référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/1998-06/msg00126.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: THEORIE FEODALE Jean-Pierre Devroey



Bonjour,
1ère question et problème : qu'entendre par "théorie féodale" ou "structure 
hiérarchique féodale"? Pou les contemporains? Pour les théoriciens du droit 
féodal du XVIe ou du XVIIe siècle? Pour les historiens d'aujourd'hui?
>Pour ce qui concerne les territoires francs (ou français) aux Xe-XIe
>est-il correct de considérer que, dans la structure hiérarchique féodale
>théorique:
Pour les gens du Xe et du XIe siècle, la réponse est évidemment négative. Le 
comté est une circonscription territoriale, qui remonte déjà à l'époque 
mérovingienne, avec à sa tête un comte. Il y a effectivement des "grands" et 
des "petits comtés" (comme il y a des pagi d'étendues très diverses. Le 
duché tire son nom à l'origine de son chef militaire, le "dux" et ne 
constitue pas forcément une "subdivision" intermédiaire entre le "royaume" 
et le "comté". Autrement dit, il existe des comtés qui ne sont pas englobés 
dans un systéme de liens féodaux intermédiaires, passant par un "dux" (mais, 
l'inverse existe bien entendu...).
Le "marchio" est en principe également un responsable militaire d'une 
circonscription de marche, au frontière du royaume.
Exemple concret : le premier comte de Flandre est probablement l'héritier 
d'un "comte de pagus" et est parvenu à administrer plusieurs pagi (le 
pluriel "Flandrenses" est d'ailleurs utilisé jusqu'au XIe siècle, dont le 
"pagus de Flandre". A partir du Xe siècle, le comte de Flandre se fait 
également appeler "marquis", puis le terme tombe en désuétude. Mais, dès le 
Xe siècle, il fait partir avec par exemple le "duc de France" ou plus tard 
le "duc de Normandie" des grands vassaux du roi de France. En matière de 
"féodalité", il faut garder en mémoire le fait qu'il s'agit d'un système de 
liens personnels et donc que le raisonnement "cartographique" ou 
"territorial" s'applique mal aux réalités de l'époque.
>a) un duché était une partie de royaume,
>b) un comté était une partie de duché,
>c) un marquisat ou une marche étaient une partie de comté.
Ceci est de toute manière impossible (marquisat partie d'un comté...) en 
tout temps.
>Etant entendu qu'un comté, en pratique, pouvait être plus puissant qu'un
>duché.
Pour ce qui concerne la baronnie, il faut tout d'abord attendre 
qu'apparaisse le terme roman "baron" (début du XIIe siècle), comme 
dénomination utilisées pour des vassaux importants.
La "baronnie" appartient plutôt à l'univers et au réalité de la féodalité 
tardive, lorsque la féodalité a cessé de fonctionner comme système social 
pour devenir un discours juridique et une représentation sociale d'une 
société d'ordres.
>Merci
>______________
>Christos NUESSLI
>CH - 1400 Yverdon
>
>
>******************************
>http://homer.span.ch/~spaw1241
>******************************
>
>



-----------------------------------------
Jean-Pierre Devroey
Professeur à l'Université
Directeur des bibliotheques

Université libre de Bruxelles
Avenue F.D. Roosevelt, 50
B-1050       Bruxelles
*tél.: 32+26502368
*fax.: 32+26504186
Email: jdevroey@ulb.ac.be
-----------------------------------------