référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/1998-06/msg00130.html
     Chronologie       
     Conversation       

Re: THEORIE FEODALE James Herisson



Chers tous,

A mon sens, la mosaïque féodale s'est formée d'elle-même, à partir de
seigneurie locales datant des villas gallo-romaines, à partir de fiefs
taillés à coup de glaive par des chefaillons locaux, chefs de bandes, et
reconnus par la suite, de même à partir d'octroi de bénéfices à des
chefs de guerre envahisseurs.

Çà pour la toile de fond, là-dessus au 8ème siècle début du 9ème, on ne
peut pas encore parler de féodalité.

Charlemagne a habilement utilisé ces réalités pour diriger de loin un
empire, en mettant en plus en place des fonctionnaires administratifs
que sont les comtes, les duchés revenant, selon mes sources à des grands
chefs de guerre, proches de la cour, qu'on récompensait en leur
octroyant les bénéfices d'un fief, à charge d'épauler sur simple demande
de leur suzerain, avec leurs armées personnelles, l'armée du roi. Les
marquis prenant par définition en charge les marches, c à dire les
régions les plus exposées.

La déliquescence du pouvoir au 9ème siècle à certainement renforcé ce
tissu féodal nécessaire pour la sécurité de la francie occidentale et de
ses habitants. de plus je crois que c'est en 877 que ces nouveaux
"aristocrates" ont obtenu l'hérédité des titres qui leur étaient
accordés.

La féodalité n'a commencé à décliner qu'au 12ème avec Louis VI et VII et
Suger (voir ses passionnantes chroniques), et va continuer à le faire
lentement jusqu'en 1789. (voir Duby)

Je ne pense pas qu'il y ait eu à proprement parlé de hiérarchie entre
barons, chevaliers, etc … L'enchevêtrement féodal ne me semble pas
forcément représenté par une pyramide, mais plutôt par une grosse pelote
de ficelles mélangées ;-)

la hiérarchie était de fait. Elle reposait également sur ce foutu droit
coutumier qui pouvait voir se dissoudre un privilège comme en naître un
autre. Et parfois on devait arriver à des situations aberrantes, des
liens de vasselage multiples d'un seigneur vers deux suzerains
antagonistes, ou par exemple, je crois que le Roi de France lui-même
était vassal du roi d'Angleterre dans le Vexin (à vérifier)

En tout cas à mon sens, on ne peut parler de "territoires" d'un comté ou
d'un duché. le suzerain octroyait le bénéfice d'une région, c'est à dire
que le promu avait tous les droits, surtout financiers, en nature et en
homme sur cette région, il était puissant en rapport avec la richesse et
la bonne gestion qu'il en faisait, mais la notion de territoire n'était
importante que dans cette mesure.

Le roi était suzerain des seigneurs de chartres (un moment allié au duc
de normandie, donc à l'angleterre) ou de champagne, et même du roi
d'angleterre (pour la normandie), mais peut-on dire que son domaine
incluait ces régions, je n'en ai pas le sentiment du tout.

Voilà, pardon pour la longueur. Amitiés à tous
-- 
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
James Herisson
Paris - France
"Fiducia est quoddam robur spei"
e-mail : herisson@club-internet.fr

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~