référence : http://listes.cru.fr/arc/medievale/2004-08/msg00004.html
     Chronologie       
     Conversation       

[MEDIEVALE:8] =?Windows-1252?Q?LA_L=C9GENDE_DOR=C9E_de_Jacques_de_Voragine?= =?Windows-1252?Q?Beno=EEt_Beyer_de_Ryke?=



 
Lemonde.fr

 

Distraire et édifier
LE MONDE DES LIVRES | 19.08.04 | 15h37
Un best-seller du Moyen Age, contemporain des grandes sommes théologiques du XIIIe siècle, dont le titre est entré dans le langage courant.

LA LÉGENDE DORÉE de Jacques de Voragine. Edition publiée sous la direction d'Alain Boureau, avec Monique Goullet et la collaboration de Pascal Collomb, Laurence Moulinier et Stefano Mula, préface de Jacques Le Goff, Gallimard, "Bibliothèque de la Pléiade", 1 664 p. , 67,50 €.

Le titre - attesté tardivement - de ce best-seller du Moyen Age est entré dans le langage courant pour désigner un ensemble de récits trop complaisants à l'égard de célébrités ou de hauts faits, dépeints sous les couleurs de la fable ou du conte merveilleux.

Mais il n'y avait rien de tel dans la démarche parfaitement rationnelle de l'auteur de La Légende dorée, Jacques de Voragine, dominicain lombard qui finit sa vie en 1298 archevêque de Gênes. L'œuvre, composée à partir de 1261, est celle d'un "compilateur" - l'expression n'a alors rien de péjoratif - qui recueille et ordonne dans l'ordre du cycle de l'année liturgique (elle commence au premier dimanche de l'Avent, quatre semaines avant Noël) 178 "légendes" ou "récits à lire" (legendae) : Vies de saints, mais aussi traditions relatives aux grandes fêtes de l'Eglise, l'intégration de celles-ci dans celles-là étant une innovation de l'auteur. D'autres dominicains ont préparé la voie, mais Voragine est le premier à réaliser une telle somme, dont le succès des versions latines, puis des traductions dans de nombreuses langues européennes, ne s'est pas démenti jusqu'à l'époque moderne. Au XIXe siècle, l'œuvre bénéficie d'un regain d'intérêt chez les dévots ou les savants, mais les éditions et les traductions restent bien déficientes jusqu'à ces dernières années-: ce n'est qu'en 1998 que paraît la première édition critique de La Légende dorée en latin, due au philologue italien Giovanni Paolo Maggioni. Cette publication a fourni le texte fiable sur lequel s'appuie la présente traduction en français moderne. Il n'a pas fallu moins de trois latinistes chevronnés pour venir à bout de ce gros travail, dont le résultat est superbe.

TRADITION ICONOGRAPHIQUE

Cette traduction fera désormais autorité pour les lecteurs français. D'autant qu'elle s'accompagne d'une excellente présentation d'Alain Boureau et d'une étude, non moins passionnante, de toute la tradition iconographique de La Légende dorée, due à une fine spécialiste, Dominique Donadieu-Rigaut. Seul un travail d'équipe pouvait embrasser une telle masse de textes et de problèmes à résoudre, et on relèvera en particulier les notes de Pascal Collomb au sujet des traditions liturgiques ou des sources de Jacques de Voragine : un vrai travail de... bénédictin !

La Légende dorée est bien la contemporaine des grandes sommes théologiques largement issues elles aussi de l'ordre dominicain (celle de Thomas d'Aquin en premier lieu), de l'esprit "encyclopédique" du XIIIe siècle (avec Vincent de Beauvais, un autre dominicain), de la mise en ordre de la liturgie de l'Eglise (dont le chef-d'œuvre est le Rational des divins offices de Guillaume Durand, évêque de Mende) et avant tout de l'extraordinaire essor de la prédication, dont les dominicains se sont également faits les champions.

D'où la fonction principale de ces récits, destinés à être lus pour l'édification personnelle ou collective et plus souvent encore pour être utilisés dans la prédication. Jacques de Voragine, dont on commence à étudier et éditer les centaines de sermons conservés, fut le premier à en bénéficier. Il utilisait ces récits, comme aussi de nombreux exempla moraux racontés en chaire pour distraire et édifier l'auditoire, afin de proposer autant de modèles de vies héroïques de saints, les uns récents et la plupart très anciens, tels les Pères du désert dont il affectionnait particulièrement la vie ascétique et retirée : y trouvait-il un contrepoint à la vie trépidante et aux tentations de la ville qu'il ne connaissait que trop bien ? Les récits de saintes femmes déguisées en moines - moyen le plus sûr de mener une vie chaste ouvrant les portes du paradis - ont aussi les faveurs de notre dominicain. Les miracles ont bien sûr leur place dans ces récits, mais - comme le rappelle Jacques Le Goff dans sa préface - le "merveilleux" auquel on associe d'ordinaire le titre de l'ouvrage n'y est guère présent ; même si des récits fabuleux concernent des personnages négatifs de "l'histoire sainte" - par exemple Judas ou Pilate -, "c'est moins la merveille qui attire, que la narration sur l'ennemi", suivant Alain Boureau.

Avec les traductions de l'ouvrage - par exemple en français vers 1333-1346 grâce à Jean de Vignay - La Légende dorée change de format, d'apparence et de public. Les milieux princiers prisent les larges volumes richement enluminés, spécifiques des versions françaises. Les frontispices montrent tout particulièrement l'évolution de la réception de l'œuvre : à l'iconographie religieuse traditionnelle de la Majesté divine entourée des symboles des évangélistes (dans les versions latines du XIIIe siècle) succèdent au XIVe siècle les épisodes de La Vie du Christ, puis au siècle suivant l'image de la Cour céleste centrée sur le Couronnement de la Vierge par son Fils. La gravure sur bois prend le relais à la fin du Moyen Age, ouvrant au chercheur la piste passionnante des réemplois des mêmes bois illustrant la vie de saints différents...

Les éditeurs du XIXe siècle s'inspireront de cette iconographie pour créer de toutes pièces un Moyen Age crédule et avide de merveille, en oubliant ce qui l'avait caractérisé au moins tout autant : son souci obstiné d'ordonner rationnellement la manifestation terrestre des mystères du ciel.

Jean-Claude Schmitt

 ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 20.08.04


Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Monde 2004

GIF image

GIF image

GIF image