référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/2004-02/msg00039.html
     Chronologie       
     Conversation       

[MEDIEVALE:4910] Re: Sauvegarde du grec et du latin Bernard DUTHOIT



Non rassurez-vous quelque soit votre nom, je lis ce que tout un chacun
écrit avec grand intérêt! Et si quelqu'un se sert de vote nom comme
moyen de dérision, c'est qu'il n'a pas d'autres arguments.

Mais ce que vous affirmez ici présente un peu les mêmes défauts: Je
veux dire ne mélangeons pas les choses! l'anglais tout d'abord n'est
pas l'américain, et espérons qu'il ne le devienne pas! Il suffit de
lire Anglo-Saxonne England ou Speculum pour s'en convaincre.

Si l'On doit apprendre l'anglais ce n'est pas parce que c'est la
langue du plus fort ou par soumission à quelque puissance dont je ne
partage d'ailleurs pas les vues, , c'est tout simplement parce que
c'est dans cette langue que l'on trouve plus de 90% de l'information,
qu'on le veuille ou non! Je cherchais il y a quelques mois sur cette
même liste, la chronique de Lambert d'Ardres, texte bien sûr en
latin... mais bon... je sais, je sais... et voilà qu'il vient de
paraître en anglais. Pas en français, hélas. Pourtant ce bon vieux
Lambert était un vrai et pur Chti!

Les thèses et nombre de livres qui veulent joindre un grand public,
paraissant dans tous les pays du nord de l'Europe, en Amérique du
nord, paraissent de plus en plus en anglais, etc. etc. Alors ne
mélangeons pas tout, il ne s'agit pas de la langue de Bush pour être
concret, mais je la langue outil pour le monde entier. On ne peut y
voir d'ailleurs qu'un avantage: il est terriblement contraignant de
devoir apprendre le suédois, le finnois, le polonais... pour se tenir
au courant de la recherche faite dans ces pays. Il faut donc une
langue commune, alors me direz-vous pourquoi pas le français? Ca l'a
été, et il existe sans doute des études sur les raisons de ce
changement.

L'anglais a des avantage: il est plus facile, il est parlé par plus de
gens, et il faut le dire, dans nombres de pays anglophones, ou de pays
où l'anglais est la langues des études avancées, on ne méprise pas les
chercheurs ou les intellectuels comme on peut l'entendre publiquement
ailleurs! Les budgets consacrés à la recherche  sont beaucoup plus
importants que les nôtres, résultat, plus de publications.

J'ai bien peur que cette soit disante lutte pour la francophonie, ce
soit un remake (oh pardon, une reprise) de la lutte entre les anciens
et les modernes. Nos parents ne parlaient pas un mot d'anglais,aussi
cultivés qu'ils fussent, Nous, nous nous débrouillons, nos enfants le
parlent et le lisent et nos petits-enfants se riront de nous quand ils
liront ces discussions.

Bien amicalement

Bernard Duthoit
bernard.duthoit45@wanadoo.fr
----- Original Message -----
From: "Dieu Lionel" <dieu.lionel@wanadoo.fr>
To: "Liste de discussion sur l'occident medieval" <medievale@uqam.ca>
Sent: Wednesday, February 18, 2004 9:44 AM
Subject: [MEDIEVALE:4908] Re: Sauvegarde du grec et du latin


au cas où son nom permettrait encore de s'exprimer, je me permets une
remarque :
l'important n'est pas que tel ou tel langue soit utile, l'utilité
industrielle de l'enseignement était déjà inscrite dans la loi
Saulnier-cessité de notre jeunesse. L'enseignement doit offrir les
cordes multiples de l'arc qui permettra de s'exprimer (gagner de
l'argent parfois, différent de gagner sa vie) dans la vie adulte, pas
seulement en langue, mais aussi en sport. Les langues anciennes
restaient  en option, et c'est justement ce système , très élargi qui
permettrait aux élèves de s'interesser à l'enseignement. Il faut
généraliser les possibilités d'apprentissage hors norme, faire latin
ou badminton en UNSS (entre midi et deux, comme le latin dans le
collège de mon fils, latin à la même heure que le hand, il faut
choisir !!!) c'est déjà montrer un goût pour la diversité, la
curiosité.
Dans la diversité des langues, l'accès à l'arabe et au persant
permettrait aussi de lire dans le texte une poésie subtile.
Quant à l'américain que d'aucun nomment encore l'anglais indispensable
!! pourquoi prendre la langue du plus puissant ? alors qu'aux USA la
première langue sera bientôt l'espagnol qui dit "esperar la autobus"
au lieu de "wait the bus" (en aboyant avec un accent canard).
Cette liste constitue un des derniers lieu de résistance contre
l'anglophonie généralisée. Dans l'investissement pour les langues,
j'espère que la défense du français à travers le monde sera aussi une
préoccupation.
Lionel
>Bonjour,
>
>Les langues dites mortes en effet ont sans doute une certaine
>importance, mais à tout dire je ne comprends pas cette "disputation"
>entre vous tous sur l'utilité ou non du latin et du grec à l'école.
>
>L'école pour moi n'est et n'a jamais été un lieu d'apprentissage
>ânonnant de formules, je sais que beaucoup ici partagent cet avis.
>C'est un univers plus ou moins intéressant pour les jeunes. Et leur
>but donc est d'y recueillir une sorte de "caisse à outils" destinée à
>apprendre comment en savoir toujours plus selon ses intérêts
>personnels ou professionnels.
>Le jour de la remise du baccalauréat, puis à l'université, il ne m'a
>jamais semblé être arrivé à un aboutissement mais plutôt à un degré
>supplémentaire.
>Ce que je sais réellement, c'est ce que je lis, étudie et travaille.
>Soit cela m'est utile et je m'en souviens facilement, soit ce ne
l'est
>pas et quelques temps plus tard, il ne m'en reste que de vagues
>reliquats.
>J'ai fait un peu de latin en initiation au collège et 4 années de
grec
>classique. Ce qui ne m'a pas été indispensable pour me permettre
>d'apprendre l'Anglais ou d'autres langues.
>J'ai aussi étudié le grec de la Koinè à l'université... et même
>l'hébreu. De ces études, j'ai appris une langue vivante pratiquée
sous
>une forme moins complexe que l'Hébreu classique... et en effet ça m'a
>permis de comprendre en tant que langue sémitique un peu l'Arabe
>disons courant.
>
>Que le latin ou le grec soient passionnants, je le sais bien, mais
>franchement, j'aurais préféré que ces études là se soient davantage
>portées sur l'Anglais par exemple!
>
>Passons, en tous cas je pense que l'on ne retient que ce qui nous
>semble utile et le rôle de l'école avant tout reste de donner une
>formation nécessaire et suffisante pour à l'âge adulte être en mesure
>de toujours aller plus loin dans ses études. S'il me manque quelque
>chose qui me fait défaut, les moyens ne manquent pas pour les
>apprendre!
>
>Cordialement,
>
>Christiane MELIN
>ch.melin@wanadoo.fr
>
>
>
>

-------------------------------------------------------------medievale
-+
______________________________________________________________________
_________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe MEDIEVALE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message,
      NON PAS dans le Sujet.
-------------------------------------------------------------medievale
--




-------------------------------------------------------------medievale-+
_______________________________________________________________________________

>>> Pour être retiré de cette liste d'envois,

écrire à:   listproc@uqam.ca

    avec comme seule ligne de message:

unsubscribe MEDIEVALE


Note: la commande doit apparaître dans le corps du message, 
      NON PAS dans le Sujet.
-------------------------------------------------------------medievale--