référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/2001-06/msg00050.html
     Chronologie       
     Conversation       

[MEDIEVALE:3352] Séminaire d'histoire des sciences et des techniques au Moyen Âge Novembre 2001 à Mars 2002 URHM Infos



Le Centre d'Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale de l'Université de
Poitiers et l'Espace Mendès France, Centre de culture scientifique technique
et industriel  en Poitou-Charentes proposent pour la quatrième année un
séminaire d'histoire des sciences et des techniques au Moyen Âge.

Novembre 2001 à Mars 2002

Jeudi 15 novembre 2001, à 18h30

Des pigments bleus dans les manuscrits

Claude Coupry, Ingénieur de Recherche au CNRS (Laboratoire de Dynamique,
Interactions et Réactivité).
Quels sont les produits bleus grâce auxquels les enluminures médiévales
présentent ces palettes magnifiques ? Sont-ils extraits de la nature ou
fabriqués de main d'homme ? Sont-ils employés purs ou en mélange ? D'où
proviennent-ils ? Cet exposé montrera comment une technique analytique , la
microspectromie Raman, permet d'identifier sans ambiguïté les pigments.
Puis, l'identification de pigments bleus dans quelques manuscrits datés et
provenant de différentes abbayes éclairera divers aspects du contexte d'
élaboration de ces ouvrages.

Jeudi 13 décembre 2001, à 18h30
L'astronomie arabe, entre Ptolémée et Copernic

Régis Morelon, directeur de recherche au CNRS, directeur de l'Institut
Dominicain d'Etudes Orientales au Caire.
La Méditerranée a toujours été un lieu d'échanges entre les différentes
cultures qui se sont développées sur son pourtour ou à sa périphérie, et,
dans le domaine de l'histoire des sciences, ce sont ces échanges qui ont
créé ce que l'on appelle la " science classique " à partir du XVIe siècle
européen. C'est ce que l'on peut vérifier, par exemple, dans l'histoire de l
'astronomie, et nous verrons comment il n'est plus possible de faire
abstraction de l'histoire de l'astronomie arabe pour comprendre comment la
" révolution astronomique " a pu se produire en Europe à partir du milieu du
XVIe siècle.

Jeudi  24 janvier 2002, à 18h30

Les techniques agricoles d'après l'iconographie médiévale
Perrine Mane, Directrice de recherches au CNRS (Centre de Recherches
Historiques)
Au Moyen Âge, dans tout l'Occident, la campagne joue un rôle primordial. Les
paysans constituent plus de 90% de la population et les techniques agricoles
ont une incidence déterminante sur l'économie contemporaine. Or les images
médiévales relatives à la céréaliculture, à la viticulture ou à l'élevage
abondent. Grâce à ces documents figurés, il est possible non seulement d'
appréhender les différentes techniques mais de voir les outils en action ;
ils permettent également de repérer l'émergence de nouvelles pratiques ou d'
innovations technologiques ou encore de noter des variations régionales.

Jeudi 28 février 2002, 18h30 ou 20h30
Archéologie des cours d'eau
Virgnie Serna, conservateur du patrimoine

L'analyse des paysages, l'étude de leurs changements géomorphologiques et de
leurs transformations sont aujourd'hui des thèmes reconnus dans les
disciplines des sciences humaines.
Les cours d'eau, particulièrement sensibles aux interventions humaines et
aux fluctuations climatiques, se révèlent être de bons marqueurs des
perturbations et donc des sites archéologiques particulièrement fragiles.
Ces changements, notables au Moyen Âge, ont pris diverses formes (majoration
de la hauteur d'eau, érosion des berges, comblement des bras secondaires,
accumulation sédimentaire.) et ont  été perçus très tôt par les usagers du
fleuve. Ainsi, au Moyen Âge, les mariniers, les meuniers, les haleurs, les
maîtres de pont, les chableurs de pertuis, les marchands, puis les
ingénieurs ont chacun, à leur manière, transcrits ces modifications qui
affectaient leur quotidien. Nous verrons, au cours de l'intervention,
comment archives et cartes anciennes rendent compte des savoirs techniques
et des compétences écologiques de ces acteurs de l'Eau.

Jeudi 14 mars 2002,  à 18h30
Les théories médiévales de la génération spontanée et les limites de la
science chrétienne
Maaike van der Lugt, maîtresse de conférences à l'Université Paris7-Denis
Diderot
La vie peut-elle procéder de la matière inerte ? Jusqu'au XVIIe siècle,
personne ne douta de cette possibilité. L'expérience quotidienne semble
confirmer la génération spontanée : si on laisse un morceau de viande
pourrir il se couvre d'asticots. Pour les savants médiévaux, le fait qu'
Aristote, l'autorité par excellence, acceptait la possibilité de la
génération spontanée sans hésiter, ne pouvait que renforcer la croyance.
Cependant, la génération spontanée n'en fut pas moins objet de discussions
scientifiques très intéressantes. Cette conférence suivra ces débats, afin
de montrer comment les savants médiévaux, en s'interrogeant sur les limites
de la génération spontanée, se heurtaient finalement aux limites de la
science chrétienne.

Mercredi 20 mars 2002, à 18h30
Le corps humain chez Isidore de Séville
Jackie Pigeaud, membre de l'Institut universitaire de France, professeur de
littérature latine à l'Université de Nantes
Cette conférence aura lieu dans le cadre des journées d'étude intitulée "
Penser le corps à l'aube de la science médicale "


-------------------------------------------------------------medievale-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe MEDIEVALE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
-------------------------------------------------------------medievale--