référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/2003-09/msg00014.html
     Chronologie       
     Conversation       

[MEDIEVALE:4748] Re: [MEDIEVALE] typo MuzicMan



Title:
 
1.
La CyberGazette,
le journal des Freelances
n° 67, 6 février 2000


1/ L'arrobas
Plusieurs d'entre nous avions été intrigués par la dénomination du signe @ récemment apparu dans la langue internationale. Aucun dictionnaire n'en donne la signification, nulle source l'étymologie : le désert. Enfin, la lumière surgit lors de la découverte d'un article paru sur le site de l'Office de la Langue Française du gouvernement du Québec. Nous ne résistons pas au plaisir de satisfaire (enfin) votre curiosité. Voici un résumé du texte et l'adresse du site que vous pouvez consulter.

Quel est ce mystérieux @ ?
Symbole formé de la lettre "a" aux trois quarts encerclée : @, l'arrobas est en usage depuis très longtemps dans la langue commerciale anglo-américaine pour indiquer, sur un bon de commande ou une facture, par exemple, le prix unitaire d'un article; il se lit [at], puisque cette préposition anglaise sert, entre autres, à indiquer la valeur relative de quelque chose. Ainsi, « deux lampes à 15 dollars pièce » s'écrit dans un document commercial en anglais : 2 lamps @ $15, ce qui se lit à haute voix « two lamps at fifteen dollars ». Mais la préposition at, équivalant ici au "à" français, peut aussi indiquer la situation de quelque chose ou de quelqu'un, un endroit, un point dans l'espace (comme dans Jane is at the office, ou dans He works at home) : c'est sans doute la raison pour laquelle on s'en est servi pour établir les adresses électroniques.

Ce at sign, ou at symbol, ou encore commercial at, est appelé en français « a commercial », sur le modèle de la « perluète » ou « esperluette » (&), qu'on nomme également « et commercial ». « A commercial » est bien le nom retenu par l'ISO, l'Organisation internationale de normalisation, mais certains reprochent à cette appellation d'être trop longue.

Etymologie
C'est ainsi que le mot « arrobas » (avec un ou deux "r" et avec un "s" final sonore ou non) s'est répandu dans l'épellation des adresses électroniques. Mais ce mot est bien mystérieux : d'où vient-il ? de quels éléments est-il formé ? On se perd en conjectures...

À défaut de certitudes, voici deux propositions d'explications étymologiques qui ont cours en ce moment : « arrobas » viendrait d'un rapprochement ou d'une confusion avec le symbole d'une unité de poids espagnole, arroba, dont le nom français est « arrobe » (avec un ou deux "r"), et dont l'origine est l'arabe [ar-roub] ; ou bien « arobas » serait la déformation de « a rond bas » (de casse), c'est-à-dire "a" minuscule entouré d'un rond [d'où le « k rond bas », ou caramba! ? ndlr].

Quoi qu'il en soit, ce petit signe séparateur est aussi doté d'autres désignations évocatrices ou fantaisistes : « escargot », « arabesque », « a roulé », « a arrondi », « a-rondi » même..

En outre, depuis peu, pour donner oralement ou dicter leur adresse électronique, plusieurs disent simplement "a" pour nommer le symbole @, le contexte étant suffisamment clair.

2.
Revue de l'APMEP n°406, sept-oct 1996, tiré de la publication "ligatures, typographie et informatique", Jacques André, Adolf Wild, rapport de recherche n°2429, décembre 1994, INRIA


