référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/2003-01/msg00024.html
     Chronologie       
     Conversation       

[MEDIEVALE:4570] Archéologie en France - Appel à l'aide URHM



Cher(e)s Collègues,

A la demande d'Alain Dierkens, je vous fais suivre ceci.

Bien à vous,

Le secrétaire

S'IL VOUS PLAÎT FAITES UN COPIER/COLLER
de ce message et placez-le dans un
nouveau message, écrivez votre nom à la
fin de la liste et envoyez-le à
toutes les personnes que vous pouvez. Si
vous recevez cette liste et qu'elle
contient plus de 50 noms, s'il vous
plaît, en envoyer une copie à cette
adresse :

sgpacgtpaca@netcourrier.com

Si vous décidez de ne pas ajouter votre
nom à la liste, s'il vous plaît,
n'éliminez pas la pétition . RENVOYEZ-LA
POUR QUE NOUS PUISSIONS FAIRE
QUELQUE CHOSE

Merci !


A L'attention, de Mme la Ministre de la
Recherche, de M. le Ministre de la
Culture , de M. le Premier Ministre.


Le patrimoine archéologique est en danger
L'archéologie préventive consiste en la
mise en oeuvre de méthodes et de
techniques permettant la sauvegarde du
patrimoine archéologique avant sa
destruction liée
aux aménagements du territoire. Elle
s'effectue en préalable aux chantiers d'aménagements.
En janvier 2001, aprés 15 ans de débats
et en application de la convention
européenne de Malte, une loi votée par
le parlement a reconnu, pour la première fois,
l'archéologie préventive comme service
public. Elle a notamment mis en place un
établissement public, l'Institut
National de Recherches Archéologiques
Préventives (INRAP), qui a pour objet
l'exécution des fouilles, sur
prescriptions et sous la surveillance de
l'Etat. Le financement de cet
établissement public se
fonde sur une redevance versée par les
aménageurs, non plus à la hauteur du
coût réel de l'opération, comme c'était
le cas avant, mais au prorata de la surface
aménagée et de la complexité du site.

Le 12 décembre 2002, dans le cadre du
projet de loi de finance 2003, le
Parlement a amputé de 25% le financement
des missions de service public de
protection du
patrimoine archéologique confiées à
l'Institut National de Recherches
Archéologiques Préventives (INRAP).

La circulaire du 3 janvier 2003 du
Ministre de la Culture précipite la mise
à sac de l'archéologie. Elle préconise
une baisse des prescriptions
archéologiques pour
compenser la réduction du budget de 25
%, adaptant ainsi les besoins aux
moyens. Réguler l'activité de
l'archéologie préventive par des
contraintes politiques c'est
renoncer aux principes d'égalité du
traitement du patrimoine.

Nous demandons à Mme la Ministre de la
Recherche, à M. le Ministre de la
Culture, et à M. le Premier Ministre de
mettre immédiatement en place toute mesures
permettant de compenser cette coupe
budgétaire, le maintien de l'INRAP et
de garantir la politique de sauvegarde
du patrimoine archéologique. Parlement,
Sénat et
Gouvernement doivent reconsidérer leur
position sur l'archéologie préventive et
faire passer l'intérêt général avant
celui des lobbies de l'aménagement.



1) Nathalie Valour, archéologue INRAP
Bron, france

2) François Vaireaux, archéologue INRAP
Rhône-Alpes, France

3) Pierre-Yves Laffont, Maître de
Conférences, Université du Maine

4) Francois Dumoulin, Assistant
Ingénieur, SRA Rhone Alpes

5) Estelle Guilini, Etudiante

6) Florian Téreygeol, archéologue,
chargé de recherche CNRS

7) Joëlle Burnouf, Professeur
d'archéologie, Univ Paris I

8) Corinne Beck, maître de conférence en
Histoire et Archéologie médiévales, Univ Nantes

9) Patrice Beck, maître de conférence en
Histoire et Archéologie médiévales, Univ
Paris I

10) Philippe Barral, Ingénieur de
recherche, Université de Franche-Comté, Besançon

11) David Bardel, Doctorant, Université de Bourgogne,
Dijon.

12) Muriel Le corre, Doctorante, Université de Paris
1, Paris.

13) Cristina Gameiro, Etudiante, Université de Paris
1, Lisbonne.

14) Hélène Bourg, doctorante, Université de Paris X,
Namur (Belgique)

15) Mag. Luc Hermann, doctorant, Université de Vienne, Vienne (Autriche).

16) Alain Dierkens, Professeur d'Histoire médiévale, Université Libre
de Bruxelles (Belgique)

 17) Benoît Beyer de Ryke, Université Libre
de Bruxelles (Belgique)



-------------------------------------------------------------medievale-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe MEDIEVALE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
-------------------------------------------------------------medievale--