référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/1998-02/msg00039.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: Silence... on coupe C. Schramme



Philippe RAMONA wrote:
> 
> Michel.Marot DEA IIE MB wrote:
> >
> > Toutes mes excuses si vous recevez plusieurs fois ce mail.
> >
> > Je crois me souvenir que le duc de Montmorency a ete decapite (sous Louis XIII)
> > avec une machine assez semblable a la guillotine.
> >
> > Mes connaissances en Histoire etant celle d'un amateur, cette information est
> > a prendre avec des pincettes a longs manches ...!
> >
> > Michel MAROT,
> >
> >         de l'Institut National des Telecommunications - FRANCE
> 
> Avec un peu de retard, j'étais en vacances, je rajoute mon grain de sel
> dans ce débat:
> 
> d'après Martin MONESTIER: "Peines de mort", éditions du cherche-midi
> 1994:
> 
> Des "tranchoirs à tête" sont signalés depuis le moyen-âge (1233 dans une
> ville hollandaise), mais le premier âge d'or de ces engins est le XVIème
> siècle. Appelés "Mannaia" en Italie, "Maiden" (veuve...!!)en ecosse,
> "Halifax gibet" en Angleterre, "Doloire" en france.
> 
> Elles ont été en activité pendant tout le XVIème siècle et même le début
> du XVIIème. En France , un des derniers à en avoir "profité" est le duc
> Henri II de Montmorency en 1632 à Toulouse.
> 
> Ces machines présentaient quelques petites différences avec notre
> guillotine:
> -le condamné était agenouillé, et non couché
> -il n'y avait pas de lunette, immobilisant la tête
> -et surtout, le biseau était horizontal ou concave, beaucoup moins
> efficace que notre biseau révolutionnaire....
> 
> C'est peut-être la raison pour laquelle elle a été finalement
> abandonnée...
> 
> Sur le livre suscité,il y a 3 reproductions de gravures montrant ces
> machines, dont une de Lucas CRANACH...
> 
> Amicalement
> 
> Et in terra pax hominibus bonae voluntatis...
> 
> Philippe RAMONA
> http://www.es-conseil.fr/pramona/
> mailto:pramona@es-conseil.fr
Dans un livre actuel "richelieu" ds la collection les voyageurs de
l'histoire,au texte de l'agregee Rosemonde Haurez, l'auteur fait dire
dans la cour de l'hote"l de ville de toulouse le 30 oct 1632 au duc de
Montmorency "dites au roi que je meurs son tres humble sujet et que je
lui demande pardon.Frappez hardiment. Le mot frapper peut-il aider ?
A prendre avec deux grains de sel certainement...
Ch Schramme