Origine du symbole @
Comme le &, ce caractère est issu des chancellerires; c'est la ligature du latin "ad" ("à" en français) où le a et le d cursifs ("d rond" comme dans les dérivés partielles. Note de ma part) de l'onciale ont fini par se confondre.
Le nom français de ce caractère, selon la version française (AFNOR) d'ISO Latin est "à commercial".
Cependant, le nom que lui donnent les informaticiens français tourne autour de sa forme : a-rabesque, a-rond,a-roulé, a arrondi, ...
Mais le nom le plus fréquemment employé est "arobas".
Ce nom vient d'une confusion que nous expliquons de la façon suivante : les traducteurs qui ont voulu faire imprimer des manuels techniques où apparaissait pour la première fois ce signe ont du s'adresser à un imprimeur qui leur aura sorti un catalogue de fondeurs français. On y voit effectivement un caractère qui a à peu près la même graphie que @, qui s'appele arobas, mais qui correspond à quelque chose de complètement différent : c'est le symbole d'une ancienne unité de poids et de capacité encore usitée en Espagne et au Portugal (arroba, équivalent à 12 à 15 kg ou 10 à 16 l), dont le vrai nom français est d'ailleurs arrobe ou arobe. Le mot provient de l'arabe ar-roub signifiant "le quart".

3.
LES EXERCICES ÉTYMOLOGIQUES DES SUJETS DU MOT D'OR


(sujets de 1999 à 2003)

Depuis 1999, les sujets du Mot d'Or comprennent un exercice étymologique. Les candidats doivent choisir, en mettant une croix dans la case correspondante, l’origine étymologique qui leur semble être la bonne pour deux ou plusieurs mots du français des affaires.

Voici une récapitulation des exercices, classés dans l'ordre alphabétique des termes proposés, accompagnés de leur solution.

 @ (dit "a commercial" ou "arobase") :

arroba (espagnol) : unité de poids
ad (latin) : à, chez
at (anglais) : à
a rond bas (français) : terme de typographie

Réponse : ad (latin).

Le signe @ est très ancien. Il résulte de la ligature, sans doute par les copistes du Moyen Âge, des lettres a et d de la préposition latine ad (à). Il a ensuite été utilisé longtemps par les chancelleries devant les noms des destinataires des courriers diplomatiques rédigés en latin.

Il n'est resté ensuite en usage qu'en Amérique du Nord et presque uniquement en comptabilité pour désigner le prix unitaire sur une facture : 50 articles @ 7 $ (50 articles à 7 dollars pièce). À ce titre, il fut inclus dans les claviers des machines à écrire américaines. De cet emploi vient son nom de "a commercial" ("commercial at"). En français, il vaudrait d'ailleurs mieux écrire "à commercial".

Lorsque l'inventeur de la messagerie électronique (Ray Tomlinson) chercha en 1972 un caractère pour jouer le rôle de séparateur dans les adresses électroniques (entre le nom de l'internaute et l'adresse de l'ordinateur hôte), il choisit le signe @ parce qu'il était sur les claviers, parce qu'il ne risquait pas de figurer dans les noms propres et parce qu'il signifiait "à".

Il semble que l'expression typographique "a rond bas" désignait autrefois le @ (le bas de la casse des imprimeurs contenant les lettres minuscules, ils ont pris l'habitude de les appeler "bas de casse").

C'est vraisemblablement une déformation de cette expression et une confusion avec le mot espagnol "arroba" (arobe ou arrobe en français, mesure de poids ou de volume qui était représentée par un symbole analogue) qui ont conduit aux nombreuses appellations que l'on rencontre aujourd'hui dans notre langue : arobe, arrobe, arobas, arobase, arrobas, arobace, etc. La moins mauvaise, d'un point de vue étymologique, serait peut-être "aronbas"…

Comment faut-il prononcer le signe @ ? En latin, ad ! En anglais, at ! En français, ce serait chez (c'est un des sens du mot latin "ad") qui semblerait la meilleure solution puisque le signe introduit le plus souvent l'adresse d'un fournisseur d'accès ou d'un hébergeur. L'adresse "jean-françois.dupont@wanadoo.fr" pourrait ainsi se lire : "jean-françois.dupont chez wanadoo.fr". Ce serait même mieux que la préposition anglaise "at" qui ne signifie "chez" que lorsqu'elle est suivie d'un nom au cas possessif ("at the grocer's" : chez l'épicier)…

En France, la Commission spécialisée de terminologie et de néologie de l'informatique et des composants électroniques a choisi de préconiser les termes arrobe et arobase...

Bien cordialement à vous,
Daniel, Xavier, Christos, et les autres...

Frank