c'est vrai, il manque souvent le sens artistique et, dirais-je, le
sens du terre-à-terre. A quoi sert une superbe précision technique dans
la reconstitution si l'on songe que les plus beaux bâtiments anciens
étaient sans doute tachés de flaques d'urine ou de restes d'une vague
potée aux fèves, que certaines pierres étaient descellées, que le crépis
tombait par endroit, qu'un éternel échafaudage encombrait l'une des
façades etc... ou bien qu'il étaient décorés comme un camion :-)

> Le technicien est capable de superposer à volonté les différentes pierres
> constituant l'édifice (à l'aide d'une base de données), l'historien veut voir
> les détails, personne se soucie de l'ambiance, et l'éclairage mal conçu gâche
> un travail souvent remarquable sur les autres plans. Ce n'est pas une limite
> du matériel.

Vrai aussi, ce n'est pas une limite du matériel mais cela signifie aussi
que la technique du clonage (logiciels bitmap) qui ne date pas d'hier
(voir reconstitutions des fresques de Théra 1970 etc.) est souvent l'une
des plus efficaces. L'informatique nous permet simplement un très bon
clonage.
Il devrait être possible à partir d'une jambe seule de restituer un
humain entier ou bien, à partir d'une vieille épave et de quelques
photos modernes de reconstruire l'image d'une NAVIS ONERARIA.

> 
> Pour ce qui est du rendu des textures, j'utilise des photographies de
> matériaux réels, éventuellement adaptées dans Photoshop. Les logiciels
> performants permettent de plaquer au millimètre près la texture, et le rendu
> final a donc exactement le rendu exact du vrai matériau.

J'ai essayé de restituer 2 soldats de l'expédition d'Hatshepsout au
Pount. L'image originale est déjà assez bonne et les principales
couleurs sont aisément discernables ce qui facilite grandement la tâche.
Cette opération ne nécessite pas forcément un ordinateur mais, bien sûr,
un bon usage de Corel Photopaint rend les choses plus aisées.

> 
> Simplement, la réalité se paye, comme vous l'indiquiez en puissance de calcul.
> Sans attendre 5 ans, la réalité virtuelle en différée (avec temps de calculs
> assez longs) est à notre porte. J'utilise un petit réseau sous NT (pour
> diviser les calculs entre de multiples processeurs) avec une station de
> travail principale bi PPRO 200 128 Mo et carte vidéo haut de gamme. L'espace
> disque n'est pas encore ce que vous indiquez, mais si je compte les CD
> réalisés, alors, je ne dois pas en être loin.

Hé bien, félicitations! Peu de gens sont aussi bien équipés: je n'ai
qu'un pauvre Pentium 166 pentacontère (=48 ram ;-), 3 Gigas et une
Diamond Stealth 4 Mégas.


> 
> PS : J'ai été invité aujourd'hui à une Net bouffe pour déguster du Haggis (du
> vrai, pas du végétarien), es-tu tenté ? ;-(
> 
C'est quoi une Net-bouffe ? on doit digitaliser des boyaux de brebis ?
(je refuse de salir mon scanner tout neuf ;-)

Tout de bon!

__
Christos NUESSLI
Yverdon