référence : http://listes.cru.fr/arc/mascarene/1994-12/msg00002.html
     Chronologie       
     Conversation       

Burlesque en Nouvelle-France au XVIIe s. BOURASSA ANDRE G



Une epopee burlesque en Nouvelle-France au XVIIe s.
Existe-t-il une etude des "vers burlesques" ecrits par le seigneur 
Rene-Louis Chartier de Lotbiniere au lendemain d'une expedition ratee 
contre les Iroquois au XIIe sicle. L'expedition s'etait rendue 
peniblement en plein hiver jusqu'a Fort Orange ou on avait decouvert que 
la place venait d'etre conquise par les Britanniques et s'appelait 
desormais Albany. Le poeme ressort d'un genre pratique en France a la 
meme epoque et s'intitule "Sur le voyage de Monsieur de Courcelles [sic] 
gouverneur et lieutenant general pour le Roy en la Nouvelle France en 
l'annee 1666. Vers burlesques". Il a ete publie et annote par 
Pierre-Georges Roy dans le _Bulletin des recherches historiques_, vol. 
XXXIII, no 5, mai 1927. Quelqu'un sait-il ou se trouve l'original qui 
appartenait au collectionneur Hersey durant les annees 20? Ces epopees 
etaient-elles destinees a une lecture theatrale? Ce qui intrigue, c'est 
l'existence de burlesque en Nouvelle-France a pareille date. Le texte se 
moque de l'hostilite excessive de Daniel Remy de Courcelle (gouverneur de
1665 a 1672) contre les Iroquois. J'en cite des extraits dans le dernier 
_Annuaire theatral_ (no 16, automne 1994) a propos de la formation - plus
baroque qu'on pense - donnee aux enfants des seigneurs dans la colonie; 
l'auteur y decrit en termes de desir, de plaisir et d'"escorcherie" le 
retour des troupes vers Quebec et leurs festivites dans les auberges de 
relais:
Le Montreal vit sa jeunesse
Au retour conter sa prouesse
Mais le soleil battant a plat
La neige qui faisoit esclat
Les sieurs Dugal et Lotbiniere
Penserent perdre leur visiere
Et comme aveugles sans baston
Ne pouvans marcher quÕa taston 
Furent conduits aux troys rivieres
Ou garantis par leurs prieres
Et par des effets tous divins
De chercher place aux quinze-vingts
Ils trouverent hostellerie
On se fit bonne escorcherie
La jeunesse estant a bon port
Prenoit les plaisirs au rapport
De la fortune, et des souffrances
Qu'avoent souffert leurs pauvres penses
Et se vantans sans vanite
Ne disoit rien qui n'eust este.
Enfin nous avons le plaisir
De jouir de nostre desir

Andre Bourassa